Les mythes des îles de la mer intérieure de Seto   瀬戸内海の島々の神話

Date de publication :
800px-Setonaikai_Kagawa_pref_Japani01bs5

Découvrez les mystères de la mer intérieure de Seto

Kobayashi_Izanami_and_Izanagi

Izanami et Izanagi par Kobayashi Eitaku (v. 1885)

Awaji-island_1

Ile d'Awaji

Des îles mythiques

Démons, fantômes et esprits ; batailles historiques dantesques ; pirates et valeureux guerriers,  mythes et folklore japonais... La mer intérieure de Seto est au cœur de nombreuses légendes, célèbres dans tout l'archipel. En quatre chapitres, Vivre le Japon vous fait découvrir ces histoires extraordinaires. Pour débuter ce voyage, explorons trois mythes liés aux îles et îlots de la mer intérieure de Seto.

Onokoro jima, la première île du Japon

Selon la légende du kuniumi, ou "naissance du pays", la mer intérieure de Seto abrite une île considérée comme la première île créée par les dieux, soit le lieu de naissance mythique du Japon. Le Kojiki, la "Chronique des choses anciennes" datée de 712, relate ce mythe de la naissance de l’archipel japonais qui intervient après la naissance légendaire du monde céleste et terrestre et la naissance des premiers dieux dans le Tenchikaibyaku, le mythe japonais de la création. 

Les divinités Izanagi et Izanami furent chargées par les autres kamis du Ciel de donner une forme solide à la Terre qui jusqu’alors était vide et informe comme "une méduse flottant sur la mer". Postés sur l’ame no ukihashi, le "pont flottant du ciel", ils remuèrent avec force cette masse chaotique à l’aide de l’ame no nuhoko, une lance recouverte de pierres précieuses. 

Alors qu’ils agitaient et remontaient la lance, des gouttes d’eau s’écoulèrent de celle-ci. En tombant, ces petites gouttes d’eau salée formèrent la première île de l’archipel, l’île d’Onokoro ou "première terre ferme". 

Izanagi et Izanami descendirent sur cette île. Ils y construisirent un grand palais et l’Ame no mihashira, l’auguste pilier céleste. C’est en tournant autour de ce pilier dans des directions opposées que les deux divinités se seraient unies et donnèrent naissance à des enfants. Ils créèrent ensuite huit autres îles : Awaji-no-ho-no-sawake-no-shima (l’île Awaji ), Iyo-no-futana-no-shima (Shikoku), Oki-no-mitsugo-no-shima (les îles Oki), Tsukushi-no-shima (Kyûshû), Iki-no-shima (l'île Iki), Tsu-shima (l'île de Tsushima), Sado-no-shima (l'île de Sado), Ohoyamatotoyoakitsu-shima (Honshu). 

À la lecture de ce mythe, vous vous livrez déjà surement au questionnement suivant : où se situe donc l’île d’Onokoro? A ce sujet, les réponses divergent. Si certains japonais considèrent que l’île d’Onokoro fait référence à l’île d’Awaji, d’autres considèrent qu’il s’agit d’un autre lieu, bien plus petit. 

Ainsi le grand érudit Motoori Norinaga (1730 - 1801) écrivait dans son commentaire du Kojiki que l’île d’Onokoro était certainement l'une des petites îles proches de l’île d’Awaji comme Nushima ou Tomogashima. 

Aujourd’hui, trois lieux se réclament comme étant la première île de l’archipel : Nushima, Eshima et le sanctuaire Onokorojima

Kamitategamiiwa

Le rocher Kamitategami-iwa à Nushima

eshima

Ile d'Eshima

Onokorojima_Jinjya_1

Sanctuaire Onokorojima jinja

Nushima est une petite île située à 10 kilomètres au sud de l’île d’Awaji. Au sud-est de Nushima, dans les eaux de l’océan Pacifique, se dresse un étrange rocher, haut de 30 m, appelé Kamitategami-iwa. Ce dernier dispose d’une marque en forme de cœur en son centre et passe pour être l’Ame no mihashira, le pilier autour duquel Izanagi et Izanami se sont unis.

À proximité immédiate du port d’Iwaya, à l’extrémité nord de l’île d’Awaji, Eshima est un petit îlot de grès érodé par le vent et les vagues. Considéré par la population locale comme l’île d’Onokoro, Eshima abrite un petit sanctuaire à son sommet.

Le sanctuaire shintoïste d’Onokorojima est consacré à Izanagi et Izanami. Bien qu’aujourd’hui situé sur la terre ferme, il était à l’origine au milieu de l’ancienne crique Mihara ce qui a contribué à son assimilation à l’île d’Onokoro. En outre, se trouve à proximité un monument perçu comme le vestige de l’ame no ukihashi, le "pont flottant du ciel".


Onigashima, l'île des ogres

Onigashima, ou l’île des ogres, est une autre île mythique de la mer intérieure de Seto. Sa notoriété, Onigishima la doit au plus populaire des contes japonais : Momotaro

800px-Momotarō_ehon

Momotaro et ses trois amis. Illustration de Santō Kyōden réalisée en 1804

Ce garçon né dans une pêche fut recueilli bébé par un couple de personnes âgées alors que le fruit descendait la rivière porté par le courant. 

Quelques années plus tard, le jeune garçon révéla sa force herculéenne en rapportant sans peine un arbre entier en guise de bois pour le feu. 

Un jour, Momotaro quitta ses parents pour aller combattre une horde de démons qui vivaient sur l’île d'Onigashima. En chemin, il rencontra un chien, un singe et un faisan qui lui promirent de l'aider dans sa quête difficile. 

Une fois sur l’île, la troupe se retrouva devant une imposante porte fortifiée. Les trois compères furent alors d'une aide précieuse : dans les airs, le faisan fit le guet ; le singe, habile, tira le verrou et le chien poussa le battant. Une fois à l'intérieur du repaire des ogres, ils se livrèrent tous les quatre à un combat acharné dont ils sortirent vainqueurs. Momotaro rassembla toutes les richesses pillées par ces démons, les charga sur une charrette et rentra dans son village accompagné de ses trois nouveaux amis où ils vécurent heureux tous ensemble. 

Nul besoin de se précipiter sur une carte pour y chercher cette île aux démons ; celle-ci n'existe pas... enfin pas sous cette appellation en tout cas ! 

L'île d'Onigashima est traditionnellement associée à celle de Megijima, une île de la mer intérieure de Seto au nord de la ville de Takamatsu. Bien que ce conte soit populaire depuis l'époque d'Edo (1603-1868), ce rapprochement avec l'île de Megijima est somme toute récent. 

Ce n'est en effet qu'au début du XXème siècle que l'on assimila Megijima à l'île du conte après qu'un chercheur local du nom de Sentaro Hashimoto découvrit de vastes cavernes artificielles au sommet du Mont Washigamine

Megijima_island

Ile de Megijima

grotte-Megijima

Sur Megijima, une grotte abrite toujours des oni!

Converties en attraction touristique depuis 1931, ces grottes accueillent chaque année de très nombreux touristes venus voir les oni vaincus par le héros de leur enfance. 


Le tearai oni

Sur l’île de Shikoku, une légende raconte qu’un démon colosse avait pour habitude de se laver les mains dans les eaux de la baie entre Takamatsu et Marugame. Un pied solidement ancré sur les hauteurs de chaque ville, il enjambait alors la mer intérieure de Seto. Ainsi positionné, il pouvait allégrement plonger ses mains dans les eaux de la baie. 

mont-Iinoyama

Le Mont Iinoyama

tearaioni

Tearai oni du Ehon hyakumonogatari (1841)

Ce démon à l’allure de géant est appelé tearai oni, le "démon se lavant les mains". Il est décrit dans l’Ehon hyaku monogatari ou "Livre d’images d’une centaine d’histoires", un bestiaire de monstres, yokai, oni, esprits et fantômes nippons réalisé en 1841 par Takehara Shunsen, un peintre originaire d’Osaka. 

Le tearai oni vivait dans l’ancienne province de Sanuki (actuelle préfecture de Kagawa)

Ce géant était capable d’enjamber des détroits et de chevaucher des montagnes ; l’amplitude de ses jambes lui permettant de couvrir une distance de 3 ri, soit 12 km ! Les histoires locales rapportent que le démon de Sanuki aurait vécu dans la montagne, non loin de la ville de Marugame. Il en descendait chaque fois qu’il souhaitait se laver les mains et s’abreuver dans la baie. 

Au sommet du Mont Iinoyama entre Marugame et Sakaide, des roches portent toujours les empreintes de ses mains et de ses pieds démesurés !

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs