Les spécialités culinaires d’Osaka   大阪の名物

Date de publication :
Okonomiyaki

Omelette ou pizza japonaise.

Takoyaki

Brochette de beignets de pieuvre, recouverte de sauce, de mayonnaise puis de bonite séchée.

kitsune udon

Bol de udon avec une tranche de tofu frite posée par-dessus.

Yakiniku

Barbecue de viande coupée en tranches fines inspirée du barbecue coréen.

tessa

S’il n’est pas servi extrêmement frais et vidé de ses organes toxiques, le tessa contient un poison mortel.

kushikatsu

Brochettes de légumes, viande ou fruits de mer panés.

Horumon

Le horumonyaki est un barbecue d’abats de porc.

taiko manju

Pâtisserie à base de génoise fourrée à la pâte de haricots rouges azuki.

Que goûter à Osaka ?

Osaka, troisième plus grande ville du Japon, est réputée pour sa culture culinaire. Pour beaucoup, elle est emblématique de la cuisine de rue japonaise. Il faut dire que c’est la ville qui a vu naître les nouilles instantanées et les bars à sushis ! 

Voici 10 spécialités culinaires japonaises emblématiques du Kansai à ne pas manquer lors de votre passage à Osaka :

L’okonomiyaki est surnommée "omelette japonaise" ou "pizza japonaise", bien qu’il n’ait pas grand chose à voir avec une pizza italienne. À Osaka, des restaurants spécialisés dans cette galette qu’on déguste à même le comptoir (chaud) en servent d’excellentes dans le célèbre quartier de Dotonbori, mais aussi autour de Namba.

Attention : vous ne goûterez pas aux mêmes recettes d’okonomiyaki partout ! À Hiroshima et Kyoto, on le prépare différemment. Ne manquez donc pas la version d’Osaka, plate, avec moins de chou et beaucoup de sauce dessus.

Le takoyaki est un peu la superstar de la cuisine de rue à Osaka. Peut-être à cause de son aspect un peu curieux, on fait la queue dans Dotonbori pour en avoir et les échoppes se multiplient à mesure qu’on progresse dans le quartier. Le takoyaki est une sorte de brochette de beignets de pieuvre, recouverte de sauce, de mayonnaise puis de bonite séchée. La petite pieuvre restant parfois entière dans la boule de pâte, il peut arriver de devoir la gober !

  • Kitsune udon : les udon du renard

Le kitsune udon est un bol de udon avec une tranche de tofu frite posée par-dessus. Kitsune signifie "renard". Le nom de ce plat vient de la croyance populaire que "le renard aime le tofu frit". Le kitsune udon est servi partout au Japon aujourd’hui, mais on dit que le restaurant qui l’a inventé se trouve à Osaka : l' "Usanamitei Matsubaya", dans le quartier de Shinsaibashi. Le bouillon dans lequel sont servis les udon à Osaka est légèrement plus clair que celui qu’on goûtera à Kyoto.

  • Yakiniku : barbecue d’Osaka

Le yakiniku est un barbecue de viande coupée en tranches fines (la version sur grill du shabu-shabu) qui s’inspire du barbecue coréen. Les meilleurs restaurants à Osaka pour profiter du yakiniku se trouvent autour de Tsuruhashi. C’est un repas parfait en groupe puisque chacun fait griller sa viande sur le feu central.

  • Ikayaki : calamar en crêpe

Encore un yaki ! Ce mot signifie "grillé" et à Osaka, tout ce qui est grillé est vraisemblablement bon. L’ikayaki d’Osaka est une crêpe de calamar. La pâte est faite à base d’œufs et de farine. On garnit l’intérieur de tranches de calamar avant de mettre le tout à cuire et le tour est joué !

  • Fugu ou tessa : le dangereux poisson-globe

Voilà un plat controversé au Japon et enveloppé de mystère pour le reste du monde ! Le fugu, ou poisson-globe, appelé tessa à Osaka, est l’une des spécialités les plus redoutées (et les plus onéreuses). Et pour cause : s’il n’est pas servi extrêmement frais et vidé de ses organes toxiques, il contient un poison mortel. Au Japon, seuls les chefs possédant une licence spéciale sont habilités à servir du fugu. On le mange généralement en sashimi, mais aussi grillé ou en shabu-shabu.

  • Hakozushi : des sushis en boîte

Rassurez-vous, on ne parle pas ici de sushis en boîte de conserve. Non, les hakosushi tirent leur nom de leur forme carrée, obtenue par tassement du riz dans une boîte en bois  (hako signifiant "boîte"). Traditionnellement, ce sont des sushi d’anguille grillée (unagi), de daurade, d’omelette et de champignons : ces ingrédients de couleurs différentes donnent un aspect artistique aux plateaux de hakosushi.

  • Kushikatsu : brochettes panées

Les kushikatsu sont une spécialité de la cuisine de rue d’Osaka. Ce sont des brochettes de légumes, viande ou fruits de mer panés. Ils sont à déguster avec toutes sortes de sauces, mais la tradition veut qu’on ne trempe sa brochette qu’une seule fois dans une sauce ! C’est une question de politesse. Le quartier de Tsutenkaku est réputé pour ses restaurants de kushikatsu.

  • Horumon : entrailles de porc grillées

Pour avoir envie de goûter les horumon, il faut d’abord être un amateur d’abats car il s’agit d’un barbecue d’abats de porc (cœur, langue etc). C’est donc le même principe que le yakiniku, mais avec les parties qui n’ont pas été servies pour le yakiniku. Rien ne se perd !

  • Taiko-manju, ou imagawayaki

Et pour finir cette liste (non-exhaustive) de spécialités d’Osaka, n’oublions pas le sucré ! Si les pâtisseries japonaises sont délicieuses partout dans le pays, chaque région possède ses petites préférées. À Osaka, on mentionnera le taiko manju ou imagawayaki : une pâtisserie à base de génoise fourrée à la pâte de haricots rouges, azuki. Aujourd’hui, on peut la trouver avec plusieurs farces. Vous en achèterez facilement à la gare d’Osaka.

À lire : Le manju japonais

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs