O-cha : le thé vert japonais   お茶

Date de publication :
champs thé shizuoka

Les champs de thé vert de Shizuoka au printemps

Le pavillon de thé Meimei-an

Avec son toit de chaume, très épais, ce maison de thé est vraiment hors du commun.

Mont fuji et thé

La vue du mont Fuji dominant les champs de thé de Makonohara est à elle seule une bonne raison de venir.

Greenpia Makinohara

La cueillette est un travail d'équipe !

Salle de thé

Une salle de thé près de Shizuoka pour les groupes de touristes.

Des nuances de vert

Le thé vert est souvent mal compris par les Européens en visite au Japon. Il s’agit pourtant du goût japonais le plus typique, que l’on retrouve partout : en boisson, en pâtisserie, en nouilles, sur les grandes tables et dans chaque distributeur. Petit guide de dégustation.

Le thé vert arrive probablement au Japon vers le VIe siècle, avec le retour des ambassades qui avaient été envoyées Chine. Plusieurs endroits se disputent encore le titre de lieu de naissance du thé japonais : Uji, le temple Kozanji au Nord de Kyoto ou encore l’île de Kyushu. 

L'art du thé

A partir du XIIe siècle le thé est consommé lors de cérémonies du thé (chanoyu), liées au bouddhisme zen et à la culture samouraï. Cette cérémonie du thé fait aujourd'hui partie intégrante de la culture traditionnelle japonaise. C'est dans la ville de Kyoto que l'on compte la majorité des grandes écoles de cérémonie du thé, de salles de thé et de démonstrations publiques - comme au Gion Corner.

Découvrez l'art du thé à Ginza avec Voyagin.

La plante miracle

Le thé vert est considéré comme une plante miracle : anti-cancérigène, diurétique, diététique, antioxydante, contre les maladies cardio-vasculaires, etc. Certains lui attribuent la longévité bien connue des Japonais. Les moines zen consomment le thé vert pour ses vertus en lien avec la concentration et le calme.

Aujourd'hui, le thé est consommé quotidiennement par tous et il en existe des variétés infinies, que les gastronomes se plaisent à différencier : 

  • le thé en feuille - sencha
  • la poudre de thé - matcha
  • le thé au blé - mugicha (sans théine)
  • le thé torréfié - genmaicha
  • le thé grillé - hojicha, consommé en été comme rafraîchissement

Vivre le thé vert

Le thé vert se prépare en roulant et en chauffant à l’étuvée les feuilles de théier avant de les faire sécher pour le sencha, ou de les réduire en poudre pour le matcha. C’est dans la province de Shizuoka que se trouve la majorité de la production avec les grands champs de Makinohara. L’endroit dispose d’ailleurs d’un musée du thé et les visiteurs peuvent aller directement cueillir le thé dans certaines exploitations.

Le thé vert s'apprécie avec le temps. La première dégustation peut dérouter mais après quelques tasses il devient difficile de s’en passer. Les Japonais le consomment lors du repas, à la place de l’eau, ou en boissons fraîches dans les distributeurs automatiques, très prisées durant les brûlantes journées d’été.

Où s'en procurer ?

Si vous souhaitez vous en procurer en guise de souvenir, passez par Kyoto et en particulier Uji ; ou encore par Shizuoka, pour avoir un thé de première qualité. Le thé n'est généralement pas vendu en sachets individuels, prévoyez donc d’avoir un infuseur. Le matcha, quant à lui, se prépare avec un fouet mais est surtout utilisé pour la pâtisserie en Europe. 

Pour les plus curieux, profitez de votre séjour pour goûter la glace au thé matcha, un subtil mélange de sucre et de thé au goût amer.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs