L'éclairage dans les maisons traditionnelles japonaises   伝統的な住宅の照明

Date de publication :
Pavillon de thé à Kyoto

Pavillon de thé à Kyoto

Estampe "Andon no sekisho" (A la lueur de la lanterne) de Harunobu Suzuki (ca.1725-1770)

Estampe "Andon no sekisho" (A la lueur de la lanterne) de Harunobu Suzuki (ca.1725-1770)

Lanternes Chochin lors d'un festival au temple Hanazono de Tokyo

Lanternes Chochin lors d'un festival au temple Hanazono de Tokyo

Exemples de lampes japonaises "andon"

Exemples de lampes japonaises "andon"

Engawa est une véranda faisant le tour des maisons traditionnelles japonaises. Ici la Bunka no michi Shumokukan à Nagoya

Engawa est une véranda faisant le tour des maisons traditionnelles japonaises. Ici la Bunka no michi Shumokukan à Nagoya

Douce lumière

L'architecture japonaise a toujours été intimement liée à la nature : choix des matériaux et disposition intérieure s'inscrivent dans cette optique. Ainsi, la lumière est un élément clé de l'atmosphère des maisons au Japon.

L'éclairage naturel dans les maisons japonaises est un élément important de leur atmosphère.

Lumière naturelle

Dans les maisons japonaises, la luminosité est la plus forte dans la partie inférieure de la pièce. La partie supérieure de la pièce s'assombrit progressivement. Ce phénomène peut être expliqué par le fait que la lumière n'entre pas directement dans l'habitat, mais est réfléchie sur les avant-toits et la véranda, engawa, avant d'entrer dans la pièce. 

LireLes maisons traditionnelles japonaises

De ce fait, les lampes étaient traditionnellement disposées sur le sol, car c'est là que se trouvait la lumière pendant la journée. De plus, cette habitude correspond au mode de vie des Japonais qui s'assoient par terre.

Panneaux coulissants lumineux

Traditionnellement employés à la séparation de l'intérieur et l'extérieur des maisons japonaises, les panneaux coulissants shôji peuvent également être utilisés afin de ré-organiser l'espace. Leur structure en papier washi confère à la lumière une texture unique et changeante en fonction de la journée.

Lire aussi : Shôji, les portes coulissantes en papier

L'arrivée du verre au Japon fut assez tardive, ce qui explique la popularité des lumières douces et naturelles dans l'habitat. La lumière filtrant au travers du shôji peut être considérée comme la caractéristique de base de l'éclairage dans les maisons japonaises anciennes.

Les lanternes traditionnelles japonaises

  • Andon 行灯

L'andon est une lanterne faite de papier traditionnel tendu sur un cadre en bois, en bambou ou en métal. Le papier utilisé pour sa création est identique à celui employé pour les panneaux coulissants shôji. Une mèche trempée dans de l'huile de colza ou de sardine fournissait autrefois la lumière à bas prix, les bougies étant plus onéreuses. L'andon peut comporter une poignée, qui la rend portable. Elle est le plus souvent posée au sol.

  • Bonbori 雪洞

Le bonbori est un petit andon portable, le plus souvent avec un long pied. On le trouve principalement dans les temples et parfois dans les festivals japonais, matsuri.

Voir : L'architecte japonais Tadao Andô

  • Chôchin ちょちん

La chôchin est une lanterne dont le cadre est en bambou. De forme ronde, la chôchin est constituée de papier ou de soie, qui protège sa flamme. La première mention d'une chôchin date de 1085. Elle est illustrée pour la première fois en 1536. Ce lampion est un incontournable des festivals japonais, et les voyageurs en ramènent des versions modernes (en plastique) comme souvenir. Les chôchin rouges indiquent l'entrée d'un restaurant ou d'un izakaya.

  • Tôrô 灯篭

Le terme tôrô était à l'origine employé pour parler de toutes les lanternes. Désormais, "tôrô" est employé pour parler des lanternes fabriquées en matériaux lourds, tels que la pierre, le bronze, ou le métal. Les tôrô sont généralement présentes dans les lieux à l'atmosphère traditionnelle, comme les temples ou les jardins. 

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs