Les Kappa   河童

Date de publication :
Un kappa extrait du livre Kyōka Hyaku-monogatari

Un kappa extrait du livre Kyōka Hyaku-monogatari

Une statue de Kappa recueillant de petites offrandes

Une statue de Kappa recueillant de petites offrandesUne statue de Kappa

Des goodies Kappa

Des goodies Kappa

Un kappa par Hokusai

Un kappa par Hokusai

Tortue géniale

Connaissez-vous les yôkaï (妖怪), ces créatures surnaturelles du folklore japonais ? Souvent espiègles et parfois malveillants, ils ont l’apparence d’animaux et quelquefois d’êtres humains ou encore d’objets inanimés. On leur prête des pouvoirs spéciaux.

S’il ne fallait connaître qu’un seul yôkaï, ce serait sans nul doute le kappa (河童) ! En effet, il est de loin le plus populaire auprès des habitants de l’archipel.

Cette créature amphibie possède les particularités physiques suivantes : un bec, des pieds palmés, une carapace de tortue et une peau de batracien.

Il a tendance à dégager une très forte odeur de poisson. On observe également au sommet de son crâne une cavité gorgée d’eau. Le kappa est quadrupède mais certains affirment l’avoir vu se mouvoir comme vous et moi.

Le kappa adore l’eau. Aussi, il n’est pas étonnant de le retrouver dans les rivières, les lacs, les marécages et autres zones humides.

Un yôkaï menaçant ?

À dire vrai – et contrairement à ce que le dessin animé « Un été avec Coo » révèle – les kappa ne sont guère des enfants de cœur ; enfin, quand ils se sentent agressés du moins. Considéré comme le croquemitaine japonais, les parents souhaitant effrayer les enfants l'utilise sans vergogne.

Que fait le kappa ? Très bon nageur, l’une de ses attaques préférée est d’attraper sa victime et de la noyer dans les profondeurs aquatiques. Toutefois, ne vous sentez pas forcément avantagé à la surface ; il se révèle être aussi un fort bon combattant sur la terre ferme. Attention spécifiquement à ses bras extensibles et à sa force extraordinaire.

Talon d’Achille

Heureusement pour nous, le kappa possède quelques points faibles.

Tout d’abord, la déshydratation. Celle-ci lui ôte toute force. Songez à l’eau au sommet de sa tête ; en cas de sécheresse au niveau de cette cavité, c’est le malaise assuré pour notre pauvre yôkaï. Pour se faire, en cas de rencontre avec notre diablotin, saluez le à la manière japonaise en vous inclinant ; celui-ci, toujours poli, vous rendra l’inclinaison et perdra alors sa précieuse eau. Facile.

Ensuite, sachez que notre créature possède une aversion avérée au fer, aux bois de cerfs ainsi qu’aux singes. Songez à vous procurer l’un de ces éléments avant une balade en bordure de rivière, c’est plus prudent.

Enfin, il est utile de connaître ceci : le kappa doit sortir de l’eau et littéralement retirer sa peau (appelée amagawa) afin de dormir. Celui-ci devient alors totalement inoffensif et ne peut retourner dans l’eau sans sa « combinaison » naturelle.

Avec toutes ces informations, vous voilà à présent bien armé contre une éventuelle rencontre avec un kappa lors de votre séjour au Japon !

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs