L’origami   折り紙

Date de publication :
origami

Il existe une infinité de modèles d’origami : animaux, fleurs, personnages…

Origami sincérité

Pliages symbolisant la sincérité.

Wet folding

Le wet folding est une technique de pliage consistant à mouiller légèrement le papier pour le rendre plus maniable.

Orizuru

Le diagramme de la grue à partir du système Yoshizawa-Randlett

Origami 3D

Technique d'origami modulaire.

L’art du pliage de papier

Au Japon, pour les visiteurs, l’exposition à l’origami se fait souvent dans les temples ou sur les sites mémoriaux, à travers des guirlandes de grues de papier multicolores : la grue est l’un des pliages les plus célèbres et symboliques, mais il existe une infinité de modèles d’origami : animaux, fleurs, personnage, etc. Comme n’importe quel art, l’origami s’inspire de la nature et représente le monde qui nous entoure. Il est entré au rang d’art traditionnel japonais, mais sa pratique s’est aujourd’hui répandue bien au-delà des frontières nippones.

Aux origines de l’origami

Le terme "origami" vient de oru (plier) et kami (papier). Il s’agit d’un art traditionnel du papier, d’origine chinoise, qui se serait introduit au Japon vers le XIIIe siècle avec le Bouddhisme. On utilisait des papiers pliés lors des rituels. Cependant, on pense que la technique de l’origami telle qu’on la connaît aujourd’hui (uniquement du pliage, d’une seule pièce, sans découpage ni collage) ne s’est réellement développée qu’à l’époque Edo (1603-1867), où le papier plié servait de décoration pendant les rituels.

Lire : Washi, l'art japonais du papier

Origami de grue fait avec un billet de 1000 yen

Origami de grue fait avec un billet de 1000 yen

Les différentes techniques de pliage

Aujourd’hui, on compte plusieurs techniques et déclinaisons de l’origami traditionnel : l’origami moderne comprend la technique du "papier humide", inventée par l’origamiste Akira Yoshizawa, qui permet de mieux façonner les sculptures de papier ; l’origami modulaire (kusudama), qui consiste à assembler des petites pièces triangulaires de papier pour former un modèle ; le "papier contrecollé" qui consiste à coller une face du papier de soie contre une feuille d’aluminium, apportant ainsi une rigidité au papier.

Lire aussi : Ito-ya et ses précieux papiers

Le système Yoshizawa-Randlet

Akira Yoshizawa est considéré comme le maître de l’art du pliage japonais. Il a inspiré la "renaissance" de l’origami moderne. Outre ses créations qui comptent plus de 50 000 modèles, il est également à l’origine du système Yoshizawa-Randlett, du nom de son inventeur et de Samuel L. Randlett, qui l’a amélioré. Il s’agit d’une codification et d’une terminologie qui permettent de représenter à travers des diagrammes les différentes étapes du pliage, de la base du papier au résultat final. Ce système est désormais international.

Sadako Sasaki

Statue de Sadako Sasaki au parx de la paix à Hiroshima.

Senbazuru

Senbazuru, ou les milles grues en origami.

Sadako Sasaki et les mille grues de papier

Au Japon, l’origami possède à la fois une fonction décorative, mais également symbolique. Si la grue (orizuru) est l’un des pliages de base de l’art de l’origami, il s’agit d’une figure devenue emblématique à travers l’histoire de Sadako Sasaki, une jeune fille qui fut exposée aux rayonnements atomiques du bombardement de Hiroshima. 

À lire : L'Orizuru Tower à Hiroshima

Frappée d’une leucémie, elle fit le vœu de guérir en pliant mille grues de papier – car une légende japonaise raconte que si l’on plie mille grues, notre vœu sera exaucé. Comprenant qu’elle ne guérirait pas, elle fit un vœu de paix pour le monde, avant de mourir, n’ayant plié que 644 grues. Ses camarades de classe terminèrent son ouvrage et elle fut enterrée avec les mille grues (senbazuru). Aujourd’hui, une statue à son effigie se trouve dans le parc de la paix à Hiroshima.

À découvrir : Le monument de la paix des enfants à Hiroshima

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs