La cuisine au thé   お茶の調理

Date de publication :
Ocha, le thé vert japonais

Ocha, le thé vert japonais

matcha-soba

Matcha soba

Un melon pan garni de glacé au thé matcha

Un melon pan garni de glacé au thé matcha

La fameuse glace italienne au thé matcha.

La fameuse glace italienne au thé matcha

feuilles-sencha

Les longues feuilles tubulaires du sencha

Du thé dans vos assiettes

Qu'il soit consommé dans les règles de l'art, en respectant le temps d'infusion adapté et la juste température ou simplement acheté en canette dans un distributeur ou au konbini du coin, le thé est un élément incontournable dans la vie quotidienne des Japonais. Mais le thé japonais ne se contente pas d'être une des boissons phares de l'archipel.

Du thé au menu

Le thé est en tout point un indispensable de la gastronomie japonaise. À ce titre, le matcha remporte la palme des utilisations culinaires. Son amertume si particulière entre dans la composition de bon nombre de mets sucrés mais aussi salés

Lors d'un séjour dans l'archipel, vous ne pourrez donc pas passer à côté d'une de ces spécialités à base de matcha : glace italienne, glace kakigori, crêpe, melon pan, kit kat, mochi, dorayaki, taiyaki et pâtisseries en tout genreAu rayon des plaisirs salés, les soba et udon aromatisés au matcha sont des classiques et figurent à la carte de nombreux restaurants.

Mais sachez qu'il n'y a pas que le matcha qui puisse être utilisé en cuisine ! Le sencha, le bancha ou bien encore du hôjicha se marient à la perfection avec d'autres saveurs de la cuisine japonaise. Pour satisfaire votre curiosité et émerveiller vos papilles, nous avons retenu trois plats à base de thé japonais encore méconnus, voire inconnus, dans l'hexagone.


Chagayu - 茶粥

Le chagayu est une bouillie de riz et de thé que l'on déguste dans l'ouest du Japon et plus particulièrement dans sa région d'origine, la préfecture de Nara.

Ce gruau de riz au thé serait né dans les temples de l'ancienne capitale impériale. Sa préparation au temple Todaiji est attestée par un écrit daté de l'an 752. Ce mets réservé aux religieux aurait ensuite rapidement gagné le reste de la population.

Dans cette préparation, le riz cuit dans une infusion de bancha ou d'hôjicha. Mais il est tout à fait possible en réalité d'utiliser une autre variété de thé. Dans les îles de la mer intérieure de Seto et dans l'île du Shikoku, le chagayu est fait à partir d'un thé post-fermenté et solidifié, appelé goishi-cha, qui se présente sous la forme de petits blocs noirs.

chagayu

Chagayu ou bouillie de riz au thé

Le chagayu est fréquemment consommé le matin. On peut également lui adjoindre des légumes et des pommes de terre pour rassasier les appétits les plus féroces. L'infusion de thé procure au riz un doux parfum et et un goût particulièrement rafraîchissant.


Ochazuke - お茶漬け

L'ochazuke ou chazuke est également un plat à base de riz et de thé simple à préparer. Mais contrairement au chagayu, le riz entrant dans la composition de l'ochazuke est déjà cuit. Il suffit alors de verser du thé vert ou de l'hôjicha sur le bol de riz. On y ajoute ensuite d'autres ingrédients comme du sésame, de l'umeboshi, de la dorade, du saumon, des œufs de poisson, des algues nori et du wasabi.

ochazuke

Ochazuke au thé vert

L'ochazuke serait tout comme le chagayu originaire d'un temple de l'ancienne province de Yamato (région actuelle de Nara). Bien qu'il soit connu dès l'époque de Heian (794-1185), il ne devient réellement populaire qu'au cours de la période d'Edo (1603-1868). 

La population apprécie notamment sa praticité. Rien de plus commode en effet que de réchauffer ou d'accommoder un riz déjà préparé grâce à du thé chaud. En 1952, l'ochazuke connait sa petite révolution. Une société met au point une version instantanée de l'ochazuke qu'elle commercialise dans tout l'archipel ; chaque petit sachet contenant alors des ingrédients séchés et du thé en poudre.

Ocha no me no tempura - お茶の芽の天ぷら

Les régions productrices de thé disposent toutes de leurs propres recettes à base de thé.

Parmi celles-ci, il convient de citer, les ocha no me tempura ou "tempura de bourgeons de thé". Dans la préfecture de Shizuoka, on cuisine ainsi le shincha, le premier thé de l'année composé de jeunes feuilles et de leurs bourgeons attenants. Ces jeunes pousses sont récoltées début mai lors de la première cueillette.

Ces feuilles douces et souples sont trempées dans une pâte à tempura puis plongées dans un bain de friture. Ces tempura dégagent un arôme printanier tout à fait insolite. Les shincha, disponibles uniquement quelques semaines chaque année, font de ces tempura, un plat précieux et rare.

ocha-tempura

Ocha tempura

shincha

Jeunes pousses de thé

À Shizuoka toujours, les jeunes feuilles de thé sont aussi cuisinées avec des légumes de saison dans de la sauce soja.

Alors, êtes-vous prêt à mettre du thé dans vos assiettes ? 


Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs