L'izakaya, le bar à la japonaise   居酒屋

Date de publication :
L'arrivée dans un izakaya

L'arrivée dans un izakaya

Un izakaya de gare au Japon

Un izakaya de gare au Japon

Un izakaya traditionnel d'une famille de pêcheur à Hakodate (Hokkaidô)

Un izakaya traditionnel d'une famille de pêcheur à Hakodate (Hokkaidô)

Sashimi de chinchard servi dans un izakaya

Sashimi de chinchard servi dans un izakaya

Kanpai ! On trinque à la bière, un classique de l'izakaya

Kanpai ! On trinque à la bière, un classique de l'izakaya

Aka chôchin, la lanterne rouge signalant un izakaya

Aka chôchin, la lanterne rouge signalant un izakaya

Choix de plats dans un izakaya

Choix de plats dans un izakaya

L'art de décompresser

L’izakaya est un lieu typiquement japonais où tout le monde prend plaisir à venir pour boire un verre et manger un morceau. L’accueil y est chaleureux et l’ambiance toujours gaie. C’est là que se retrouvent les employés après la journée de travail pour relâcher la pression et passer un bon moment ensemble.

L'histoire des izakaya, les bars japonais, commence à l’époque d’Edo (1603-1868) lorsqu’un marchand de saké servant quelques verres de dégustation dans un coin de sa boutique décide de proposer en accompagnement quelques assiettes de spécialités locales à grignoter. Peu à peu, les hommes célibataires prennent l’habitude de passer dans ce genre de lieu après leur journée de travail pour prendre un verre, manger un petit quelque chose et discuter avec le patron et ses voisins. L’izakaya devient le lieu de communication entre les gens.

L'expansion des izayaka

Dans les années 1970 ces lieux sont toujours plutôt réservés aux employés de bureau, les salarymen. Dans les années 1980, des chaînes d’izakaya se développent, le modèle évolue vers des salles de grande capacité, l’accueil de groupes, des espaces fermés. Des menus variés sont proposés à petits prix et des designers s’emparent de la décoration intérieure.
Aujourd’hui l’izakaya attire toutes les catégories de la population, de l’étudiant au salaryman, homme, femme, pour boire un verre entre collègues autant que pour faire la fête entre amis jusqu’au bout de la nuit.

Quand les Japonais se lâchent

Aller à l’izakaya entre collègues après le travail est une habitude culturelle au Japon. Ici les gens s’ouvrent, se lâchent, la boisson aidant, la pression du travail s’évacue et les barrières tombent. Alors que les Japonais sont très discrets en toutes circonstances, dans un izakaya l’ambiance est très animée, c’est le nomi-kai (littéralement se rassembler pour boire). Ça parle fort, ça rigole, ça trinque et il n’est pas rare de voir des personnes repartir en titubant. On voit au petit matin ceux qui n’ont pu rentrer chez eux, dormir à même le sol à l’entrée d’une gare ou sur la banquette d’un train. Vous trouverez d'ailleurs souvent des izakaya dans les grandes gares, ouverts de 17h à 5h du matin.

Une cuisine familiale

Un izakaya traditionnel est un petit établissement, ouvert de 17h à minuit, vous le repérez dans la rue grâce à sa lanterne rouge aka chôchin, juste quelques tables et un long comptoir. L’accueil est toujours chaleureux. On vous y propose une cuisine familiale ou des spécialités régionales. Par exemple, la famille d’un pêcheur ouvrira un izakaya pour y proposer des plats à base de produits de la mer frais.

Us et coutumes d’un izakaya

Dès votre arrivée, vous êtes accueilli(e) et, sitôt installé(e), le serveur vous propose une serviette chaude pour vous nettoyer les mains. Les cartes sont déjà sur la table. Les Japonais commandent tout de suite les boissons ("Toriaezu biiru" : "avant tout je prendrai une bière").
Les bières sont apportées avec otôshi (une petite assiette avec comme amuse-bouche des edamame ou des légumes marinés) pour patienter avant de commander. 

Lire aussi : L’apéritif au Japon

On trinque avec les bières en s'exclamant "kampai" ("santé !") et on commande plusieurs plats que tout le monde partage. Il est possible à tout moment de commander des plats supplémentaires. Un système de sonnette permet d’appeler un serveur n’importe quand, il arrivera très rapidement prendre votre nouvelle commande.

À l'izakaya, il y a à boire...

Il vous est toujours proposé de la bière pression, avec souvent les saké régionaux (ou shôchû). Pour un prix variant entre 300 et 500 yen (entre 2,40 € et 4 €) le verre, vous pourrez choisir entre la bière, le saké, le shôchû, le vin, le whisky, un cocktail ou du sour, la boisson typique de l’izakaya constituée de shôchû avec un fond de sirop ou de jus de fruit et un soda mélangé.
Nous vous conseillons aussi le ume sour, un mélange d'umeshu et de soda.

...et à manger

Il y en a pour tous les goûts pour des prix oscillant entre 300 et 800 yen (entre 2,40 € et 6,50 €) l’assiette. On y retrouve toutes les spécialités de la cuisine japonaise. Très pratique car vous pouvez goûter à un peu de tout en un seul lieu en partageant avec vos amis. Yakitori, kara age, assortiments de sashimi, salades, frites, nouilles, riz et même desserts. 

Attention toutefois, au Japon la majorité est fixée à 20 ans et il y a parfois des contrôles sur l’âge pour entrer dans un izakaya.
Venir avec des enfants est possible mais il faudra de préférence choisir un grand établissement pour être placé dans une salle non-fumeur et y venir dès l’ouverture.

L'izakaya est un endroit incontournable pour savourer l'atmosphère si particulière des bars japonais.

À découvrir : Le quartier Omoide Yokocho et ses izakaya à Tokyo

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs