Kimi ga yo   君が代

Date de publication :

Hymne joué dans le stade de baseball Meiji Jingu Stadium

Kimi ga yo joué avant un événement sportif

Monument commémorant le Kimi ga yo

Un hymne venu de loin

Le Japon lors de la révolution de Meiji entama un processus de modernisation sur le modèle des nations occidentales. Si beaucoup des réformes lancées furent dans l'optique d'améliorer l'économie et le potentiel technologique du pays, certains symboles occidentaux furent aussi adoptés, tels que le concept d'hymne nationale. Le Japon adopta le vieux poème "Kimi ga yo" comme hymne.

Un waka antique

Kimi ga yo que l'on peut traduire comme "votre règne" est un waka, style de poème prisé lors de l'époque Heian (794 – 1185). On le retrouve à l'époque de Kamakura (1185 – 1333) durant laquelle il est très souvent chanté par les samouraïs. Plus tard, sous le shogunat Tokugawa (1603 – 1868), il est utilisé lors des cérémonies du nouvel an au château d'Edo et dans le fief féodal des Satsuma. Ce n'est qu'à partir de l'époque Meiji et la restauration impériale que ce poème, devenu hymne officiel du pays, s'adresse à l'Empereur et lui souhaite un long règne. À cette occasion, le chef d'orchestre militaire John William Fenton composa la première mélodie de cet hymne national.

La reconnaissance officielle de l'hymne japonais et du drapeau en 1999 fut l'occasion pour le Premier Ministre de l'époque Keizo Obuchi de préciser le nouveau sens à donner à cet hymne, qui, loin du culte de l'empereur, compris comme une manifestation du militarisme d'avant-guerre, doit être entendu comme "une prière pour la prospérité et la paix durable du pays".

Voir aussi Introduction à la poésie japonaise

Couverture de la composition musicale du Kimi Ga Yo

L'hymne le plus court du monde

Kimi Ga Yo est un poème composé de 32 syllabes, ce qui en fait l'hymne national le plus court de la planète. Ses paroles sont les suivantes (à gauche les paroles retranscrites en alphabet latin, à droite la traduction des vers en français) :

Kimi ga yo wa – puisse votre règne

Chiyo ni Yachi yo ni – durer pour mille, huit mille générations

Sazare-ishi no – jusqu'à ce que les pierres

Iwao to narite – deviennent des rochers

Koke no musu made – recouverts de mousse

Cet hymne a pour mélodie une composition de Hayashi Hiromori, qui remplaça le travail de Fenton et qui fut pour la première fois jouée lors de l'anniversaire de l'Empereur Meiji le 3 novembre 1880.

À lire : Le drapeau japonais

Partition de l'hymne Kimi Ga Yo

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs