Accueil > Comprendre le Japon > Le matsuri - 日本の祭り

Le matsuri
日本の祭り

Matsuri, le festival japonais

Matsuri, le festival japonais

Sanja matsuri à Asakusa, Tokyo

Sanja matsuri à Asakusa, Tokyo

Les stands de nourriture des matsuri, les yatai

Les stands de nourriture des matsuri, les yatai

L'Awa Odori à Tokushima

L'Awa Odori à Tokushima

La pêche aux poissons rouges,  activité populaire du matsuri

La pêche aux poissons rouges, activité populaire du matsuri

Fêtes toute l'année

Les matsuri sont des cérémonies au cours desquelles les Japonais prient pour les divinités et honorent les ancêtres. Aujourd'hui, matsuri désigne surtout des fêtes populaires qui ont lieu partout dans l'archipel.

Matsuri est le mot japonais qui désigne un festival ou une fête qui a parfois lieu un jour férié.

Cérémonies sacrées 

À l'origine, le mot matsuri est un nom générique pour toutes les cérémonies shintô japonaises. En japonais, matsuru signifie "honorer", "célébrer les dieux". Dans le Japon contemporain, matsuri veut à la fois dire "festival" et "fête" dans le sens religieux. C'est devenu une fête publique et chaque ville ou village célèbre son propre matsuri. La renommée des plus connus dépasse même les frontières du Japon, comme le Gion matsuri.

Lors de ces fêtes populaires, les participants font le tour de la ville en transportant des sanctuaires portatifs mikoshi et des chars dashi, sortis pour l’occasion. La relique du sanctuaire, incarnation physique du kamiest placée dans le mikoshi par les prêtres. Des incantations sacrées sont récitées, puis le kami est invité à s'incarner dans le sanctuaire portatif, qui est ensuite scellé et transporté dans la ville.

Lire : Le shintoïsme

À l'origine, les Japonais pensent que les dieux descendaient sur terre lors des matsuri. Pour les accueillir, de petites montagnes ou petits monticules de terre étaient préparés. Avec le temps, ces petites montagnes sont devenues des véhicules pouvant être déplacés : ce sont les chars de festivals. C’est pourquoi les caractères pour former le mot dashi sont ceux de "montagne" 山 et de "roue" 車.

Un air de fête

La procession qui accompagne le mikoshi est souvent composée de musiciens et de danseurs, en plus des porteurs. En habits de fête traditionnels, kimono de coton yukata ou arborant des vestes de festival happi, les participants défilent et dansent au son des instruments traditionnels japonais comme le taiko (tambour japonais) ou la flûte. Extrêmement populaire, le kimono de coton est porté un peu partout en été, et notamment pendant les matsuri : l'été est la saison par excellence du yukata.

Lire aussi : Les instruments traditionnels 

Le sanctuaire dont c'est le matsuri se retrouve entouré de stands de jeux et de nourriture, les yatai. Les mets les plus populaires sont les takoyaki (boulettes de poulpe), la kara-age (poulet frit), les yakisoba (nouilles sautées), les yakitori (brochettes) et les kakigôri (glaces pilées au sirop). Lors des matsuri d'été, les enfants s'amusent à attraper des poissons rouges à l'aide d'épuisettes en papier.

Le natsu matsuri, festival d'été, se distingue des autres festivals qui ont lieu le reste de l'année, car c'est à cette saison qu'a lieu la danse de l'O-bon, les vœux de Tanabata que l'on accroche aux bambous et les feux d'artifices. On peut y voir des parades et autres spectacles. Les festivals d'été sont des événements sociaux et sont très spécifiques de l'été au Japon. Si vous êtes au Japon l'été, ne manquez pas cette expérience !

Découvrez notre Top 10 des festivals d'été atypiques


1 note de 5
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre expérience d'utilisateur, vous proposer des contenus personnalisés adaptés à vos centres d'intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus et paramétrer vos préférences de cookies.