Le bakeneko ou la légende du "chat-monstre"   化け猫

Date de publication :
Le Bakeneko, un chat pas ordinaire

Le Bakeneko, un chat pas ordinaire

Une superstition vieille de plusieurs siècles encore très présente aujourd'hui

À l'origine d'une superstition vieille de plusieurs siècles sur l'archipel, le bakeneko ou "chat-monstre" est un félin un peu spécial. Sa longue queue lui permettrait de se tenir debout, et on lui prêterait même le don de ressusciter les morts ! Aujourd'hui, ce chat maléfique fait toujours parler de lui. Et un festival a même lieu chaque année en son honneur dans le petit quartier tokyoïte de Kagurazaka...

Un chat pas si docile que ça

Si le maneki-neko est célèbre sur l'ensemble de l'archipel, son alter-ego maléfique l'est tout autant. Son nom ? Le bakeneko !

Représentation d'un Bakeneko

Représentation d'un Bakeneko

Littéralement "chat-monstre", le bakeneko est un yokai (esprit du folklore japonais) prenant l'apparence d'un chat à queue longue. Cette dernière lui permettrait alors de marcher sur deux pattes, et on lui prêterait certaines capacités comme la parole, le métamorphisme, et même la résurrection des morts !

Dans un registre un peu plus horrifique, un chat transformé en bakeneko irait même jusqu'à tuer son maître pour prendre sa place et contrôler ainsi toute la maisonnée !

Mais rassurez-vous, n'est pas bakeneko qui veut ! 

En effet, pour se transformer en bakeneko, un chat doit répondre à certains critères : avoir au moins 13 ans, peser plus de 3,5 kg, et posséder une queue anormalement longue. Une caractéristique qui a alors lancé une mode au XVIIè siècle : celle des chats à queue courte !

Une légende à l'origine de plusieurs superstitions au Japon

Née sous Edo (1603-1868) lorsque que les chats étaient utilisés en masse pour chasser les souris qui menaçaient les vers à soie dans l'industrie du textile, la légende du bakeneko tire son origine de la surpopulation féline qui hantait les rues de l'époque.

Les Japonais voyant les chats se multiplier en nombre, la superstition du chat maléfique à queue longue grandit au fil des années. Une superstition qui eut alors quelques répercussions sur les relations hommes-félins, puisque c'est de cette légende que naquit deux traditions encore répandues aujourd'hui : couper la queue des chatons pour que ces derniers ne se transforment pas en yokai en grandissant, et ne jamais laisser un chat s'approcher d'un mort sous peine que ce dernier ne ressuscite !

 Un chat à queue courte

Un chat à queue courte

Le Bakeneko Matsuri de Kagurazaka

Si aujourd'hui le bakeneko est relayé au rang de légende pour la plupart des Japonais, certains d'entre eux continuent de le craindre... ou de l'aduler !

Organisé tous les ans depuis 2010 dans le quartier tokyoïte de Kagurazaka, le Bakeneko Matsuri est en effet une ode au monstre-chat.

Parade à l'effigie du plus célèbre des félins, danses en son honneur, costumes, et snacks à son image, le Bakeneko Matsuri est assurément un festival à ne pas manquer si on est amoureux des chats !

Un défilé de Bakeneko à Kagurazaka

Un défilé de Bakeneko à Kagurazaka

Organisé tous les ans à la fin de la deuxième semaine d'octobre, le festival est aujourd'hui lié à un autre événement lui-aussi centré autour des joies du déguisement : Halloween !

Très populaire sur l'archipel, la fête de l'horreur est en effet propice aux défilés costumés. Une tradition que semble affectionner aussi le Bakeneko Matsuri, puisque l'événement central du festival prend la forme d'une parade géante en début d'après-midi où les participants doivent revêtir leurs plus beaux costumes de chat. Les inscriptions sont ouvertes de 10h à 13h30, et la participation est gratuite pour les enfants. Les adultes doivent quant à eux payer 500 yens (3,89 euros) pour défiler, et doivent porter au moins un accessoire rappelant le célèbre félin.

Les enfants profitent aussi du festival

Les enfants profitent aussi du festival

Le défilé commence généralement à 14h, puis est suivi vers 16h de la Anya Odori, la "danse des Nya".

Tirant son nom du miaulement du chat ("Nya" en Japonais), la Anya Odori est effectuée par les habitants du quartier déguisés en félin. Elle accueille également de nombreux musiciens de rue eux-aussi costumés pour l'occasion, et reste l'un des événements les plus attendus du festival !

La Anya Odori, la danse des Nya !

La Anya Odori, la danse des Nya !

Le obi-chat, un classique

Le obi-chat, un classique

Les musiciens de rue revêtent aussi leurs plus beaux costumes lors du Bakeneko Matsuri

Les musiciens de rue revêtent aussi leurs plus beaux costumes lors du Bakeneko Matsuri

À noter aussi que comme dans tout matsuri qui se respecte, le Bakeneko Matsuri regorge de stands de nourriture et de boissons. Mais pas que ! Il est également pourvu d'un atelier de maquillage pour transformer ces chères têtes blondes en félin, d'un stand de location de kimonos et de obi à imprimé neko pour 2 500 yens (19,48 euros), et de différentes échoppes de goodies et de snacks à l'effigie des chats.

Et si vous portez une clochette sur vous (à l'image de celles que les chats portent sur leur collier), vous aurez même droit à des réductions dans certains magasins du quartier ! La vie de chat, c'est décidément le paradis !

Informations complémentaires :
Adresse : Yaraicho, Shinjuku, Tokyo 162-0805
Tarif : défilé à 500 yens (3,89 euros) pour les adultes, gratuit pour les enfants
Horaires : le deuxième week-end d'octobre, de 10h à 17h
Itinéraire : en face de la gare de Kagurazaka (ligne Tozai)


Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs