Les loyers au Japon   日本の家賃

Date de publication :

Immeubles d'habitations au bord de la Sumida à Tokyo

Le centre-ville d'Osaka

La ville de Tokyo et sa baie en fond

La ville d'Hiroshima, les immeubles du centre-ville au premier plan et au fond les petites maisons de la banlieue à flanc de colline

Tout savoir sur les prix des logements

Obtenir un logement au Japon n’est pas si difficile, mais les loyers sont élevés. Les grandes villes sont les plus onéreuses, et il y a des subtilités à connaître pour ne pas se faire surprendre par les frais d'installation.

Selon une étude parue en 2016 de la CIJN portant sur les prix des loyers les plus élevés dans les grandes villes du monde, le classement était le suivant : 1. New York, 2.Hong Kong, 3. Londres, 4.Tokyo et 5.Paris.

Villes et campagnes

Au Japon les loyers peuvent être chers, mais cela varie beaucoup selon les régions : un logement au centre de Tokyo n’a pas la même attractivité qu’à Aomori ! Ce sont dans les grandes villes que les prix s’envolent le plus, grâce au confort et aux services de proximité. Les logements près d’une gare sont aussi privilégiés. Un immeuble avec ascenseur et un système de porte à fermeture automatique aura aussi une incidence sur le prix.

Lire : Les différents types d'habitats japonais

Prenons l’exemple d’un studio de 18m² : en 2015, le loyer moyen était de 71 352 yen (environ 550€) à Tokyo, en sachant que la variation est grande entre les 23 arrondissements de la capitale. Du plus cher dans le quartier de Minato-ku (110 000 yen, soit 845€ en moyenne) au moins cher à Adachi-ku (50 000 yen, soit 385€ en moyenne). Pour cette même surface de 18m², les villes les plus chères sont dans l’ordre : Tokyo, Yokohama, Kobe, Saitama et Osaka.

Le système de logement japonais

Dans la région du Kantô (le grand Tokyo), il vous faut 4 à 6 mois de loyer pour pouvoir obtenir un logement:

  • Shikikin, qui représente 2 mois de loyer, est une caution partiellement remboursable car les frais de travaux et de nettoyage sont prélevés sur la somme.
  • Reikin, représente 1 à 2 mois de loyer : c’est une enveloppe de remerciement que l’on donne au propriétaire. C’est une coutume au Japon datant des années 1950.
  • Les frais d’agence, 1 mois de loyer.
  • Un autre mois de loyer d’avance, plus les charges et l’assurance habitation.
  • Il est également nécessaire d'avoir un garant, salarié d’origine japonaise.
  • Un autre élément à prendre en compte est que le contrat de location est à renégocier tous les 2 ans. Le locataire doit se ré-engager pour une nouvelle période, en payant de 1 à 2 mois de loyer, en plus des frais d’agence pour la seconde fois (appelé kôshin).

Dans la région du Kansai le système est un peu différent, car il vous faudra entre 3 à 6 mois de caution (partiellement remboursable) plus les frais d’agence pour accéder à une location.

À découvrir : 10 maisons japonaises atypiques

Il faut bien prendre en compte tous ces facteurs pour partir à l’aventure au Japon ! S’y installer ne s’improvise pas, vous devez avoir le budget nécessaire pour faire face à ces dépenses d'installation. Pour toutes ces raisons les Japonais préfèrent devenir propriétaires, car être locataire est un gouffre financier au fil du temps.

Les logements sociaux au Japon 

Rassurez-vous, le système du logement social existe aussi au Japon. Il n’y a pas de frais comme dans le parc privé (seule une caution d'un mois ou deux) mais certaines conditions de ressources sont requises pour accéder à un logement à loyer modéré.

Lire aussi : Habiter une maison japonaise

Au Japon, le loyer est payé à la fin du mois pour le mois suivant, car les salaires sont versés le 25 du mois. Certaines grandes entreprises proposent une aide au logement pour leurs salariés, mais le système des aides au logement de l’état n’existe pas comme c’est le cas en France.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs