Nanakusa no sekku : la fête des sept herbes   七草の節句

Date de publication :
Les herbes sont censées apporter vigueur et santé

Les herbes sont censées apporter vigueur et santé

Le Nanakusa kayu, les sept herbes dans la bouillie de riz

Le Nanakusa kayu, sept herbes dans une bouillie de riz

Paquets des 7 herbes vendus en supermarché

Paquets des 7 herbes vendus en supermarché

La fête des sept herbes tire ses origines de la Chine ancienne

La fête des sept herbes tire ses origines de la Chine ancienne

Détox du Nouvel an

Au Japon, le 7 janvier, une coutume ancestrale veut que l’on consomme sept herbes fraîches avec une bouillie de riz. Pour commencer sainement l'année.

La "fête des sept herbes", originaire de Chine, a été adoptée au Japon dès l’ère Heian (794-1185). Aujourd'hui, le 7 janvier est un jour férié qui fait partie des "Cinq festivals saisonniers" (gosekku).

Des herbes magiques

Ce jour-là, c’est toute la population japonaise qui consommait un gruau de riz accompagné de sept sortes d’herbes fraîches sauvages (七草粥 nanakusa-gayu), les premières de l’année.  Il était de coutume d’aller cueillir les plantes la veille, de les placer sur une planche à découper accompagnées de sept instruments de cuisine traditionnels et de les hacher fin tout en se tenant face à la direction censée porter chance et en chantant ou récitant cette phrase : "Avant que les oiseaux du pays des Tang ne s'envolent vers le Japon, je hache les 7 herbes". La croyance populaire voulait que ces incantations protègent les futures récoltes des oiseaux tandis que la fraîcheur des premières pousses était supposée apporter vigueur et santé.

Les sept herbes aujourd'hui

Dans le Japon moderne, seule a subsisté la saine habitude de manger le nanakusa-gayu. Après les agapes des fêtes de fin d’année, cette bouillie de riz et ces herbes fraîches sont les bienvenues. Plus besoin de partir à la cueillette, on trouve désormais les sept ingrédients vendus en paquet dans tous les supermarchés. 

Liste des ingrédients

Il s’agit du seri, appelé persil japonais ou encore céleri chinois ; du nazuna, une sorte de bourse-à-pasteur ou capselle ; du hahakogusa, répondant au nom scientifique de Gnaphalium affine ; du hakobe qui se traduit par morgeline ou stellaire intermédiaire ; du koonitabirako soit en latin apsana apogonoides, et enfin, plus communs, le kabu (navet) et le daikon, le radis blanc japonais. Ces plantes sont parfois nommées différemment et possèdent toutes des noms traditionnels peu utilisés actuellement.

Symphonie de blanc et vert, ces herbes annoncent le printemps et apportent vitamines et bonne humeur.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs

Calendrier chinois

Bonjour Adrian, En effet, à l'époque Edo (1603-1867), le Japon n'utilisait pas le calendrier Grégorien. La tradition de la fête des 7 herbes est originaire de la Chine ancienne, qui veut que chacun des 6 jours à partir du nouvel an, on fête un animal (dans cet ordre: coq, chien, porc, mouton, bœuf, cheval), ainsi le 7e jour est le jour de l'homme, que l'on appelle aussi la fête des 7 herbes. C'est donc bien le septième jour du premier mois que se déroulait cette fête à l'ère Edo, mais aujourd'hui le 7 janvier est sa date fixe.

Problème de calendrier ?

"A l’ère d’Edo (1603-1867), le 7 janvier fut déclaré jour férié et faisait partie des "Cinq festivals saisonniers" " A l'époque d'Edo, le Japon n'utilisait pas le calendrier Grégorien...du coup ça devait être le 7eme jour du premier mois de l'année...cela correspond à quelle date actuelle à peu près ? (avec les mois intercalaires ça devait bouger un peu d'une année sur l'autre théoriquement)