Les spécialités japonaises d'hiver   冬の食べ物

Date de publication :
Le bishu nabe, cuisiné dans du saké, est le plat typique de la ville de Saijo

Le bishu nabe, cuisiné dans du saké, est le plat typique de la ville de Saijo

Le pot au feu japonais, Oden

Le pot au feu japonais, Oden

Le yuzu est le produit phare du village d'Umaji

Le yuzu est le produit phare du village d'Umaji

Les spécialités japonaises d'hiver

Alors que les températures chutent, quoi de mieux qu'un bon plat fumant pour se réchauffer ? Découvrez les spécialités culinaires hivernales du Japon !

Nabemono, la fondue japonaise

Ishikari nabe

Ishikari nabe

Le nabemono est un plat d'hiver familial, qui représente plus un concept qu'une recette à proprement parler. La traduction littérale de nabe est "marmite" ou "casserole". En japonais, nabe désigne le pot en terre cuite dans lequel le plat est cuisiné. Pour faire un nabemono, c'est très simple : il vous faut un plat à nabe et une plaque chauffante, à poser au milieu de la table. Bien que les ingrédients soient très variés, les basiques sont le chou chinois, le tofu, les champignons, les nouilles (udon, kuzukiri, pâtes de konjac), le poisson et de fines tranches de viande (bœuf, porc). Coupez tous les ingrédients puis faites-les cuire dans un bouillon (eau, bouillon de poisson katsuobushi ou d'algues kombu) et dégustez !

Lire : Les nabemono



Sukiyaki maison

Sukiyaki maison

Le Sukiyaki est un plat traditionnel d'hiver, introduit officiellement à l'ère Meiji (1868-1912). Il consiste en une fondue de tranches de viande (bœuf), accompagnées de légumes et divers ingrédients, le tout cuit dans un bouillon sucré (sauce soja, sucre et mirin). Enfin, il est de coutume de tremper les aliments cuits dans un petit bol de jaune d'œuf cru avant de les consommer ! La plupart du temps le Sukiyaki est servi dans une marmite métallique. Vous pourrez goûter ce plat japonais en hiver et surtout en fin d'année, lors des bônenkai ("fête pour oublier l'année passée"), célébrées entre collègues ou amis.

  • Shabu Shabu

Le nom Shabu shabu viendrait de l'onomatopée "shabu shabu", correspondant au bruit que les aliments font une fois plongés dans le bouillon chaud. Bien que le Sukiyaki et le Shabu shabu se ressemblent, le second est moins sucré et plus savoureux. Le Shabu shabu serait un ancêtre de la fondue chinoise. Ce plat est cuisiné et servi dans un plat en céramique, le donabe. Les ingrédients sont servis crus dans des assiettes, afin que chacun les fasse cuire selon ses envies. Le bouillon du Shabu shabu est plus léger que celui du Sukiyaki ; il consiste en une recette légère à l'algue konbu. Enfin, une fois cuits, les aliments sont à tremper dans deux sauces : ponzu (au goût acidulé d'agrumes) et gomadare (sauce sésame). Lorsque tous les ingrédients ont été mangés, il est possible d'ajouter des nouilles udon dans le bouillon.

Les ustensiles et les ingrédients nécessaires pour un bon shabu shabu

Les ustensiles et les ingrédients nécessaires pour un bon shabu shabu

Oden, le pot-au-feu japonais

Oden, le pot-au-feu japonais

  • Oden

Ce pot-au-feu à la japonaise est un plat originaire du Kanto (région de Tokyo). Pour préparer un Oden, il faut commencer par un bouillon aux algues kombu. Ajoutez-y ensuite œufs, radis daikon, chikuwa (gâteau de poisson) et de bâtonnets de konjac (konnyaku). L'Oden est souvent accompagné de moutarde karashi. Au Japon, vous en trouverez dans les stands ambulants, yatai, ainsi que dans les konbini et les izakaya. Différentes versions régionales existent : à Nagoya, où il est appelé Kanto-ni, les ingrédients sont trempés dans de la sauce soja ; tandis que dans le Kansai (région d'Osaka), il est connu sous le nom de Kanto-daki et se présente dans un bouillon plus parfumé que celui de la capitale de l'est. Sur l'île de Shikoku, dans la région de Kagawa, des nouilles udon accompagnées de sauce miso sucrée sont servies avant l'Oden.

Lire aussi : Le miso

Kiritanpo, la soupe d'Akita

Kiritanpo, la soupe d'Akita

  • Kiritanpo

Le Kiritanpo est une spécialité de la préfecture d'Akita, dans le nord de l'île de Honshu. Ce pot-au-feu local est composé de poulet locaux, les hinai-jidori, de légumes, de bâtonnets de riz grillé au charbon, de poireau japonais negi, de champignons maitake, de persil japonais seri et de la bardane.

Les fruits de mer

Tarabagani, le crabe d'Hokkaido

Tarabagani, le crabe d'Hokkaido

Barbecue de crabe Tarabagani

Barbecue de crabe Tarabagani

  • Tarabagani, le crabe d'Hokkaido

Le milieu de l'hiver est la saison du Tarabagani, appelé crabe royal du Kamtchatka en français (Paralithodes camtschaticus). C'est le crabe le plus cher et le plus recherché dans le monde. En France, il se vend en moyenne à 250 euros de kilo. Il peut être consommé sous forme de sushi (cuit ou cru), de chirashi, bouilli ou encore de barbecue. En hiver, nous vous recommandons la spécialité d'Hokkaido : le nabe de crabe, kani nabe.

Voir : Manger du crabe au Japon

L'hiver est aussi la saison du fameux poisson fugu, connu pour son venin mortel. Un certificat d'État est obligatoire pour ouvrir un restaurant de fugu au Japon. Le poisson se déguste bouilli, museau compris, plongée dans une marmite nabe avec champignons, légumes, tofu, le tout arrosé d'un verre de hirezake (un sake dont la bouteille contient un aileron de fugu) ou bien en sashimi translucides, formant une fleur hivernale dans l'assiette. 

Par réflexe défensif, le fugu se gonfle lorsqu'il se sent attaqué.

Par réflexe défensif, le fugu se gonfle lorsqu'il se sent attaqué.

Les lamelles de fugu

Les lamelles de fugu (sashimi) sont un met très raffiné.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs