Les cerisiers du Japon et le hanami   お花見

Date de publication :
Voici que l'on voit sous les cerisiers en fleurs.

Voici que l'on voit sous les cerisiers en fleurs.

Tel un nuage de pétales ...

Tel un nuage de pétales ...

Yana Yori Dango, les pâtisseries plutôt que les fleurs, autrement dit, pique-niquer est bien mieux sous un cerisier.

Yana Yori Dango, les pâtisseries plutôt que les fleurs, autrement dit, pique-niquer est bien mieux sous un cerisier.

Sous les pétales roses des cerisiers en fleur, il fait bon pique-niquer.

Sous les pétales roses des cerisiers en fleur, il fait bon pique-niquer

Il n'y a pas d'âge pour profiter du o-hanami.

Il n'y a pas d'âge pour profiter du o-hanami.

Des pétales par milliers

Le début du printemps est synonyme de hanami - de hana 花, "fleur", et mi 見, "regarder". Un rituel annuel et immuable qui voit les Japonais affluer dans les parcs et jardins pour contempler les fleurs des somptueux cerisiers du Japon.

La coutume du hanami remonte à l'ère Nara (710-794), lorsque les fleurs de pruniers, tout juste importés de Chine, sont devenues au Japon un objet d'admiration. La tendance change pendant la période Heian, et c'est au tour des fleurs de cerisiers - ou sakura - d'être encensées. Le mot hanami est d'ailleurs utilisé pour la première fois afin de désigner la contemplation des cerisiers dans Le dit du Genji (XIe siècle).

La fleur de cerisier devient alors sacrée, à double titre : elle annonçait autrefois la saison de plantation du riz, donc un moment d'offrande (de nourriture et de saké) aux kami (dieux), les dieux censés favoriser la récolte à venir, et symbolise par sa fragilité le caractère éphémère de l'existence. Les cerisiers du Japon ne fleurissent et n'atteignent cette beauté presque divine qu'une dizaine de jours par an, avant de dépérir...

Le hanami, un rituel social

La floraison des cerisiers du Japon est prise très au sérieux : impossible d’échapper à Hana yori dango", soit "les pâtisseries plutôt que les fleurs", pour souligner l'importance gastronomique de l'événement ?

Familial et amical, le hanami est aussi un rituel social avec ses règles et sa hiérarchie. Généralement, ce sont les plus jeunes du groupe (les kohai) qui arrivent tôt le matin pour déposer la bâche en plastique, garder les places et attendre l'arrivée de leur aînés (les sempai).

Hanami spot, ou la ruée vers les cerisiers

Il y a plusieurs lieux célèbres pour les hanami à Tokyo (entre mars et avril) :

À Kyoto, allez du côté d'Arashiyama ou du parc Maruyama, qui se démarque par la largeur de ses arbres. Situé près du district de Gion, le spectacle de nuit est splendide. Les arbres sont illuminés durant la période de floraison. Le mont Daigo, au sud de Kyoto accueille un ensemble de temples appelé Daigo-ji, aux jardins réputés pour leurs cerisiers. Non loin de là, promenez-vous parmi les 30 000 cerisiers du mont Yoshino à Nara, considéré comme le lieu de contemplation par excellence des sakura.

Plus au sud, le parc du château de Kumamoto est considéré comme l'un des meilleurs "hanami spots" du Kyushu.

Pour pratiquer le hanami lors d'un séjour au Japon, n'hésitez pas à vous promener dans les parcs plus éloignés des centres villes ou dans les temples, pour découvrir des vues surprenantes et trouver plus d'intimité. Vous pouvez bien sûr vous rendre dans n’importe quel parc, château ou temple qui accueillent les fleurs sacrées, mais attention : arrivez tôt, et réservez votre place !

Ces articles pourraient également vous intéresser : 

Les cerisiers de Kyoto en fleurs, vidéo de DiscoverNippon

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs

Coller Hanami

Une jolie trouvaille pour prolonger la beauté : un collier cerisiers en fleurs gravé dans du bois d'ébène : http://www.bluebaobab.fr/21-bijou-cerisiers-en-fleurs-ebene-noir-bois