Le Wa   和

Date de publication :

Le Wa appelle à l'harmonie.

Les jardins japonais sont la représentation de l'harmonie

Les jardins japonais sont la représentation de l'harmonie

Le Wa ou l’importance de vivre en harmonie

Le Wa est sans doute le terme qui caractérise le mieux l’art de vivre japonais. Prônant l’harmonie sociale et l’humilité, le Wa irrigue la société nippone dans son ensemble.

Harmonie ou paix. Voilà comment pourrait se traduire le terme Wa 和, cher à la société japonaise et qui l’irrigue depuis des centaines d’années. Selon le Nihon Shoki, c’est en l’an 604, lors de la rédaction de la première constitution du Japon dénommée Jûshichijô Kenpô (Constitution en 17 articles) que le terme s’ancre définitivement.

La notion de Wa y est inscrite comme le bien le plus précieux en ce qu’elle figure dans le premier principe constitutionnel. 

Le Wa, valeur éminemment respectable, repose sur un principe, qui est d’éviter toute discorde.

LE WA IRRIGUE LA SOCIÉTÉ JAPONAISE

Le principe d’harmonie devient donc un élément de la culture traditionnelle et spirituelle du Japon, puisqu’il s’est, avec les années, étendu à l’ensemble des domaines de la vie, du comportement à avoir en société ou au travail, aux arts comme par exemple le design ou l’architecture.

L'architecture des maisons traditionnelles est le reflet du wa

L'architecture des maisons traditionnelles est le reflet du wa

Pourtant, ici, il n’est pas question de concepts comme l’ikigai ou le wabi-sabi mais plutôt d’une valeur chère aux Japonais et qui dicte bien souvent leurs comportements, qu’ils soient sociétaux ou personnel. Valeur qui s’oppose à la dualité et qui pousse en permanence les adeptes du Wa à éviter la discorde, bien souvent en se tenant eux-mêmes à un rôle déterminé. Chaque chose, chaque mot, chaque geste, devant être à la place qu’il doit occuper.

À lire : L'ikigai, ou secret du bonheur japonais

LE PARFAIT EXEMPLE DE LA CÉRÉMONIE DU THÉ

cérémonie du thé

Le thé est fouetté lors de la cérémonie

Une philosophie qui s’illustre particulièrement bien dans la cérémonie du thé. Durant cette cérémonie, chaque détail, chaque geste est réfléchi, dicté par une conduite pré établie, visant à établir un moment d’une rare harmonie. Il en est de même dans le choix des ustensiles ou des mets servis. Tout s’accorde, chacun est dans son rôle, au même titre que le maître de thé et ses invités dont le comportement est dicté par des codes bien précis, chacun visant soit à se remercier l’un l’autre, soit à rythmer cette cérémonie.

ENFOUIR SES CROYANCES ?

Mais ce Wa s’étend de façon plus large à la société japonaise, où par exemple, la dispute et les désaccords sont rares. En tout cas en public ou dans des relations hiérarchiques. Une caractéristique certes apaisante mais qui n’est pas sans conséquence puisque tous les sentiments qui pourraient être vus comme négatifs ne sont pas exprimés, ce qui peut créer des quiproquos ou ôter dans les relations une part de sincérité.

Mieux vaut donc user du Wa avec parcimonie. Viser l’harmonie et le calme, sans pour autant enfouir ses sensations ou valeurs, sous prétexte de ne pas briser l’équilibre des choses.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs