Les dorayaki   どら焼き

Date de publication :
dorayaki

Le dorayaki est composé de deux gâteaux ronds et plats collés l’un contre l’autre par une pâte de haricot rouge.

dorayaki-banane

Variations du dorayaki : il est très facile de changer le fourrage du dorayaki.

dorayaki-glace

On peut rajouter toutes sortes d’ingrédients au dorayaki.

Saito no Musashibo Benkei

Le moine-guerrier Benkei, attaché à la naissance du dorayaki.

Dorayaki Doraemon

Des dorayaki à l'effigie du chat-robot Doaremon.

doraemon

Doraemon est un robot-chat bleu qui raffole de dorayaki

Deux fois plus de... pancake ?

Le dorayaki est peut-être l’une des pâtisseries japonaises les plus connues et répandues. Il est traditionnellement composé de deux gâteaux ronds et plats collés l’un contre l’autre par une pâte de haricot rouge, l'anko.

Mais le dorayaki n’est pas un pancake !

Contrairement à ce qu’on pourrait penser et malgré leur apparence, les deux faces composant le dorayaki ne sont pas exactement des pancakes. En effet, leur recette dérive d’un gâteau portugais : le "castella" (en japonais, kasutera), importé par des missionnaires au XVIe siècle. Le kasutera a une consistance de gâteau éponge tandis que le pancake ressemble plutôt à une crêpe épaisse. Ce n’est ni la même texture, ni le même goût ! Le dorayaki est ainsi plus moelleux qu’un pancake classique, et d'ailleurs, le pankeki correspond à un tout autre gâteau au Japon.

Lire : Les pancakes japonais

Dans la recette d’origine et comme beaucoup de pâtisseries traditionnelles japonaises, le dorayaki est fourré à la pâte d’azuki sucrée (haricots rouges japonais). Cependant, on trouve souvent une version agrémentée d’une noisette de crème fouettée, appelée nama dorayaki. Nama signifie "frais" en référence à la crème fraîche. D’autres variations existent, puisqu’il est très facile de changer le fourrage du dorayaki : à la châtaigne, à la crème de patate douce, à la crème de matcha… On peut aussi y mettre de la glace et même rajouter toutes sortes d’ingrédients par-dessus. Bref, il y en a pour tous les goûts !

Lire aussiAzuki, les haricots rouges japonais

L’origine controversée du dorayaki

Plusieurs histoires entourent la naissance du dorayaki. Le mot dora signifiant "gong" en japonais, le nom de la pâtisserie viendrait de sa forme ronde et sa couleur dorée. On raconte que le moine-guerrier Saito no Musashibo Benkei (1155-1189) aurait un jour oublié son gong chez un fermier chez qui il se cachait. Après son départ, le fermier aurait fait frire un gâteau sur cet instrument et aurait ainsi inventé le dorayaki. Mais on dit aussi que le fermier et son épouse auraient servi un gâteau de cette forme à Benkei, le rendant ainsi populaire. Bref, impossible de connaître la vérité !

Il est également possible que la forme ronde et plate du dorayaki soit tout simplement inspirée de pâtisseries occidentales. En effet, la majorité des wagashi au Japon ont plutôt des formes "fermées", la pâte de haricot se trouvant entièrement à l’intérieur du gâteau, comme c’est le cas du petit manju ou de l’imagawayaki, un cousin du dorayaki en recette et en goût. Ce n’est pas le cas du dorayaki, qui est "ouvert". Justement, il n’avait pas cette apparence de "sandwich" à l’origine : on prête la présentation actuelle à une pâtisserie d’Ueno à Tokyo, Usagi-ya. L’établissement, qui existe toujours, aurait commencé à commercialiser le dorayaki sous cette forme au début du XXe siècle.

À lire : Les manjû japonais

Il faut savoir par ailleurs que dans le Kansai, le dorayaki ne porte pas le même nom : il s’appelle mikasa, en référence au Mont Wakakusa qu’on surnomme Mikasa. Cette colline se trouvant près de Nara est connue pour être un excellent point de vue pour admirer la lune. La forme du dorayaki rappellerait aux locaux celle de la pleine lune qu’on observe du Mont Mikasa. À Nara, des mikasa de très grande taille (environ 20 cm de diamètre) sont d'ailleurs commercialisés. On n’en finit donc plus de conter des histoires autour de ce délicieux gâteau !

Une gourmandise populaire

Vous l’aurez compris, le dorayaki est apprécié de tous les Japonais, petits ou grands. Il est donc naturel de le retrouver un peu partout dans la culture populaire japonaise. On citera en particulier le personnage d’anime des années 1980, Doraemon, un robot-chat bleu qui raffole de dorayaki. Il tombe d’ailleurs régulièrement dans toutes sortes de pièges à cause de son obsession pour le gâteau rond. Certains stands vendeurs de dorayaki ont un dessin ou une figurine de Doraemon à côté de leurs pâtisseries.

Plus récemment, le dorayaki a été célébré dans "Les Délices de Tokyo", de Naomi Kawase. Le film, qui a connu un succès notable en France – et dont l’intrigue n’est par ailleurs pas culinaire – montre extensivement et de façon très appétissante toutes les facettes de la préparation du dorayaki, contribuant ainsi encore plus à sa renommée.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs