Le Maneki Neko, chat porte-bonheur japonais   招き猫

Date de publication :
Un maneki-neko et son sourire on ne peut plus accueillant !

Un maneki-neko et son sourire on ne peut plus accueillant !

Parfois, le maneki-neko est peint directement sur la devanture des restaurants.

Parfois, le maneki-neko est peint directement sur la devanture des restaurants

Le temple Gotoku-ji et son parterre de maneki-neko

Le temple Gotoku-ji et son parterre de maneki-neko

Le gardien du temple Gotoku-ji n'est autre qu'un maneki-neko géant.

Le gardien du temple Gotoku-ji n'est autre qu'un maneki-neko géant

Le Gotoku-ji à Tokyo est un complexe assez étendu où les célèbres statuettes félines se concentrent sur un présentoir unique.

Le Gotoku-ji à Tokyo est un complexe assez étendu où les célèbres statuettes félines se concentrent sur un présentoir unique.

Le temple Imado-Jinja dédié au Maneki-neko.

Le chat japonais porte-bonheur venu du Japon

D'un air stoïque ou rieur, un chat malicieux vous invite, avec un signe de la patte, à entrer dans telle boutique ou tel restaurant. Ce félin emblématique des devantures japonaises n'est autre que le maneki-neko, un porte-bonheur incontournable censé apporter chance et richesse.

Dans la culture populaire japonaise, le maneki-neko se décline sous forme de tirelire, de chaussettes, de motifs pour noren (rideaux fendus japonais) et autres objets. Ce petit chat à l'allure joviale est partout. Mais d'où vient cette fascination et quels bénéfices tirer de cette charmante statuette ?

LES ORIGINES DU MYTHE DU MANEKI-NEKO

Comme toute légende, l'origine du maneki-neko est incertaine et de multiples versions viennent justifier son culte. L'une d'entre elles se déroule à l'époque d'Edo, entre 1603 et 1868. 

Un soir d'orage, un seigneur du nom de Ii Naotaka s'abrite sous un arbre, près d'un temple. Cet édifice délabré est gardé par un moine aux revenus modestes. Après quelques instants, le seigneur remarque un chat sur le perron. Absorbé par sa toilette, il se frotte consciencieusement l'oreille. Intrigué, Naotaka pense alors qu'il lui fait signe d'entrer dans l'humble demeure. Car si en occident nous invitons les personnes en ramenant la paume vers nous, en Asie, le geste est inversé, paume rabattue vers le bas. Sans se faire prier, le seigneur se dirige vers le temple et évite de peu la foudre qui vient frapper son abri délaissé. D'une extrême reconnaissance envers le moine et son chat, il leur fait don d'une coquette somme d'argent. 

C'est ainsi que naissent non pas une, mais deux légendes : celle du maneki-neko et celle du Gotoku-ji dans la banlieue de Tokyo. Ce temple paisible et discret possède une centaine de statues, déposées à même le sol par les visiteurs en quête d'argent.

Dans une autre version, il s’agit d’une vieille dame qui vivait dans le quartier d’Asakusa avec son chat vers l'an 1060.  Cette dernière, trop pauvre,  fut obligée de vendre son animal. Le jour de leur séparation, le félin lui serait apparu en rêve et lui aurait demandé de le remplacer par une statuette, afin que cela lui porte chance. La vieille femme fit comme le chat le lui avait demandé et vendit la première statuette. Devant le succès de sa réalisation, elle continua à en fabriquer et à en vendre et finit par amasser un petit pécule. Grâce à l'idée de son matou, la misère ne fut pour elle plus qu'un mauvais souvenir. Cette légende est bien vivante dans le sanctuaire Imado-jinja dans le quartier d'Asakusa à Tokyo, dédié, entre autres, au maneki-neko.

Il existe encore d’autres légendes qui expliquent l’origine de ce chat porte-bonheur. Quelques soient les versions, elles ont toutes une fin heureuse : le maneki-neko extirpe son maître ou sa maîtresse de la pauvreté, et il leur apporte, contrairement à l’adage qui dit que "l’argent ne fait pas le bonheur",  beaucoup d’argent et … le bonheur qui va avec !

AU JAPON, LES CHATS SONT A L'HONNEUR

Le maneki-neko bénéficie d'une telle popularité que les Japonais lui ont dédié une journée, celle du 29 septembre. On dit aussi qu'il aurait inspiré bon nombre d’auteurs de manga, de romans ou de créateurs de personnages. Si vous avez des enfants, ils vont certainement adorer ce chat porte-bonheur et ses multiples dérivés.

Plus largement, le chat est un animal chéri au Japon. Il est donc naturellement célébré le 22 février de chaque année, lors du Neko no hi

maneki neko

Dans la culture populaire japonaise, le maneki-neko, littéralement "le chat qui invite", est un porte-bonheur.

Pourquoi un chat avec une ou deux pattes en l'air ?

Maneki vient du verbe maneku ;qui signifie"inviter" ou "saluer", et neko désigne le "chat". Le maneki-neko est donc littéralement un "chat qui invite". De sa patte gauche levée, il invite les clients, tandis que de la droite, il invite la fortune et la chance à venir à lui. Du moins, dans la croyance la plus répandue, car il existe aussi une version contraire ! Néanmoins, le porte-bonheur le plus efficace serait le maneki-neko aux deux pattes en l'air : il apporterait chance et bonheur à la fois dans les affaires et le foyer.

Cette ou ces pattes en l’air, paume vers l'avant et doigts repliés vers l’intérieur décrivent le geste que font les Japonais lorsqu’ils appellent quelqu’un de manière familière (le plus souvent un enfant ou un animal). C’est donc tout naturellement  que ce chat porte-bonheur tient sa patte ainsi levée.

La croyance veut aussi que plus le chat lève la patte haut, plus il attire la fortune. C’est ainsi qu’au fil des siècles, les maneki-neko ont levé la patte de plus en plus haut!

Maneki neko - - Artisanat "Seto sometsuke-yaki"

Maneki neko - - Artisanat "Seto sometsuke-yaki"

Le plus puissant des maneki-neko : le chat tricolore aux deux pattes levées

Le plus puissant des maneki-neko : le chat tricolore aux deux pattes levées

Mike-neko

Mike-neko

LES AUTRES ATTRIBUTS DU MANEKI-NEKO

Symbole de la fortune,  ce chat garde précieusement une pièce d'or ou koban, dans une de ses pattes. Il porte le plus souvent un ruban de couleur rouge autour du cou qui retient une clochette, comme ceux que portaient les chats des familles riches. Parfois, le collier est associé à un bavoir rouge.  

La plupart des maneki-neko sont en porcelaine ou en céramique et plus récemment en plastique. Certains, en plastique, sont animés par une pile et leur patte dressée ne cesse d’appeler les clients.

A CHAQUE COULEUR SON BONHEUR

Côté couleurs, là encore le choix est étendu. Si le blanc, la couleur traditionnelle, symbolise la pureté, optez pour le vert si vous espérez réussir dans vos études. Le chat noir combattra les mauvais esprits tandis que le rouge éloignera les maladies. Autre possibilité pour des affaires prospères, la couleur bleue réservée à la carrière. Le rose sera à privilégier pour qui souhaite bonheur en amour. Quant au chat couleur or, il serait une adaptation chinoise de ce produit d'origine japonaise. Toutes ces couleurs ne seraient que secondaires, car il règne sur le royaume des maneki-neko un maître absolu : le chat tricolore appelé en japonais mi-ke neko, "chat triple fourrure" :  à poils blancs avec des taches couleur caramel et noires. On le croise souvent en chair et en os dans les rues du Japon et il serait, tout simplement, l'amulette la plus puissante de toutes, apportant chance et réussite dans tous les domaines.  


Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs

Magnifique !

Manekineko ♥