Le mochi, le dessert traditionnel japonais par excellence   餅

Date de publication :
Des mochi colorés

Des mochi colorés

Une pâtisserie à base de riz gluant

Très apprécié en Asie, le mochi est une pâtisserie traditionnelle confectionnée à base de riz gluant et fourrée au anko (la pâte de haricot rouge). Originaire de Chine, ce dessert est aujourd’hui un incontournable au Japon ! Et notamment lors du Jour de l’An, dont il est une attraction à part entière.

De l'akafuku, servi avec un peu de thé

De l'akafuku, servi avec un peu de thé

Un dessert savouré dans tout le Japon

Introduit sur l’archipel à la fin de la période Jômon (300 av.JC), le mochi est un dessert millénaire qui a toujours eu une place particulière dans le cœur des Japonais.

Alors utilisé comme offrande lors des cérémonies religieuses sous Heian (794-1185), il arrive très rapidement sur les tables de la noblesse au cours de l’époque Muromachi (1336-1573) lorsqu’il devient un élément indispensable de la cérémonie du thé. De part son goût très sucré, il balance en effet à merveille l’amertume du thé vert ! Une caractéristique qui lui sied toujours aujourd’hui, puisque le mochi est encore utilisé dans l’art du sadô.

En tant que dessert traditionnel, le mochi est désormais dégusté lors de nombreux événements. Et que ce soit au détour d’un stand de masturi, un festival traditionnel japonais, ou lors des fêtes de fin d’année, cette petite boulette de riz est un incontournable des tables japonaises.

En décembre, il est même une véritable attraction !

Servant de base au kagami mochi, les gâteaux qu’on utilise au sanctuaire shinto lors des cérémonies du Jour de l’an, le mochi doit être préparé plusieurs semaines à l’avance pour laisser la pâte reposer. Sa fabrication attire alors les foules, et de nombreuses personnes se pressent chaque année dans les rues pour assister au pétrissage du mochi (dit mochitsuki) qui a souvent lieu en public à la fin décembre.

Il faut dire aussi que le mochitsuki est un petit spectacle a lui tout seul !

Un kagami mochi

Tous les Japonais auront chez eux au moment du Nouvel An un kagami mochi, qui doit être brisé une fois le Nouvel An passé

Généralement, deux ou trois hommes s’occupent de la tâche : les deux premiers battent le mochi à l’aide de pilons, et le troisième donne la cadence en criant  "ichi, ni, san…" ("un, deux, trois...") pour éviter que les marteaux ne s’entrechoquent et qu’une ou deux mains ne soient écrasées lorsqu’on retourne la pâte brûlante.

Les mochi sont ensuite consommés en grande quantité lors des fêtes, ce qui donne parfois lieu malheureusement à de tragiques accidents. La pâte étant très gluante, plusieurs personnes s’étouffent chaque année à cause d’une boulette de riz trop vite engloutie jusqu’à ce que mort s’en suive. Restez donc prudent !

Comment est fabriqué le mochi ?

Pour obtenir du mochi, il faut faire cuire du riz gluant à la vapeur. Mais attention, pas n’importe lequel : du mochigome, c’est-à-dire du riz à mochi !

Celui-ci est ensuite rincé et battu à chaud jusqu’à obtenir une pâte gluante, et le riz est pilé pour devenir une pâte blanche.

Traditionnellement, on fourra cette pâte avec du anko, mais il existe désormais de nombreuses manières d’apprécier le mochi !


Les différents types de mochi

Bien qu'il existe quelques recettes de plats salés à base de mochi, c'est surtout en pâtisserie qu'on le retrouve. En brochette ou saupoudré de soja, la boulette de riz se décline à l’infini !

  • L'abekawa mochi (ou kinako mochi) : la boule de mochi est saupoudrée de soja grillé.

  • Le daifuku mochi: est une boule de mochi dont le cœur est constitué d'azuki (pâte de haricots rouges). C'est un dessert extrêmement populaire et toutes les régions en ont leur propre recette.

Dango mochi sur le feu

Les dango mochi font partie des pâtisseries à base de mochi les plus consommées au Japon.

Sakura domyoji

Dans le sud du Japon, on appelle "sakura mochi" une pâtisserie légèrement différente : le sakura dômyôji

bochan dango

Les botchan dango mélangent les saveurs : thé, cerisier, nature. On en trouve dans tous les konbinis et supermarchés.

Un bol de zenzai

Le zenzai, est un dessert servi chaud ou froid. Pour une fois c'est le mochi qui baigne dans l'azuki et pas l'inverse.

  • Le dango mochi : est une sorte de brochette sur laquelle sont enfilées trois petites boules de mochi (parfois de différentes couleurs). Il existe aussi une version nature, grillée ou non, et recouverte d'une sorte de caramel à base de sauce soja.

  • Le sakura mochi : est le mochi du hanami. Sa pâte est rose et sucrée, fourrée à l'azuki, et enrobée d'une feuille de cerisier.

  • Le zenzai : est une soupe de haricots rouge sucrée servie froide ou chaude, où baigne du mochi fondu. C’est un dessert maison dont les Japonais raffolent.


Où acheter du mochi au Japon ?

S’il est facile de trouver du mochi sur les stands des matsuri, pas besoin d’attendre toute l’année que l’occasion se présente pour en déguster !

En effet, on trouve aujourd’hui de plus en plus de mochi au konbini, mais également dans les jardins traditionnels qui proposent des petites cérémonies du thé comme le jardin Rikugi-en à Tokyo ou le jardin Korakuen à Kanazawa par exemple. On peut également en acheter dans les depachika , les galeries marchandes des gares, au rayon des pâtisseries traditionnelles.


Les meilleurs endroits pour manger du mochi à Tokyo

Si vous ne désirez pas forcément rapporter du mochi à la maison, sachez qu’il existe également de nombreuses pâtisseries traditionnelles où en déguster sur place. Notamment sur la capitale, où les douceurs s’accompagnent parfois d’une bonne tasse de thé fumante.

  • Seigetsudo Honten (Ginza)

Depuis 1907, Seigetsudo Honten propose de nombreuses variétés de mochi dans sa boutique située à Ginza. Leur spécialité, le goma mochi (du mochi au sésame et à la pâte de haricot rouge) est d’ailleurs leur best-seller depuis les années 1910 !

Adresse : 7-16-15 Ginza Chuo Tokyo
Horaires : de 09h30 à 19h du lundi au vendredi, et jusqu’à 18h le samedi (fermé le dimanche).
Itinéraire : à deux pas de la gare Higashi-Ginza (lignes Asakusa, Hibiya)

  • Mizuho (Harajuku)

Située dans le très populaire quartier de Harajuku, Mizuho est probablement l’une des pâtisseries traditionnelles les plus réputées des environs. Ses daifuku sont sold-out dès le début de l’après-midi, et ses portions généreuses en font l’un des établissements les plus avantageux en matière de rapport qualité-prix.

Adresse : 6-8-7 Jingumae Shibuya Tokyo
Horaires : de 08h30 jusqu’à la rupture de stock du lundi au samedi (fermé le dimanche)
Itinéraire : à deux minutes à pied de la gare Meiji-jingu (Harajuku) mae (lignes Chiyoda, Fukutoshin)

  • Oiwake Dango Honpo (Shinjuku)

Comme son nom l’indique, Oiwake Dango Honpo revisite la recette du dango. Qu’ils soient à la fraise, au matcha, ou au sésame, ces derniers font l’objet d’un véritable culte dans la petite pâtisserie qui vend également d’autres wagashi ! Les dango tout comme les autres pâtisseries se dégustent alors sur place ou à emporter, accompagnés de thé ou non.

Adresse : 3-1-22 Shinjuku Shinjuku, Tokyo
Horaires : tous les jours de 10h à 20h30
Itinéraire : à quelques minutes à pied de la gare Shinjuku-sanchome (ligne Marunouchi)

  • Gekkou (Ueno)

Spécialisé aussi bien dans le mochi que dans le thé, Gekkou est une adresse à retenir pour quiconque désire s’initier à la pâtisserie japonaise. Les propriétaires fabriquent leur mochi eux-même, et plusieurs recettes maisons sont ainsi à découvrir dans ce petit café de Ueno qui sert également des glaces traditionnelles en été.

Adresse : 3 Chome-7-18 Negishi, Taito-ku, Tokyo
Horaires : de midi à 19h30 en semaine, et de midi à 19h le week-end
Itinéraire : à deux pas de la gare Uguisudani (lignes Keihin-Tohoku, Yamanote)

Goma mochi

Du goma mochi

Les meilleurs endroits pour du mochi à Kyoto

Ville traditionnelle par excellence, la capitale historique regorge de petits salons de thé où le mochi comme le matcha coulent à flot !

  • Yuri Salon De Thé (Kyoto City Hall)

A deux pas de la mairie de Kyoto, Yuri Salon De Thé est connu dans le monde entier pour son mochi d’exception. Très prisés des habitants de Kyoto comme des célébrités, le salon de thé a notamment accueilli le premier ministre japonais et Steeve Jobs. Ses pâtisseries traditionnelles sont toutes faites maison et sont généralement accompagnées d’une tasse de matcha.

Adresse : 288-14 Nakahakusanchō, Nakagyō-ku, Kyoto City, Kyoto Prefecture
Horaires : tous les jours de 11h à 18h (fermé le mardi)
Itinéraire : en face de la gare Kyoto Shiyakusho-mae (ligne Tozai)

  • Saryo Hosen (Kita-oji)

Situé au nord de Kyoto, Saryo Hosen est un restaurant traditionnel très apprécié pour sa pâtisserie. Le restaurant sert toute une multitude de wagashi, dont le warabi-mochi (du mochi réalisé à partir d’amidon de fougère) et le mochi à la prune qui comptent parmi les spécialités de la maison.

Adresse :25 Shimogamo Nishitakagichō, Sakyō-ku, Kyoto City, Kyoto Prefecture
Horaires : de 10h à 17h (fermé le mercredi et le jeudi)
Itinéraire : à 20 minutes à pied de la gare Kita-Oji (ligne Karasuma)

Warabi Mochi

Warabi Mochi


Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs

La réalité

Le riz étant du sucre, le fourrage, du haricot ( sucre lent), le tout rehausser de sucre (saccharose), le mochi à beau être équilibré en goût, il n'a aucune qualité diététique particulière...

Mochi

Une douceur sans culpabiliser...car peu . Bref! À déguster sans modération! Peu !sucrée et à base d’ingrédients Bons pour la santé ! Riz gluant, pâte de haricots et pâte de sésame

mochi

trop bizarre comme texture, mais super bon.