Les arts martiaux japonais   格闘技

Date de publication :
Judo

Judo

Karaté

Karaté

Sumô

Sumô

Kendô

Kendô

Kyudô

Kyudô

Naginata

Naginata

Hajime !

Les arts martiaux sont présents dans de nombreux pays d'Asie : Taekwondo en Corée, Tai-Chi-Chuan en Chine, Muay Thaï en Thaïlande... Mais les arts martiaux japonais sont les plus connus et les plus pratiqués et à travers le monde.

Voici un petit tour d'horizon des arts martiaux japonais :

Judô : le plus célèbre

Lorsque l'on parle d'arts martial, le judo est celui qui nous vient le premier à l'esprit. La France compte d'ailleurs de brillants judokas - David Douillet et Teddy Riner, pour ne citer qu'eux. Signifiant "la voie de la souplesse", le judo a été inventé par un moine japonais impressionné par la résistance des fines branches souples ne cédant jamais sous le poids de la neige, contrairement à d'autres plus robustes.

Karaté : le plus exotique

Le karaté (ou karaté-dô, la voie de la main vide) est né dans l'archipel tropical d'Okinawa, aujourd'hui préfecture du Japon mais autrefois royaume indépendant des Ryûkyû, à forte influence chinoise (le karaté aurait pour origine le temple Shaolin). Le karaté est un habile mélange de techniques offensives et défensives qui requièrent plusieurs parties du corps (mains, pieds, etc.).

Sumô : le plus ancien

Bien qu'il y ait peu de pratiquants en Occident, le sumo reste connu par bon nombre de Français - le plus mordu d'entre eux étant sûrement notre ancien président M. Chirac ! Le sumo consiste à pousser son adversaire hors du cercle ou à lui faire toucher le sol par une autre partie du corps que ses jambes. Si vous vous rendez au Japon, n'hésitez pas à assister à un tournoi de ce sport de titans !

Lire : Le sumo, un sport sacré au Japon

Aïkidô : le plus pacifiste

L'aïkido, également bien répandu en France, consiste à utiliser la force de l'adversaire pour anéantir sa volonté de nuire. C'est le principe de non-violence qui est mis en avant, il s'agit donc d'une sorte de sport de self-défense.

Kendô : le plus héroïque

Le kendô, la voie du sabre, est la plus ancienne discipline du budô, les arts martiaux japonais. Cette version japonaise de l'escrime se pratique avec une armure et un sabre de bois, le bokken, et en bambou, le shinai. Son ancêtre, le kenjutsu, est l'un des dix-huit arts martiaux que devaient pratiquer les samouraï.

À lire : Sur les traces des samouraï

Kyûdô : le plus patient

Le kyûdô, la voie de l'arc, est une forme de tir à l'arc japonais, influencé par le zen, le Confucianisme, mais aussi le taoïsme et shintoïsme. Le pratiquant est à la recherche du mouvement parfait : atteindre la cible est la preuve d'un équilibre entre un corps et un esprit disciplinés et harmonisés.

Lire aussi : Yabusame, l'arc des dieux

Naginata : le plus féminin

La naginata est une arme japonaise, similaire au fauchard à lame courbe. Pouvant atteindre deux mètres de longueur, elle était appréciée des moines et souvent utilisée sur les champs de bataille. Devenue obsolète à l'arrivée des armes à feux, elle resta malgré tout pratiquée, avec une lame courbe, par les filles de la noblesse.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs