L'art traditionnel du Eisa d'Okinawa   沖縄のエイサー

Date de publication :
Un danseur de Eisa

Un danseur de Eisa

Défilé de Eisa à Okinawa

Défilé de Eisa à Okinawa

Parade à Okinawa

Parade à Okinawa

Danse dans les îles du Sud

Si Okinawa est connu pour ses plages et ses paysages de rêve, l'archipel possède également un patrimoine culturel très riche qui n'a jamais cessé d'évoluer. C'est le cas de l'art du Eisa, une danse accompagnée de tambours et de chants empruntée au bouddhisme qui fait désormais partie intégrante de la culture populaire d'Okinawa.

De tradition religieuse au folklore régional

Importé à Okinawa au XVIe siècle par des moines bouddhistes venus du centre du Japon, le Eisa se présente à ses débuts comme un art permettant de sublimer les cérémonies religieuses.

Se composant à la fois de musique et de danse, le Eisa était alors pratiqué lors des cérémonies funéraires pour accompagner les nenbutstu, les chants bouddhiques destinés à apaiser l'âme des défunts.

Cette tradition religieuse, le Eisa ne l'a pas perdu. Et on retrouve encore aujourd'hui ces danses à la fin des festivités d'Obon pour honorer l'esprit des ancêtres redescendus sur Terre. Défilés dans les rues d'Okinawa ou représentations de groupes professionnels au quatre coins de la préfecture, la fin août sur le petit archipel est généralement marquée par le son des tambours.

Lire : Instruments traditionnels japonais

Trois types de tambours traditionnels sont encore utilisés aujourd'hui : l'odaiko, une large caisse en forme de tonneau qui peut parfois être posée sur un pied si sa taille est trop imposante ; le shimedaiko, un tambour de taille médium qu'on transporte avec soi ; et le paranku, proche du tambourin occidental. Bien qu'autrefois ces instruments n'étaient joués que par les hommes, ils sont désormais accessibles à tous.

Eisa, l'art des foules

En effet, l'art du Eisa se démocratise sous l'ère Meiji (1868-1912). Et les défilés deviennent rapidement un moment de communion pour des personnes de tout âge et de tous horizons.

Cette volonté de rassembler donnera ainsi naissance quelques années plus tard aux premiers festivals de Eisa du pays, le Zento Eisa Matsuri en 1956 et le Furusato Eisa Festival en 1964, deux événements majeurs qui marqueront un tournant dans la discipline.

Présentés sous forme de concours, ils vont alors populariser l'art d'Okinawa dans tout le pays, qui de tradition religieuse locale, devient un véritable emblème du folklore régional. C'est donc une période de grand changement pour le Eisa qui voit ses chants et ses chorégraphies se moderniser, ses costumes se colorer, et ses groupes se professionnaliser.

Aujourd'hui, Okinawa compte des centaines de groupes, professionnels comme amateurs, qui continuent chaque jour de réinventer l'art du Eisa. Chaque groupe chorégraphie ses danses, choisit ses costumes, et construit son propre univers musical, au point que certains danseurs se sont totalement émancipés des chants religieux et ne font plus leurs représentations que sur des morceaux empruntés à la musique populaire de l'archipel.

Où apprécier l'art du Eisa à Okinawa ?

Bien que de nombreux hôtels d'Okinawa engagent des groupes professionnels à l'année pour divertir leur clientèle, la meilleure saison pour apprécier le Eisa reste la fin de l'été.

En effet, plusieurs festivals sont donnés les week-ends précédents la période d'Obon : le Yomitan Village Eisa Festival, organisé par l'association locale de Eisa de Yomitan qui regroupe chaque année une dizaine de groupes ; le festival de la ville de Ginowan ; la parade des 10 000 danseurs de Naha qui se tient le premier dimanche d’août dans la rue principale de la ville, la Kokusaidori ; ou encore le Zento Eisa Matsuri, qui a perduré aujourd'hui et qui a lieu tous les ans dans la ville de Koza. Ce dernier est le festival le plus célèbre d'Okinawa puisqu'il accueille chaque année plus de 200 000 visiteurs venus du monde entier !

Voir : Le village de Yomitan

À noter que tous les festivals se clôturent par un feu d'artifice, et que l'entrée est gratuite pour la majeure partie d'entre eux. Une belle occasion donc de découvrir cet art traditionnel régional à moindre coût…

Défilé de Eisa

Défilé de Eisa

Danseur de Eisa

Danseur de Eisa

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs