Les différents types de châteaux japonais   日本の城

Date de publication :

Château de Giju, exemple de yamajiro

Château de Matsumoto

Le "château corbeau" de Matsumoto entouré de ses cerisiers

Le château de Nagoya dans les années 1930, avant sa destruction

Le château de Nagoya dans les années 1930, avant sa destruction

Les donjons de l'archipel

Le château japonais, avec son donjon à plusieurs étages, ses grandes tours de garde, son architecture en bois et, de nos jours, ses immenses jardins ouverts s'est imposé comme un des lieux iconiques du pays du soleil levant. Mais saviez-vous qu'il existe plusieurs sortes de châteaux sur l'archipel ?

Le yamajiro

Avant le XIVème siècle, le Japon ne connaissait que des châteaux provisoires, consistant de fortifications en bois entourées de douves, dont l'objectif était de servir de défenses face à des invasions étrangères. Le château Ki no jô, en date du 7ème siècle, situé à Sôja (dans la préfecture d'Okayama) représente ce type de construction.

À l'époque Sengoku des royaumes combattants (1477 - 1573), la multiplication des conflits à travers le pays va entraîner la construction des premiers châteaux destinés à un usage interne. Ces châteaux sont construits en hauteur, sur les collines ou les montagnes. "Yamajiro" signifiant "château sur la montagne".

Château d'Inuyama

Le château d'Inuyama domine la fleuve Kiso et protège sa rive.

Du fait du terrain sur lequel il était construit, le château ne disposait ni de tours de garde ni de douves, mais simplement d'un donjon ("tenshu"), du haut duquel il était aisé de surveiller le territoire dans le cadre d'opérations militaires. Le château d'Inuyama dans la préfecture d'Aichi appartient à cette catégorie.

Le chateau de Himeji

Le donjon du château de Himeji semble n'avoir que 5 étages, mais en comprend un caché.

Le hirayamajiro

Le hirayamajiro, ou "château de plaine et de montagne", est un château construit de telle manière qu'il conjugue les avantages des hauteurs et ceux de la plaine, permettant un usage à la fois militaire mais aussi civil (lieu de pouvoir politique). 

Ainsi, un château était construit sur une colline donnant facilement sur la plaine, à l'instar du très célèbre château de Himeji, construit sur une colline artificielle.

Contrairement au yamajiro, le hirayamajiro possède en plus de son tenshu à base de pierre imposante, des douves, des tourelles ("yagura") ainsi que des systèmes de fortification très complexe permettant une bonne défense de la citadelle.

Le hirajiro

Le hirajiro est un "château de plaine" correspondant aux châteaux construits durant une époque plus apaisée. À ce moment, la forteresse, vue comme symbole de pouvoir, joue un rôle beaucoup plus politique et économique que stratégique, tel le château Nijô de Kyoto. 

En effet, la localisation topographique le rend beaucoup plus difficile à défendre. Situé au centre des villes, il garde tout de même de grandes douves ainsi que des tourelles comme moyen de protection.

Château Nijo-jo

Château Nijo-jo

Ces immenses châteaux qui s'étendaient sur plusieurs hectares étaient, à l'instar des hirayamajiro, traditionnellement organisés autour de plusieurs enceintes

Le "honmaru", citadelle intérieur qui entourait le donjon, servait de lieu de résidence du seigneur, alors que le "ninomaru" (seconde enceinte) et le "sannomaru" (troisième enceinte) accueillaient notamment les samouraïs.

Le château d'Imabari

Le mizujiro

A côté de ces grandes catégories de châteaux, on retrouve une catégorie plus petite, dite "mizujiro" ou châteaux dans l'eau

Elle comprend trois châteaux : ceux de Nakatsu (préfecture de Ôita), Takamatsu (préfecture de Kagawa) et d'Imabarai (préfecture d'Ehime). Des châteaux qui font face à la mer et profitent de cette dernière comme d'une protection.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs