Chashitsu   茶室

Date de publication :
Chashitsu : la pièce où se déroule la cérémonie du thé

Chashitsu : la pièce où se déroule la cérémonie du thé

Chashitsu "Isui-en" située à Nara

Chashitsu "Isui-en" située à Nara

Exemple de cérémonie du thé dans une chashitsu

Exemple de cérémonie du thé dans une chashitsu

plan chashitsu

Plan d'une chashitsu. Derrière l'hôte se trouve la mizuya (non visible sur le plan), ainsi qu'une entrée spécifique.

Pavillon de thé

Inséparable de la cérémonie du thé, la chashitsu se distingue de la maison de thé, chaya. En japonais, chashitsu désigne la pièce où se déroulent les célébrations autour du thé. 

La cérémonie du thé est pratiquée dans une pièce à part, séparée de l'habitation principale : la chashitsu.

Un îlot au centre de la maison

Le pavillon de thé, chashitsu, est séparé du reste de la résidence par un jardin de pierres, appelé roji. La traversée du jardin doit permettre aux invités de se préparer à la cérémonie. Le kekkai, une petite pierre enveloppée d'une corde, marque la transition entre le monde extérieur et l'univers du thé. L'endroit idéal pour le positionnement d'un pavillon de thé serait un lieu entouré par la nature.

Lire : O-cha, le thé vert japonais

Avant de pénétrer dans la pièce, les invités doivent se purifier, en se rinçant la bouche et en se lavant les mains. L'entrée de la pièce est souvent basse et étroite, obligeant ainsi les invités à se baisser, afin de laisser tout sentiment de supériorité et d'orgueil à l'extérieur de la chashitsu. Il en est de même pour le statut ; dans le Japon ancien, les samouraï devaient se défaire de leurs sabres, symboles de pouvoir, avant d'entrer dans la chashitsu.

Simplicité et raffinement 

La taille de la pièce chashitsu est variable et peut être composée de 2 à 4 tatami. À l'intérieur se trouvent un espace dédié aux préparations de la cérémonie du thé, mizuya, et une alcôve, tokonoma. Un foyer sert à faire bouillir l'eau pour le thé et chauffe la pièce en hiver.

Lire aussi : Le zen

La décoration est simple et dépouillée : rouleau de calligraphie artistique, kakejiku, et créations végétales, chabana ou ikebana. Le tokonoma est considéré comme un élément essentiel de la chashitsu, et la règle est que le convive le plus important prenne place à l'endroit le plus près de l'alcôve. Le tokonoma est en bois ou en tatami et si la pièce dispose de fenêtres, seule la lumière du jour filtre au travers des shoji, les portes coulissantes en bois et parois en papier. L'hôte est quant à lui, assis devant le foyer.

D'apparence simple, la réunion dans le pavillon de thé, chaji, peut durer de 3 à 5 heures, en fonction de ce qui y est servi (sucreries, cuisine kaiseki). La pièce, les éléments, les matières, les gestes, sont sobres, mais ils sont soigneusement choisis.  

Un abri spirituel

Les maisons de thé ont été introduites lors de l'époque Sengoku (milieu XVe jusqu'à fin XVIe siècle). Les propriétaires d'une chashitsu avaient pour usage de les nommer, en utilisant les caractères an 庵 (ermitage) ou do 堂 (hall). Une initiative qui a pour but de s'inscrire dans l'état d'esprit de l'ermitage ou de la retraite spirituelle dans les montagnes, au milieu de l'agitation de la ville. La diversité des matériaux employés à la construction de la chashitsu reflète également un désir de faire le meilleur usage du strict minimum.

À lire : Wagashi, les pâtisseries japonaises

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs