Batailles et légendes dans la mer intérieure de Seto   源平合戦の歴史と伝説

Date de publication :
1280px-The_ghost_of_Taira_Tomomori

Le fantôme de Taira Tomomori représenté avec l'ancre avec laquelle il s'est noyé et crabes heikegani. Estampe d'Utagawa Kuniyoshi (1851)

hoichi

Masaki Kobayashi a immortalisé l'histoire d'Hôichi dans son film Kwaidan sorti en 1964

akama-jingu_hoichi-do

Akama jingu à Shimonoseki

Bataille navale - la guerre de Genpei

Démons, fantômes et esprits ; batailles historiques dantesques ; pirates et valeureux guerriers,  mythes et floklore japonais... La mer intérieure de Seto est au coeur de nombreuses légendes, célèbres dans tout l'archipel. En quatre chapitres, Vivre le Japon vous fait découvrir ces histoires extraordinaires. Pour la deuxième partie de ce voyage, explorons l'histoire des batailles navales de la guerre de Genpei dans la mer intérieure de Seto et les légendes associées.

Une guerre de clans

La guerre de Genpei (1180-1185) est un épisode ô combien important de l’histoire du Japon. Son dénouement lors de la bataille de Dan-no-ura marquera en effet un tournant culturel et politique durable pour l’archipel. Ainsi à l’issue des combats, le shogunat est instauré ; système politique qui perdurera durant sept siècles, et l’époque de Heian (794-1185) s’achève au profit de l’époque de Kamakura (1185-1333). 

Mais revenons quelques années en arrière, à l’origine du conflit. La guerre de Genpei résulte de la lutte de deux clans familiaux désireux de ravir la succession impériale. Ces deux puissantes familles du Japon féodal en conflit depuis plusieurs décennies sont les Minamoto et les Taira, également désignés sous les noms de Genji et Heike. Devenu Premier ministre grâce aux victoires de son clan durant les rébellions de 1156 et 1160, Taira no Kiyomori parvient à placer sur le trône impérial son petit-fils âgé de 2 ans, Antoku, en 1180. Cette mainmise du clan Taira sur le pouvoir suprême met le feu aux poudres. Pour conquérir ou conserver le pouvoir, les deux familles se livrent une guerre sans merci ponctuée de 19 batailles dont trois se déroulent dans la mer intérieure de Seto.

La bataille de Mizushima

Après des combats à Uji et Nara, entre autres lieux, les Minamoto et les Taira vont faire de la mer intérieure de Seto un nouveau champ de bataille. La première bataille navale de la guerre de Genpei est celle de Mizushima, le 17 novembre 1183. 

En route vers l’une des bases les plus importantes des Taira, les Minamoto sont stoppés dans leur progression au large de Mizushima dans la province de Bitchû (partie ouest de l'actuelle préfecture d'Okayama). La technique de combat mise en œuvre par les Taira leur permet de sortir vainqueur de ce conflit. Ceux-ci sont en effet parvenus à attacher leurs bateaux ensemble et à créer une plateforme de combat en disposant des planchers entre les navires.

Genpei_kassen_2

Scène de la guerre de Genpei (1180-1185). Kano Motonobu, (1476-1569), période Muromachi (1336 et 1573)

La bataille de Yashima

La seconde bataille en mer de Seto leur sera bien moins favorable. En mars 1185, après plusieurs défaites successives, le clan Taira est contraint de se réfugier dans son fief de Yashima (ville actuelle de Takamatsu). 

Le 22 mars, des guerriers Minamoto, sur les ordres de Minamoto Yoshitsune, allument des feux à l’arrière de la forteresse; laissant penser aux Taira qu’ils s’apprêtent à les prendre à revers lors d’une attaque terrestre. Surpris, les Taira s’enfuient précipitamment à bord de leurs navires de guerre. Or, il s’agit là d’une ruse pour les forcer à quitter leur domaine. Embusqués sur leurs bateaux, les Minamoto attaquent alors la flotte Taira qui n’a d’autre choix que de fuir. 

Malgré cette terrible déroute, le clan Taira tient tout de même à garder la tête haute. Pour ce faire, ils mettent au défi le clan adverse d’abattre un éventail hissé au sommet du mât de l’un de leurs bateaux. Depuis son cheval posté dans les eaux jusqu’à l’encolure, le guerrier Nasu no Yoichi décoche une flèche et touche sa cible ; une extraordinaire prouesse d’archer qui lui vaudra d’entrer dans l’histoire.

Enrosai_Shigemitsu_-_Nasu_no_Yoichi

À la bataille de Yashima, Nasu no Yoichi Munetaka abat l'éventail des Taira.

La bataille de Dan-no-ura

Le 25 avril 1185, l’ultime bataille s’engage à Dan-no-ura dans le détroit de Shimonoseki. Celle-ci voit s’affronter 500 navires Taira contre 850 navires Minamoto. La mauvaise tactique de combat naval déployée par les Taira leur est fatale. 

Dans leur tentative d’encercler les navires ennemis, les Taira commettent une terrible erreur ; celle de révéler malgré eux la position du bateau sur lequel se trouve le jeune empereur Antoku. Dès lors le navire impérial est frappé sans relâche par les archers Minamoto. Les flèches s’abattent ��galement sans discontinuer sur les rameurs et hommes de barre des autres navires. Plus personne n’étant en mesure de commander, la flotte du clan Taira est perdue

Sur le bateau impérial, la grand-mère d'Antoku prend une terrible décision. Refusant de voir l'empereur être capturé, elle le prend dans ses bras et se jette à l'eau ; entrainant l'enfant de 7 ans dans les profondeurs de la mer intérieure de Seto. Bon nombre de guerriers du clan suivent cet exemple et préfèrent eux-aussi se suicider. Ainsi, Taira no Tomomori, l'un des commandants en chef de l'armée des Taira, se laisse couler au fond de l'eau; une ancre attachée au pied.

Minamoto_no_Yoshitsune,dannoura

Statue de Yoshitomo no Yoshitsune au parc Mimosusogawa à Shimonoseki

Des histoires de fantômes

La fin tragique des Taira ou Heike lors de la bataille de Dan-no-ura est relatée comme le reste toute l'histoire du clan dans un classique de la littérature japonaise, le Heike Monogatari ou Le Dit des Heike. Cette chronique est l'œuvre d'un érudit du 13ème siècle, prénommé Yukinaga. 

Composé en prose pour être déclamé par des conteurs jouant du biwa, le Heike monogatari a été adapté en pièce de kabuki et de théâtre de marionnettes, en chansons, en romans, en séries télévisées et films. 

Le Dit des Heike se retrouve également au cœur d'une des plus célèbres histoires de fantôme du Japon contée par Lafcadio Hearn dans son ouvrage "Kwaïdan" ou "Histoires et Études de choses étranges". 

Akama-jingu_hoichi-do

Monument dédié à Hôichi à l'Akama jingu

Dans cette légende de Mimi-nashi-Hôichi ou "Hôichi le sans oreilles", un conteur et joueur de biwa est aux prises avec les fantômes du clan Taira

Des samouraïs le conduisent chaque nuit face à un auditoire désireux d’entendre le talentueux Hôichi conter la tragique histoire de la défaite du clan Taira face aux Minamoto lors de la bataille de Dan-no-ura. Aveugle, le musicien ne perçoit pas qu’il se produit en réalité dans le cimetière du sanctuaire d’Akama où il n’a pour spectateurs que les fantômes du clan déchu. 

Pour mettre fin à l’emprise des esprits sur le pauvre Hôichi, des prêtres recouvrent son corps de versets du Sutra du Cœur. Cette protection ne sera efficace qu’à la condition qu’il reste immobile et silencieux quand on viendra à nouveau le chercher. 

Cette nuit-là, les samouraïs fantômes ne trouvèrent rien d’autre d’Hôichi que ses oreilles. Oubliées par les prêtres, ces dernières restaient visibles. C’est alors qu’un guerrier, perplexe devant ces deux seuls appendices, les lui arracha comme preuve d’obéissance à son maître.

Hoîchi ne serait pas le seul à avoir été aux prises avec les fantômes des Taira. 

Quelques semaines après la victoire des Minamoto, Minamoto Yoshitsune se trouve sur son bateau dans la baie de Daimotsu dans la province de Settsu (partie est de la préfecture de Hyôgo et partie nord de la préfecture d'Osaka). Il fuit son frère Yorimoto devenu shogun, qui le perçoit à tort comme un potentiel rival. 

En pleine mer, une chose bien singulière vient à se produire. Le brouillard obscurcit entièrement et subitement l'horizon. Les vagues commencent à secouer violemment le navire. Dans l’impossibilité de bouger, le vaisseau est alors attaqué par des hordes de fantômes sortant des eauxYoshitsune et ses hommes engagent le combat mais ne parviennent pas à se débarrasser de ces esprits vengeurs ; leurs armes étant inefficaces face aux spectres des Taira. 

Leur salut leur vient alors de Benkei, fidèle serviteur de Yoshitsune. Ce dernier réussit à faire fuir les fantômes en priant avec ferveur la protection divine.

estampe-fantome

Yoshitsune et Benkei attaqués par les esprits des guerriers Taira. Estampe de Kuniyoshi

Heikegani

Crabe Heikegani

À Shimonoseki, les histoires des Taira hantant les eaux de la mer intérieure de Seto sont toujours vivaces. La population locale raconte à loisirs que les crabes Heikegani qui vivent dans le détroit sont les esprits des guerriers du clan vaincu

Ces crabes ont pour particularité une carapace présentant un motif bien particulier : le visage en colère d'un guerrier Taira ! Il est vrai qu'à y regarder de plus près, la carapace de l'animal semble bien marquée d'un visage, qui plus est peu sympathique. 

Selon la légende, ces crabes serait la réincarnation des guerriers Taira puisque les crustacées auraient dévorés leurs restes à l'issue de la bataille de Dan-no-ura. 

Depuis cette date fatidique, les crabes Heike sillonneraient la mer intérieure de Seto à la recherche de leur héritage impérial perdu. 

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs