Les congés au Japon   休暇

Date de publication :
La foule dense du quartier de Shibuya à Tokyo

La foule dense du quartier de Shibuya à Tokyo

Un travailleur Japonais

Un travailleur Japonais

Un groupe d'employés de bureau japonais

Un groupe d'employés de bureau japonais

Foule sur les quais japonais

Quai de shinkansen, bondé de monde lors des semaines de congés au Japon

Entre maternité et travail : au Japon, il faut choisir

Entre maternité et travail : au Japon, il faut choisir

Des écoliers Japonais en sortie scolaire

Des écoliers Japonais en sortie scolaire

Repos bien mérité

Le Japon est le pays du travail et des masses laborieuses. Les magasins sont ouverts 7j/7, les konbini 24h/24, à tel point qu’un dimanche est juste un jour normal de la semaine ! Comment les Japonais font-ils pour prendre des congés ?

Travailler jusqu’à la mort

Officiellement, tout travailleur japonais a droit à 10 jours de congé à partir de 6 mois d’ancienneté dans son entreprise et de 20 jours au maximum après plus de 6 ans d’ancienneté.
D'après le droit du travail et le Ministère de la santé, du travail et des affaires sociales japonaises, les attributions moyennes de congés s’élèvent à 18,3 jours.

Lire : La fête du travail

En moyenne, seulement 8,8 jours sont pris par an pour chaque salarié. Pour une durée légale de 40 heures par semaine, là aussi les dépassements (zangyô) sont monnaie courante, car dans un quart des entreprises, les travailleurs font plus de 80 heures supplémentaires par mois !
On connaît depuis des années le grave problème du karoshi, "la mort par épuisement", conséquence du sur-travail, un burn-out à la japonaise, qui entraîne suicides et attaques cardiaques pour des milliers de personnes. C’est un réel problème de santé publique pour toute une nation.

Rares vacances

Dans l’entreprise, les Japonais ont l’esprit d’équipe et prendre un congé est un embarras pour les autres, cause une pression supérieure et revient donc à alourdir la charge de travail. C’est pour cela que 59% des travailleurs culpabilisent de prendre des congés. Le gouvernement, bien conscient des problèmes, est en train de mettre en place une nouvelle loi instituant la prise obligatoire de 5 jours de congés par an pour chaque travailleur.

Il y a pourtant pas mal de petites périodes propices grâce aux nombreux jours fériés (15 jours par an), qu’il est possible de coupler avec un week-end pour faire le pont et permettre à ceux qui le souhaitent de partir en vacances, c’est-à-dire loin de chez soi. Le plus connu est la fameuse "semaine en or", la Golden week, qui a lieu de début mai avec quatre jours fériés regroupés le 29 avril et les 3, 4 et 5 mai. Attention : le 1er mai n’est pas un jour férié au Japon, même si parfois certaines entreprises sont fermées ! Il existe aussi la semaine en argent, Silver week, en automne, qui dépend du calendrier et donc pas sûre chaque année. À la mi-août, il est possible de prendre des congés lors de la semaine correspondant à la fête de l’obon. Les premiers jours du nouvel an sont aussi considérés comme des congés.

Lire aussi : La période de l'Obon

Travail ou enfant ?

Au Japon, travailler et avoir un enfant est compliqué. Le congé maternité dure 14 semaines, mais les femmes ne touchent que 67% de leur salaire. Aujourd’hui encore, 45% des japonaises quittent leur emploi lorsqu’elles attendent un enfant. Ce chiffre dépassait les 60% dans les années 1980 : les choses évoluent doucement.

En 2015, lors de la naissance de leur premier enfant, à peine 26,8% des femmes retournaient au travail après leur congé maternité. Ce chiffre très bas s'explique de par le fait que le babysitting n'est pas courant et la société japonaise n’est pas très tolérante envers les mères travailleuses. En ce qui concerne les hommes, c’est presque le néant à ce niveau-là : en 2016 seuls 2,6% osent prendre un congé paternité.

Vacances scolaires

Pour les écoliers, les congés ne se discutent pas. La rentrée scolaire se fait en avril au Japon.
Les vacances d’été sont de la fin juillet à la fin août, celles d’hiver de la fin décembre au début janvier et celles de printemps de la fin mars à début avril. À noter que chaque préfecture a des dates un peu différentes.

Pour aller plus loin : Le système scolaire japonais


À part ces quelques jours pour souffler pour petits ou grands travailleurs, la société japonaise n’a pas d’autre choix que le travail acharné, à cause de sa faible natalité et du vieillissement de sa population. L’ouverture récente à l’immigration asiatique permettra de donner un peu d’air au pays.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs

la bite a pascale

j'aimerait que les pasta box aux cornichons existe . Merci a tous.

la bite a pascale

j'aimerait que les pasta box aux cornichons existe . Merci a tous.