Honne et Tatemae : les rapports humains au Japon   本音と建前

Date de publication :
Une rue animée au Japon

Une rue animée au Japon

Un arrêt de bus de la gare de Kyoto. Les Japonais se mettent en rang en attendant l'arrivée du bus.

Un arrêt de bus de la gare de Kyoto. Les Japonais se mettent en rang en attendant l'arrivée du bus.

Préparation d'un repas avec les ateliers de Mari à Tokyo.

Préparation d'un repas avec les ateliers de Mari à Tokyo.

Une rue animée d'izakaya

Une rue animée d'izakaya

Les Japonais recto-verso

Le concept dual de honne et tatemae est très important dans la culture japonaise. Il régit la vie en société. C'est fondamentalement l'idée de l'être et du paraître.

Honne et tatemae, la définition

Le premier, honne, réfère à ce que l'on pense vraiment en notre for intérieur : opinions, pensées, désirs... Son premier caractère peut avoir le sens de "authentique" et le second se rapporte au son. En clair, honne est la "véritable voix" d'un individu.

Tatemae, quant à lui, réfère au comportement que l'on va adopter en public, selon ce qui est accepté ou non par la société japonaise. On pourrait le traduire par "la façade que l'on présente en public".

Pourquoi cette dualité ?

Au Japon, le groupe et par extension la société, prime sur l'individu. Rappelons tout d'abord que la densité au Japon est de près de 350 habitants par km² (presque 9 000 pour Tôkyô !). Il est donc très important pour les Japonais que la société "fonctionne bien" et que tout se déroule sans accrocs. On va par conséquent privilégier des réponses ou des comportements adaptés, protocolaires, plutôt que de dire ce que l'on pense vraiment et risquer de froisser son interlocuteur ou gêner les badauds autour de soi.

Mauvaise perception des Français

Le fait de cacher ce que l'on pense vraiment ou de se fabriquer un "visage" en public est souvent mal perçu par les occidentaux. En France, on aura plutôt tendance à considérer cela comme de l'hypocrisie. Gardez toutefois en tête qu'il s'agit d'une culture différente et que cette gestion des rapports humains est une règle de courtoisie. Si votre ami se montre peu enclin à vous inviter chez lui alors qu'il vous l'avait promis quelques temps plus tôt, n'en soyez pas vexé et faites preuve de compréhension. "Passe chez moi" est une formule de politesse toute faite, non une réelle invitation.

Les Japonais, jamais sincères ?

Heureusement, il existe tout de même des sas de décompression dans la société japonaise. Ainsi, retrouver ses collègues ou ses amis autour de quelques verres permet de briser un temps les barrières et d'exprimer ce que l'on pense vraiment dans un cadre accepté par tous. En cas de dérapage, on pourra toujours mettre cela sur le compte de l'alcool !

À lire : Akimahen, le guide des bonnes manières

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs