Le zen   禅

Date de publication :
Un jardin zen typique: esthétique simple et harmonieuse.

Un jardin zen typique: esthétique simple et harmonieuse.

Le zazen, méditation assise caractérise la voie du Sôtô sur le chemin du zen.

Le zazen, méditation assise caractérise la voie du Sôtô sur le chemin du zen.

Estampe de zen représentant Dharma et le mushotoku, sans esprit de profit, la règle du zen.

Estampe de zen représentant Dharma et le mushotoku, sans esprit de profit, la règle du zen.

L’éloge du simple

Originaire de l’Inde, le zen ou école de méditation (dhyana en sanscrit, chan en chinois, sôn en coréen) n’est qu’une des nombreuses branches du bouddhisme japonais.

Le bouddhisme au Japon apparaît au milieu du VIe siècle. Il s’agit du Mahayana ou Grand Véhicule, pratiqué dans une large partie de l’Asie orientale. Ce courant met l’accent sur la compassion et se fonde sur l’idéal du bodhisattva (être d’Eveil qui œuvre au bien d'autrui en renonçant au nirvâna,  l'extinction suprême).

Bien plus tard, au début de la période Kamakura (1185-1333), le zen est introduit de Chine via la péninsule des royaumes de Corée par les moines Eisai (1141-1215), fondateur de la secte Rinzai et Dôgen (1200-1253), fondateur de la secte Sôtô.

Le kôan, questionnement apparemment illogique, participe à l’enseignement des maîtres Rinzai. Exemple : « Un buffle passe par une fenêtre. La tête, le corps et les quatre pattes sont entrés. Pourquoi sa queue ne passe-t-elle pas ? » Le zazen, méditation assise, et le dokusan, rencontre d’un maître et d’un disciple, de cœur à cœur, caractérisent la voie du Sôtô. Il existe, depuis le XVIIe siècle, un troisième courant zen moins important au Japon, appelé Ôbaku, proche de l’école Rinzai.

L’école de la vie

Le but du zen est d’atteindre de manière intuitive un éveil soudain (satori). Comment ? Par une discipline physique et mentale, un entraînement à une maîtrise du temps et par une conscience de l’espace. Pourquoi ? Pour combattre un ennemi intérieur, ce moi ignorant, nourri de peurs et d’illusions. Les techniques et exercices des moines ont fortement marqué les arts et la civilisation japonaise, bien au-delà de la sphère spirituelle.

La pratique, seulement la pratique, conduit à un cheminement spirituel et individuel. Les adeptes du zen rejettent les artifices intellectuels et les futilités mondaines. Ils privilégient l’expérience du réel, ici et maintenant.

Participez à une séance de méditation zen dans un temple de Tokyo avec Voyagin.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs