Conduire au Japon   車を運転する

Date de publication :

Une voiture garée devant un temple à Dewa-Sanzan (Tôhoku).

L'autoroute (高速道路 kōsokudōro) entre Kôbe et Naruto.

Un péage sur l'auroute Kinki, dans le Kansaï.

Une machine à péage au Japon.

Au Japon tous les panneaux routiers sont traduits en caractères romains... et même parfois en cyrillique (russe), ici à Hokkaïdô.

10 choses à savoir

Passez la première et laissez la route vous guider : conduire au Japon est une expérience à ne pas manquer lorsqu'on veut sortir des sentiers battus... à condition de savoir où l'on met les roues !

1. A gauche toute !

Le Japon fait partie des rares pays où l'on conduit à gauche, le volant se trouvant à droite. Il existe de nombreuses théories pour expliquer cela, toutes plus ou moins plausibles, mais aucune qui soit officielle. Attention, conduire à gauche peut être déstabilisante au début, mais passés quelques kilomètres, l’habitude vient.

2. Conduire en toute légalité

Le Japon n'accepte pas le permis international pour les conducteurs français. Il faudra donc impérativementfaire traduire votre permisde conduire auprès de la Japan Automobile Federation, une attestation valable aussi longtemps que l'original.

Afin de vous éviter les désagréments des formalités administratives et des différents allers-retours avec le service au Japon, Vivre le Japon, se charge de toutes les formalités pour vous via son service de traduction de permis de conduire pour le Japon.

3. Des voitures automatiques 

Presque tous les véhicules japonais sont dotés de boîtes automatiques. Ce qui rend la conduite facile et pratique, avec seulement trois vitesses : P pour "parking" (se garer), D pour "drive" (conduite), et N pour "neutral" (le point mort).

4. Excès de lenteur 

Conduire au Japon nécessite de la patience : 40 km/h autorisés en ville, de 80 à 100 sur les autoroutes, de 30 à 60 km/h partout ailleurs... La quasi-totalité des conducteurs roulent en général 20km/h au-dessus de ces normes, mais attention aux contrôles (les voitures de police sont fréquentes sur les routes japonaises, sans parler des radars). Une torpeur routière qui peut permettre de s'attarder sur les paysages... pour ne pas avoir les nerfs en pelote lorsqu'on met 3 heures à parcourir 100 km.

5. Les autoroutes au Japon

En parfait état, très bien entretenues et éclairées, ponctuées d'aires de repos avec toilettes (propres !), boutiques et restaurants, les autoroutes japonaises figurent parmi les plus agréables et les plus sûres au monde. Revers de la médaille : les péages nippons sont partout et excessivement onéreux. Il n'est pas un pont qui ne demande 100 yens par passage, (3500 円 pour le grand Seto Ohashi). Idem pour les autoroutes : comptez environ 2000 yens pour un trajet de 3 heures entre deux grandes villes... Il existe un système de carte prépayées baptisé ETC, mais s'y abonner est assez fastidieux.

Notez qu’il vous est possible de bénéficier très simplement de la carte ETC lorsque vous louez une voiture avec Vivre le Japon.

6. Car Navi 

Le GPS nippon propose une particularité bien utile : il permet de rentrer un numéro de téléphone et d'en faire une destination. La plupart des GPS sont en japonais mais il est possible de demander (à votre hôtel ou à un sympathique passant) de vous aider à utiliser cette fonction. A noter que sur demande, les voitures réservées auprès de Vivre le Japon peuvent être livrées avec un GPSen anglais.

7. En moto 

Le permis B français permet de conduire des 125 cm3 au Japon. Il vous faudra alors une attestation rédigée en français et en japonais, à obtenir auprès de la section consulaire de l'ambassade de France à Tokyo. Si vous avez ce permis B depuis moins de 2 ans, il faudra alors vous contenter de très petites cylindrées (50 cm3 maximum). 

8. Gare au garage 

De l'avis de tous les habitués de la conduite au Japon, voilà LE principal écueil lorsqu'on conduit au Japon en voiture. Il est strictement interdit de se garer "à la française", en double-file, sur le bord du trottoir, ou pire sur des parkings privés, et les amendes sont très sévères... La seule solution consiste à utiliser les parkings officiels, mais là encore attention : se garer au Japon coûte très cher. 500 yens pour 30 minutes, 2000 yens pour une nuit dans une grande ville ou dans des lieux très visités.

9. Le temps et l'argent 

L'excellent site Navitime permet aux conducteurs prévoyant d'estimer le temps qu'il leur faudra entre deux destinations, ainsi que le prix à acquitter aux péages (attention il n'est disponible qu'en japonais, mais son moteur de recherche accepte les caractères romains et permet de calculer prix et distance).

10. Voiture de location 

Si vous optez pour la location d’une voiture au Japon, demandez bien à ce que vous soit montré montre comment démarrer et arrêter le véhicule (beaucoup fonctionnent sans clé), et comment utiliser le GPS lorsque vous irez la récupérer.

Enfin, n'oubliez surtout pas votre permis de conduire ainsi que sa traduction officielle pour pouvoir conduire au Japon en toute légalité.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs