La mer au Japon   海

Date de publication :
Le parc naturel de Tsutsumigaura

Le parc naturel de Tsutsumigaura

Shikine

La magnifique ile de Shikine.

L'omniprésente

La mer, élément d’ouverture sur le monde mais aussi de repli et d’isolement, a joué un rôle fondamental dans l’histoire du Japon. De nos jours, elle a un poids économique important et de nombreux rites shintoïstes lui rendent hommage.

Vue de la Kouri Ocean Tower

Vue de la Kouri Ocean Tower

L’archipel japonais est formé d’un chapelet d’îles et d’îlots s’égrenant sur plus de 3 000 kilomètres du Nord au Sud. Incorporés dans des zones exclusives dont la délimitation est de 200 milles marins, leur existence multiplie par dix la superficie du territoire national. De 377 500 km2, la superficie de l’archipel passe ainsi à 4,4 millions de km2. C’est dire l'importance de l'espace maritime. Plusieurs îles sont d’ailleurs objets de litiges entre le Japon, la Chine, la Corée du Sud et la Russie. 

La mer plurielle

L’archipel japonais est composé de 6 852 îles dont environ 430 sont habitées. 33 000 kilomètres de côtes façonnent le paysage et sont baignés par plusieurs mers : à l’est l’océan pacifique, à l’ouest la mer du Japon tandis que la mer intérieure de Seto (Seto Naikai) sépare les îles de Honshu, Shikoku et Kyushu. Au Japon, la mer n’est jamais loin : aucun lieu ne s’en trouve éloigné de plus de 200 kilomètres.

La plupart des côtes japonaises sont rocheuses mais le pays possède également de longues plages de sable blanc ou gris, selon les régions, le Japon étant un pays volcanique. Les îles subtropicales d’Okinawa sont connues pour leurs eaux turquoises et leur faune maritime tandis que les eaux froides de l'île de Hokkaido abondent en poissons et crustacés.

À lire : Faire de la plongée à Okinawa

La mer source de revenus

La pêche est bien sûr l’une des activités maritimes les plus importantes et les Japonais sont les premiers consommateurs de poisson avec 15 millions consommés par an. Le pays n’est pas auto-suffisant et importe une bonne partie de sa consommation et l’activité de la pêche est en déclin.

Voir aussi : Ukai, technique de pêche ancestrale

La culture des algues est également un élément important de l'économie maritime japonaise.

Longtemps replié sur lui-même, le Japon s’est néanmoins doté de grands ports, parmi les plus importants au monde. Yokohama, Kobe, Osaka, Tokyo : les grandes villes japonaises sont aussi des ports. L’activité portuaire constitue l’un des piliers de l’économie japonaise avec un trafic national intense et une grande compétivité au niveau du commerce international. La flotte marchande japonaise est la deuxième au monde et l'industrie de construction navale sa place en première position.  

Les Japonais et la mer 

La mer, objet à la fois de vénération et de crainte, est honorée et priée lors de nombreux rites shintoïstes. Chaque village de pêcheurs organise par exemple une ou deux fois par an une fête pour prier le kami (divinité) de la mer, lui demander des pêches abondantes et la sécurité pour ceux qui sillonnent ses flots. 

Chaque été, les stations balnéaires célèbrent le début de la saison estivale par la cérémonie de "l’ouverture de la mer", Umi biraki. Des prêtres shinto se rendent sur les plages où ils prient la divinité de la mer afin d’assurer la sécurité des baigneurs.

La mer fut aussi magnifiée ou représentée dans nombre de peintures, "La vague" de Hokusai en étant peut-être sa représentation la plus célèbre en Occident.

Lire aussi : Ukiyo-e, l'art de l'estampe

Cependant, le manque d'espace et le développement industriel ont amené les Japonais à malmener leur littoral : terres gagnées sur la mer, remblaiements des côtes, installations d'usines ou de centrales nucléaires en bord de mer ont pollué ou même détruit les paysages côtiers.

Avis aux Robinson Crusoé

Les Japonais n’ont pas, comme les Européens, le "culte de l’été". De nombreuses Japonaises ne veulent pas bronzer et évitent le soleil à tout prix. Si certaines côtes proches des grandes villes, telle la côte de Shonan située dans la baie de Sagami près de Tokyo, sont bondées en été, une multitude de très jolies plages ou de criques restent désertes et nombre d’entre elles ne sont pas du tout exploitées. Il est donc possible, surtout dans les villages loin des grandes villes et sur certaines petites îles, de pouvoir jouir d’une plage entièrement déserte.

Voir également : La baie de Tsukumo

Le port de la ville de Kure

Le port de la ville de Kure

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs