10 objets typiques de la maison japonaise   日本の家の家具

Date de publication :
Une maison japonaise dans le quartier de Mitaka, à Tokyo

Une maison japonaise dans le quartier de Mitaka, à Tokyo

La séparation entre la chambre et la pièce de vie se fait grâce à des fusuma, portes coulissantes en bois (opaques) à droite.

La séparation entre la chambre et la pièce de vie se fait grâce à des fusuma, portes coulissantes en bois (opaques) à droite. Photo : maison Yasaka à Kyoto

Une pièce tapissée de tatami

Une pièce tapissée de tatami

tokonoma

Tokonoma, l'alcôve de la washitsu

La salle de bain à la japonaise : on se douche à l'extérieur de la baignoire puis on entre dans le bain une fois propre !

La salle de bain à la japonaise : on se douche à l'extérieur de la baignoire puis on entre dans le bain une fois propre ! Photo : maison Nishi Ume à Kyoto

Kotatsu, la table basse chauffante

Kotatsu, la table basse chauffante

Un chanko nabe

Un chanko nabe

Shuki, le service à saké

Shuki, le service à saké

Dans le fond de la pièce, des shôji (portes coulissantes transparentes) séparent la pièce de vie du petit jardin extérieur.

Dans le fond de la pièce, des shôji (portes coulissantes transparentes) séparent la pièce de vie du petit jardin extérieur. Photo : maison Koyasu à Kyoto

Butsudan, l'autel bouddhiste

Butsudan, l'autel bouddhiste

Home sweet home

À la fois modernes et pratiques, les maisons japonaises sont malgré tout très différentes des nôtres. Connaissez-vous ces objets typiquement japonais ?

Voici notre sélection d'objets et équipements typiques que l'on trouve dans la maison japonaise :

  • Shôji et Fusuma 

Le shôji sont des portes coulissantes translucides faites en bois et papier de riz. Le fusuma désigne les portes coulissantes en bois ou en papier peint, pleines. Ces deux types de portes coulissantes sont autant utilisés dans les maisons traditionnelles qu'occidentales, notamment dans la washitsu, pièce "à la japonaise".

  • Butsudan

Le butsudan est un petit autel bouddhique dans une armoire en bois. Ces sanctuaires privatifs sont utilisés pour rendre hommage aux défunts. Au dessus du butsudan trônent souvent les photos des parents disparus. Chaque jour, les Japonais font des offrandes de nourriture (riz, fruits, etc) et d'encens. Le butsudan familial est souvent installé dans la washitsu, la pièce "à la japonaise", dont le sol est recouvert de tatami

Lire : La période de l'Obon au Japon

  • Tatami

Le tatami est un revêtement de sol traditionnel japonais. Il est fabriqué avec des couches de pailles de riz superposées, entrecroisées puis compressées. La paille de riz est ensuite recouverte d'une natte de paille tissée dans du jonc. Les Japonais l'utilisent dans les maisons, les temples et les dôjô pour pratiquer les arts martiaux. 

La disposition des tatami suit certaines conventions: shûgijiki (alignement dans les deux sens) ou bien fushûgijiki (alignement à sens unique). Au Japon, on ne calcule pas l'espace habitable en mètre carré, mais en... tatami !  La dimension d'un tatami est de 91 × 182 centimètres, soit 1,656 m2.

  • Futon

Le futon est un type de literie japonaise. Elle comprend généralement un matelas de 5 à 10 centimètres d'épaisseur (shikibuton), une couette (kakebuton) et un oreiller (makura). Le futon est pensé pour être installé sur des tatami et doit être replié, puis rangé après le lever. 

Lire aussi Les machiya

Nombreux sont les Japonais à utiliser des lits à l'occidentale pour ne pas avoir à ranger les futon le jour suivant. Les futon restent néanmoins populaires dans les maisons traditionnelles (lorsque la famille visite les parents à la campagne...) ou lors d'excursion dans des ryôkan.

  • Tokonoma

Le tokonoma n'est pas un objet à proprement parler mais les objets qui y sont disposés sont typiquement japonais. Le tokonoma est une petite alcôve surélevée, tapissée de tatami. Elle est présente dans les pièces washitsu, et plus particulièrement dans les maisons de thé, chashitsu.

Le tokonoma sert de lieu d'exposition pour les calligraphies et estampes, les compositions végétales (ikebana, bonsaï, kusamono) ou les statuettes ornementales, okimono. 

Dans les maisons de thé, la composition du tokonoma n'est pas laissée au hasard : poèmes, œuvres d'art et végétaux sont choisis selon les saisons, l'humeur : l'expérience de la voie du thé ne se déroule pas uniquement dans la tasse !

  • Ofuro

En japonais, furo (ou sous sa forme polie ofuro), désigne la baignoire japonaise. À l'origine, l'ofuro était construite en bois, mais elle est désormais faite en acier inoxydable ou en plastique. Des versions plus luxueuses tout en bois existent aussi. 

Lire aussi : Ofuro, le bain au Japon

Au Japon, vous devez d'abord vous doucher sur le côté de la baignoire, avant de pouvoir vous immerger. L'eau du bain doit rester propre car tous les membres de la famille s'y baignent ! L'eau est ensuite réutilisée, pour faire la lessive par exemple.

  • Ea-kon

L'été au Japon est chaud et humide, donc assez difficile à supporter. Mais heureusement, de nos jours la technologie aide les Japonais à traverser la saison estivale, grâce à l'air conditionné, en japonais ea-kon. Les maisons sont presque toutes équipées de climatiseurs.

Lire : Partir au Japon en été

Le même boîtier sert pour le chauffage et la climatisation. Il existe aussi une option de déshumidification de l'air (dry, en japonais). Il est également possible de programmer le temps d'utilisation et la température souhaitée. 

  • Kotatsu

Le kotatsu est une table basse chauffante. De nos jours, il existe des tables que l'on démonte pour y insérer une couverture, le tout pourvu d'un système électrique. L'hiver, les Japonais se réjouissent à l'idée de se glisser sous le kotatsu. Il reste encore le mode de chauffage le plus courant au Japon, le chauffage central étant peu répandu.

  • Nabemono

Le nabemono ou nabe, est plus un concept qu'un contenant en lui-même. En japonais, nabemono désigne la marmite. Le nabe est le plat typique de la cuisine familiale en hiver au Japon. Très convivial, le nabe est posé sur une plaque électrique portative, au centre de la table où chacun se sert. 

Lire 10 ustensiles pour cuisiner japonais

La recette du nabemono est un croisement entre la soupe, le pot-au-feu et la fondue. La marmite du nabemono, le donabe, est fabriquée en argile ou en acier inoxydable. La base est un bouillon léger (algue kombu, tofu) ou au goût plus prononcé (miso, sauce soja, dashi). 

Les ingrédients varient ensuite selon l'envie ! Le chankonabe par exemple, le nabe des sumo, est composé de bouillon dashi ou poulet, volaille et/ou poisson, tofu, légumes type bok-choy, daikon, nouilles udon.

  • Shuki

Shuki désigne le service à saké et se compose de divers éléments : pichet, coupes et accessoires. Le shuki est généralement fabriqué en céramique mais peut aussi être en bois, bambou, verre ou plastique. La matière varie selon la température de l'alcool (chaud ou froid) et à qui il est destiné (soi-même, famille, cérémonie...). 

La fabrication du saké au Japon date de l'époque Yayoi (300 avant J.C.-300 après J.C.). Le saké a ensuite été progressivement introduit dans les rites. Le saké est une boisson associée à l'izakaya, mais peut aussi être consommée au restaurant ou chez soi. Grands consommateurs d'alcool, les Japonais ont bu 589 000 kilolitres de saké en 2010 !

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs