Dondoyaki   どんど焼き

Date de publication :

Le bûcher d'un dondoyaki

Des kadomatsu en vente

Des kakizome calligraphiés par des élèves de primaire

La chance en fumée

Les Japonais ont pour habitude d'acheter de nombreuses décorations pour leur maison à l'occasion des fêtes de fin d'année. Une fois la saison passée, il est traditionnellement de mauvaise augure de jeter ces décorations, tout comme les utiliser à nouveau (étant destinées aux dieux, la réutilisation pourrait être considérée comme irrespectueuse). Vint alors le Dondoyaki.

Le bûcher du bonheur

Dans les environs du 15 janvier, des bûchers sont élevés un peu partout à travers le Japon. Construits avec de la paille, du bois de cèdres, du bambou ou des roseaux au niveau d'endroits ouverts (cour d'un temple, lit de rivière, champs) ils ont pour fonction d'avaler dans les flammes ces décorations dont les Japonais ne savent plus quoi faire après les fêtes. On retrouve communément parmi ces dernières les kadomatsu (pin de seuil) exposés à l'entrée et qui représentent la longévité, les shimekazari (décorations tressées) ou les kagami mochi. Par ailleurs, les célèbres daruma alimentent aussi certains feux, tout comme les kakizome, les premières calligraphies écrites en début d'année.

Daruma, les figurines porte bonheur

Daruma, les figurines porte bonheur

Le bûcher d'un dondoyaki à Tokyo

Des sens bien différents

Beaucoup de légendes entourent les bienfaits qu'apporteraient le Dondoyaki. Ainsi, se réchauffer auprès des flammes permettrait de rajeunir ; voir son kakizome brûler et finir en volutes de fumée au ciel améliorerait la qualité de sa calligraphie ; répandre les cendres du bûcher sur un champ donnerait des pousses vigoureuses. Il en est de même pour les porte-bonheurs ou les charmes divers accumulés durant l'année pour améliorer sa chance.

C'est aussi dans l'idée d'apporter la chance à soi qu'il est assez commun de voir des Japonais un bâton en main, avec au bout un mochi, un morceau d'orange ou de dango en train de griller sur le feu. La coutume dit que manger ces aliments cuits par le brasier du Dondoyaki apporterait une bonne santé.

Où voir les bûchers ?

Comme dit plus haut, le Dondoyaki est une tradition qui est respectée à travers tout le Japon. La mise en place et l'allumage des bûchers ont lieu entre les 14 et 18 janvier. Si vous êtes à Tokyo à ce moment de l'année, vous pouvez vous rendre dans l'arrondissement de Setagaya. Un bûcher est dressé le 18 janvier de chaque année à 10h30, sur le lit de la rivière Tamagawa, à une vingtaine de minute à pieds de la station de métro Futakotamagawa. Le plus grand Dondoyaki a lui lieu dans la ville de Tokushima, dans l'île de Shikoku.

Bûchers élevés à Tatsuno (préfecture de Hyôgo) pour un dondoyaki

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs