Le kaki   柿

Date de publication :
Des kakis encore sur l'arbre

Des kakis encore sur l'arbre

Des kakis de la préfecture de Wakayama

Des kakis de la préfecture de Wakayama

Le kaki découpé et prêt à être dégusté !

Le kaki découpé et prêt à être dégusté !

Des kakis en décoration et en cours de séchage

Des kakis en décoration et en cours de séchage

Fruit d'automne

Quand les feuilles rougissent, les étalages des marchands de fruits, eux, deviennent orange : la couleur du kaki, fruit national du Japon. 

Arbre à kakis du parc Commémoratif Showa à Tokyo

Arbre à kakis du parc Commémoratif Showa à Tokyo

À l'approche de l'automne, au moment où les températures commencent à baisser, les étalages se renouvellent : les premières mandarines, les premiers kakis apparaissent. Plusieurs variétés de différentes formes sont souvent présentées. Mis à sécher, ils sont parfois utilisés pour la décoration de certaines vitrines. Ce fruit est en réalité un fruit national qui pousse en bordure des champs à la campagne. C’est Wakayama (la préfecture du Koyasan ou encore de Shirahama) qui en produit le plus et les marchés locaux proposent même de les expédier dans tout le pays.

Dans l’assiette

Le kaki le plus courant au Japon surprend à la première dégustation car il n’est pas du tout astringent comme celui vendu en France. Peu sucré et doux, le fuyugaki a une chair ferme et le fruit est parfois sans pépins. Un vrai délice !

Le fruit se déguste comme une pomme en le coupant en quartiers en dessert ou dans une salade de fruit. Il agrémente par exemple les menus végétariens de Koyasan. Mais il peut également être utilisé dans une salade en entrée marié à un avocat par exemple. Dans la catégorie non astringent, il existe également la variété jirogaki, dont le fruit est plus aplati et plus marqué.

À lire : Shôjin ryôri, la cuisine végétarienne des moines

Dans la catégorie astringent, certains fruits sont traités pour plaire au consommateur. C’est le cas par exemple du hiratanenashigaki. Il est alors mangé plus mou et se mange parfois à la petite cuillère. Les fruits au Japon ont parfois un prix élevé. Le kaki se situe entre 100 yen et 150 yen (1€) pièce et se vend la plupart temps par trois, quatre ou cinq.

Douceurs japonaises

Ce n’est pas du tout ! Le kaki est également séché pour être consommé plus tard dans la saison et notamment au moment des fêtes. Les Japonais ont développé une technique particulière très spectaculaire pour obtenir ce résultat. Les fruits sont tout d’abord pelés puis accrochés le long d’un fil, soit verticalement, soit horizontalement comme des guirlandes. Ensuite, il suffit d’attendre que le kaki devienne bien sec. Le résultat obtenu de toute cette concentration de kakis est très impressionnant. Il est même possible de trouver des pâtes de fruit au kaki !

À découvrirDélices d'automne japonais

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs