5 légendes japonaises célèbres   有名な日本の説話

Date de publication :
Momotaro contre les démons

Momotaro contre les démons

Des mythes appréciés de tous les Japonais

Les légendes sont depuis tout temps un moyen de rationaliser le monde et d'apporter des explications aux us et coutumes d'une culture. Que ce soit sur l'origine de l'univers, l'établissement politique du pays, ou la naissance de festivités encore célébrées aujourd'hui, les mythes suivants ont façonné la cosmogonie japonaise et font partie intégrante du folklore local.

1. Izanagi et Izanami, le mythe de la création du Japon

Tiré du premier livre écrit en langue japonaise, le Kojiki (dit "Notes sur les faits du passé"), le récit d'Izanagi et Izanami est l'un des mythes fondateurs de la cosmogonie japonaise.

Apparu au VIIIe siècle, il revient sur de nombreux fondamentaux théologiques dont la naissance des divinités japonaises et la création de l'archipel. Aujourd'hui encore, il sert de base aux cultes des esprits de la religion shinto.

À lire : Le shintoïsme, croyance en la nature et ses forces

Izanami et Izanagi

Izanami et Izanagi

L'histoire de la création du Japon remonte à l'époque où l'univers n'était que chaos et où les enfants des premiers dieux venaient de naître. Parmi eux, Izanagi et sa sœur et épouse Izanami reçurent l'ordre d'organiser le monde.

Peu de temps après l'invention de leur rituel de fécondité, plusieurs kami (divinités japonaises) et îles naquirent de l'union des deux dieux, dont l'archipel du Japon et quelques divinités majeures du shintoïsme comme le dieu du feu Kagutsuchi (ou Homasubi).

Voir aussi : La notion de dieu en japonais

La naissance de ce dernier est d'ailleurs un élément fondamental du récit puisque Izanami mourut des brûlures de l'accouchement et s'en alla dans le royaume des morts. La suite rappelle alors le mythe d'Orphée.

Izanagi, attristé par la disparation de sa femme, descendit aux enfers pour tenter de la ramener sur Terre. Cette dernière lui promit de le suivre, à la seule condition qu'il ne se retourne pas pour la regarder avant d'atteindre la sortie.

Comme Izanami prenait trop de temps pour sortir du palais des ténèbres, Izanagi fabriqua une torche avec l'une des dents du peigne de sa femme et entra dans le palais. Et c'est là, à la lumière de la torche, qu'il vit le corps en décomposition d'Izanami.

Humiliée, cette dernière envoya alors les esprits du monde des morts à sa poursuite. Izanagi leur échappa de justesse, et scella à jamais la voie qui reliait le monde des morts à celui des vivants.

De retour sur Terre, le dieu fit des ablutions pour soigner ses blessures. C'est comme cela que naquit selon la légende le rituel de purification encore utilisé aujourd'hui dans les rites shinto. 

Des souillures dont il se purifia naquirent ensuite d'autres divinités très honorées au Japon, comme la déesse du soleil Amaterasu, le dieu des tempêtes Susanoo ou encore le dieu de la lune, Tsukuyomi.


Pour en apprendre davantage : Livres de légendes japonaises

Le Chozuya (bassin purificatoire) du Seiganto-ji

Le Chozuya (bassin purificatoire) du Seiganto-ji

2. La grotte d'Amaterasu, un lieu sacré au Japon

Déesse du soleil, Amaterasu a toujours été en compétition avec son frère Susanoo, le dieu des tempêtes.

Non content de régner sur les mers, Susanoo partit un jour réclamer une partie du domaine des cieux légué à Amaterasu. Celle-ci lui lança alors un défi qu'il gagna, et Susanoo profita de sa victoire pour embêter sa sœur sans lui laisser de répit.

Vexée, Amaterasu se réfugia dans une caverne, ce qui provoqua une nuit infinie. Privée de soleil, la Terre devenue alors la proie de mauvais esprits. Une situation fâcheuse, que de nombreuses divinités essayèrent de régler mais sans succès : Amaterasu refusait de sortir de sa grotte.

Ema dans un sanctuaire Amaterasu

Ema dans un sanctuaire Amaterasu

Un jour, un banquet fut organisé près de la caverne pour inciter la déesse à sortir. Intriguée par les rires provoqués par la danse de la déesse de la gaîté Uzume, Amaterasu poussa légèrement la pierre qui bloquait la caverne pour en voir un peu plus. C'est là que le dieu de la force Ame-no-Tajikaraoen profita pour l'extirper de sa cachette, les autres divinités présentes bloquant ensuite l'accès à la caverne pour qu'elle n'y rentre plus.

Sortie de sa grotte, Amaterasu bannit alors Susanoo du royaume des cieux. Aujourd'hui, la grotte d'Amaterasu serait toujours visible à Kyushu, dans les hauteurs de l'île.

Voir également : Top 10 des activités en plein air à faire à Kyushu

Une route au pied du mont Kaimondake, sur l'île de Kyushu

Une route au pied du mont Kaimondake, sur l'île de Kyushu

3. L'Empereur Jinmu, 14 siècles de légitimité impériale

Jinmu est considéré comme le premier Empereur du Japon. Il a régné sur l'archipel de 660 av-JC à 585 av-JC, bien que son existence ne soit pas attestée par les historiens à proprement parlé.

En effet, comme pour tous les premiers Empereurs japonais, tout ce qu'on sait de lui n'est du qu'aux récits mythologiques du Kojiki. Un livre qui a permit d'asseoir le mythe de l'Empereur Jinmu dans tout le pays jusqu'à nos jours.

L'Empereur Jinmu

L'Empereur Jinmu

Littéralement ''Puissance Divine'', Jinmu serait un descendant direct des dieux puisqu'il serait l'arrière-arrière-arrière-petit-fils d'Amaterasu.

Son grand-père, l'arrière-arrière-petit fils de la déesse, aurait ainsi épousé la princesse Toyotama, la fille d'Owatatsumi, dieu de la mer et frère d'Amaterasu, avec qui il aurait eu un fils. Ce dernier aurait ensuite épousé la sœur de sa mère avec qui il aurait eu quatre enfants dont le futur Empereur Jinmu. Une histoire de famille compliquée, qui sert de légitimité à la lignée directe de l'Empereur Jinmu comme prétendante au trône du Chrysanthème depuis près de 14 siècles !

L'Empereur aurait alors reçu d'Amaterasu trois objets mythiques lui permettant d'avoir un pouvoir absolu sur le Japon : un miroir magique lui permettant de voir toutes les îles du Pacifique, l'épée de Kusanagi qui permettrait de défaire ses ennemis en un coup, et le Magatama, un collier qui permettrait d’accroître la fertilité de la lignée. Ces trois objets seraient aujourd'hui cachés dans trois temples du pays, et les emplacements exacts seraient gardés secret par la famille impériale depuis des générations.

4. Tanabata, le phénomène astronomique romantique

Tanabata est un matsuri d'été très populaire au Japon. Organisée traditionnellement le 7e jour du 7e mois du calendrier luni-solaire, la ''fête des étoiles'' est un rendez-vous incontournable pour de nombreux Japonais désireux de devenir chanceux en amour.

La tradition ? Accrocher ses souhaits à une pousse de bambou qui sera ensuite brûlée ou jetée à l'eau pour que les vœux se réalisent.

Festival chinois introduit au Japon sous Heian (794-1185), Tanabata était à l'origine une sorte de Saint-Valentin où les jeunes filles faisaient des pâtisseries traditionnelles qu'elles offraient aux divinités dans l'espoir d'avoir des amours heureux.

Selon la légende japonaise par contre, l'origine de Tanabata serait belle et bien locale, toujours avec une dose d'amour, mais teintée cette fois d'astronomie !

À lire : Tanabata Matsuri

Tanabata

Lanternes utilisées pour le festival Tanabata.

Tanabata est une fête au cours de laquelle les Japonais accrochent leurs vœux sur des branches de bambous

Tanabata est une fête au cours de laquelle les Japonais accrochent leurs vœux sur des branches de bambous

tanabata3

Vue nocturne des décorations LED de la fête des étoiles au jardin Shukkei-en d'Hiroshima

Orihime (étoile Véga) est une princesse, fille du dieu du ciel Tentei, qui passe son temps à coudre des vêtements pour son père sur les bords de la voie lactée. Comme elle n'a pas le temps de trouver de prétendant, son père décide alors de s'en charger pour elle et lui arrange un rendez-vous avec le prince Hikoboshi (étoile Altair).

Les deux jeunes gens tombent amoureux au premier regard et se marient peu de temps après. Mais pris de passion, ils commencent à délaisser leurs obligations au profit de leur mariage. Une situation qui déplaît fortement au dieu du ciel qui décide alors de séparer les deux époux par la voie lactée, leur permettant de se voir uniquement le 7e jour du 7e mois de l'année.

La légende fait en réalité écho à un phénomène astronomique, le ''Triangle d'été'', qui apparaît dans le ciel lorsque la distance entre les étoiles Véga, Altair et Déned s'amincit. Les trois étoiles forment ainsi un triangle isocèle, et c'est ce phénomène qui aurait inspiré la fête de Tanabata.

5. Momotaro, la légende d'un héros local

La légende de Momotaro apparaît à l'époque Edo (1603-1868) dans la ville d'Okayama (région du Chûgoku).

Momotaro (littéralement ''garçon-pêche'') est un petit garçon tombé des cieux, arrivé sur Terre dans une pêche qui flottait sur une rivière. Recueilli par une vieille dame qui lavait son linge non loin de là, il est élevé par celle-ci et son mari comme leur propre fils.

Momotaro et ses amis à Okayama

Momotaro et ses amis à Okayama

Momotaro grandit bien mais est un peu paresseux. Un jour, ses parents lui demandent d'aller chercher un peu de bois pour les aider. L'enfant revient alors avec un arbre entier et tout le monde commence à chanter les louanges de ce petit homme à la force surprenante. Sa renommée est telle qu'elle atteint les oreilles du seigneur du coin qui lui demande d'aller combattre les démons de l’île d'Onigashima.

Sur son chemin vers l’île, Momotaro rencontre un chien, un faisan et un singe. Ensemble, les quatre amis vaincront les démons et retourneront chez les parents de Momotaro qu'ils couvriront d'or.

Bien que certains historiens pensent que cette légende est inspirée de la vie du fils de l'Empereur Korei (-332 à -215) à qui on a demandé d'aller soumettre une province récalcitrante du pays (les ennemis étant métaphorisés sous forme de démons), Momotaro est aujourd'hui encore associée à la ville d'Okayama et inspire de nombreuses œuvres de la culture populaire.

Pour aller plus loin : Mythes et légendes des plages japonaises

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs