Joe Hisaishi   久石 譲

Date de publication :
hisaishi-bruxelles

Concert symphonique dirigé par Joe Hisaishi à Bruxelles le 14 février 2019

hisaishi-ponyo

Concert symphonique des musiques des anime des Studios Ghibli : Ponyo sur la falaise

Joe_Hisaishi_2011

Joe Hisaishi lors d'un concert à Paris en 2011

programme-joe-hisaishi

Programme du concert de Joe Hisaishi du 14 février 2019 à Bruxelles

Le destin animé du maestro

"Maestro Hisaishi, joignez-vous à moi pour créer l'œuvre finale de ma vie"; telle est la demande qu’a formulée Hayao Miyazaki il y a quelques mois en invitant le musicien à créer le thème musical de son prochain et dernier anime. Compositeur attitré du maître de l’animation des studios Ghibli depuis 35 ans, Joe Hisaishi est un musicien et chef d’orchestre dont les œuvres et nombreux thèmes de films sont salués dans le monde entier.

En avant la musique!

La musique, Joe Hisaishi est tombé dedans quand il était petit. Né en 1950 à Nagano, il débute l’apprentissage du violon dès l’âge de 4 ans. Adolescent, celui, qui n’est pas encore Joe Hisaishi mais Mamoru Fujisawa de son vrai nom, étudie la théorie musicale et joue dans l’orchestre de son lycée. Ce pseudonyme, pris dans les années 1970 est un hommage au producteur, compositeur et trompettiste américain Quincy Jones. 

Par la suite, il se spécialise dans la composition musicale à l’université de musique de Kunitachi. Il est alors grandement influencé par la musique minimaliste et la musique électronique japonaise dont le groupe Yellow music orchestra est le représentant le plus emblématique à cette période. 

En 1979, il s’associe à Midori Takada, Yoji Sadanari, Junko Arase et Hideki Matsutake pour former le groupe Mkwaju Ensemble. Après la sortie de leur premier opus en août 1981, Hisaishi quitte la formation musicale.  Dès l’année suivante, Joe Hisaishi délivre un premier album solo nommé Information ; le premier de sa très longue discographie. En ce début de décennie, il est alors l’un des pionniers de la musique minimale nipponne.

L’amour du cinéma

Au fil des ans, ce musicien hors-pair va construire un lien unique avec le monde du cinéma. Grand cinéphile depuis sa prime jeunesse, Joe Hisaishi a signé jusqu’à présent plus de 80 bandes originales de films japonais et internationaux

Entre 1991 et 2002, il participe à l’œuvre de l’acteur et cinéaste Takeshi Kitano en signant les thèmes musicaux de tous ses films au cours de cette période : A Scene at the Sea (1991), Sonatine, mélodie mortelle (1993), Getting Any? (1995), Kids Return (1996), Hana-Bi (1997), L'Été de Kikujiro (1999), Aniki, mon frère (2000) et Dolls (2002). 

Sa passion pour le cinéma conduit Joe Hisaishi à réaliser son propre film en 2001, Quartet, dont il signe bien évidemment toutes les musiques.

En 2004, il crée la nouvelle bande-son d’un monument du cinéma, Le Mécano de la Général (1926) de Buster Keaton; une partition jouée lors de la clôture du 57ème Festival de Cannes.

ete-kikujiro-kitano

L'été de Kikujiro, un film de Takeshi Kitano

quartet-hisaishi

Quartet, film réalisé par Joe Hisaishi en 2001

Ce talent de mélodiste mis à profit en faveur du 7ème art se voit récompensé à plusieurs reprises par le prix de la meilleure musique de film par l’Académie japonaise du cinéma et des Premiers Prix de Musique de l’Académie de Musique du Japon. 

Pour les critiques musicaux, il figure au panthéon des plus grands compositeurs pour le cinéma aux côtés d’Ennio Morricone et John Williams. En 2013, sa contribution magistrale au cinéma lui ouvre les portes de l’Académie des arts et des sciences du cinéma.

Affiche de Nausicaä de la vallée du vent, de Hayao Miyazaki.

Affiche de Nausicaä de la vallée du vent, de Hayao Miyazaki.

Le monde de l’animation

S’il avait déjà signé les générique de plusieurs anime dans les années 1970 comme celui de Giâtoruzu (1974) puis les thèmes musicaux de deux films d’animation de la série Mobile Suit Gundam au début des années 1980, Hisaishi ne pénètre pleinement le monde de l’anime qu’en 1984 grâce à une rencontre déterminante ; celle d’Hayao Miyazaki

Leur première collaboration porte le nom de : Nausicaa de la vallée du vent (1984). Dès lors, Hisaishi compose les musiques des différents longs métrages réalisés par le cofondateur des Studios Ghibli : Le Château dans le ciel (1986), Mon voisin Totoro (1988), Kiki la petite sorcière (1989), Porco Rosso (1992), Princesse Mononoké (1997), Le voyage de Chihiro(2001), Le Château ambulant (2005), Ponyo sur la falaise (2008) et Le vent se lève (2013). Pour chacun de ces anime, les deux hommes ont toujours travaillé conjointement ; de la première lecture du scénario jusqu’au montage final.

Toshio Suzuki, producteur en chef des Studios Ghibli, a récemment évoqué en ces termes ce si parfait duo, capable de mettre l’animation et la musique au service d’un même univers : "Il y a trente-cinq ans, Joe Hisaishi rencontrait Hayao Miyazaki. Je n’ose imaginer les conséquences, si le destin ne les avait réunis ce jour-là, dans cette situation. Je le dis souvent, mais je pense que Joe Hisaishi est l’unique personne qui convienne aux films de Hayao Miyazaki".

Bien plus qu'une simple musique

Dans ses compositions écrites pour les anime de Miyazaki, Hisaishi mêle avec aisance et grande réussite la musique symphonique, les synthétiseurs et les instruments traditionnels japonais. Bien plus que de simples B.O., toutes ces musiques sont devenues des hymnes pouvant transporter et émouvoir des milliers de spectateurs. 

Grâce au succès du film Nausicaa, la carrière d’Hisaishi a pris une ampleur nouvelle. Il a créé son studio d’enregistrement "Wonder Station" et son propre "Wonder Land Inc".  

hisaishi-totoro3

Concert symphonique des musiques des anime des Studios Ghibli : Mon voisin Totoro

Hayao Miyazaki

Le réalisateur est l'un des fondateurs du Studio Ghibli

Bien loin de se contenter de ce formidable accomplissement, Joe Hisaishi continue de mener une carrière solo ponctuée de pièces symphoniques saluées par la critique.

Avec une impressionnante discographie (25 albums solo) et le nouveau challenge proposé par Miyazaki, le Maestro n’est pas prêt de s’arrêter!

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs