Aliments végétariens japonais   ベジタリアン食品

Date de publication :
Miso brun et miso blanc.

Miso brun et miso blanc

Bloc de tofu japonais.

Feuilles de shiso.

Ume-boshi japonaise traditionnelle.

Dame nature dans son assiette

Le Japon cultive une tradition culinaire très axée sur l’usage de denrées non animales : légumes de saison, herbes aromatiques, agrumes et bien sûr soja ! Un paradis pour les adeptes des repas végétariens.

Grâce à des techniques de macération et de conservation perfectionnées, à l’origine des fameux tsukemono notamment, la cuisine japonaise fournit à qui le souhaite la base d’un régime alimentaire très équilibré, capable de faire abstraction des aliments carnés.

La liste suivante offre un aperçu de denrées non animales typiques de la cuisine japonaise. N’hésitez pas à vous y référer pour composer, accompagné d’un bol de riz blanc, votre propre repas végétarien japonais !

Miso : élément incontournable de la cuisine japonaise, le miso se présente comme une pâte de graines de soja fermentées. Brun, rouge ou encore blanc, le miso sert de base à la bien nommée soupe miso, qui accompagne presque tous les repas japonais.

Tofu : ce célèbre fromage de soja fermenté est issu du « caillage » du lait de soja. Sa texture molle et au goût peu prononcé en fait un condiment de choix pour accompagner plats, salades ou encore les fondues japonaises. On l’achetait autrefois frais chaque matin, comme on achète son pain !

Azuki : cette pâte de graines de haricots rouge sert de base à la majorité des sucreries et desserts japonais. Très nutritif, l’azuki permet la confection de gâteaux traditionnels sans utiliser de graisses animales.

Satsuma-imo : patate douce cultivée essentiellement dans le sud du pays, la satsuma-imo est un autre grand classique des denrées à la fois douces et sucrées du Japon. Aujourd’hui encore, des vendeurs ambulants circulent en ville les soirs d’hiver en chantant « satsumaaa-iiimo ! » et proposent de déguster ces délicieuses patates chauffées au charbon de bois.

Shiso : plante aussi bien alimentaire qu’aromatique, le shiso ressemble à s’y méprendre aux orties de nos contrées. Mais aucun risque pour votre palais, bien au contraire ! Le shiso dispose de vertus médicinales et d’un parfum très riche qui en fait un condiment de premier choix pour rehausser plats, desserts et même les sakés !

Ume-boshi : le meilleur pour la fin ? Cette prune salée, dont la couleur varie du brun éteint au rouge le plus vif, se caractérise par un goût très acide et salé ; une véritable épreuve de force pour le néophyte ! Renfermant au moins 17 substances avérées bénéfiques pour la santé, l’ume-boshi est l’un des incontournables de l’alimentation végétarienne japonaise. A vous de tester !

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs