L'histoire de Kitamaebune et de ses bateaux   北前船

Date de publication :

Reconstruction d'un Michinoku Maru

Miniature d'un Kitamaebune

Kiatamaebune du parc Hiyoriyama

La route de toutes les richesses - de Osaka à Hokkaido

Le Japon de l'époque Tokugawa est un Japon quasiment fermé au monde extérieur par la politique shogunale du Sakoku. Mais si les communications avec les nations voisines sont prohibées, le pays connaît dans le même temps une intensification inédite des échanges commerciaux entre les différentes régions. C'est dans ce cadre que s'inscrit la route commerciale Kitamaebune.

En route vers Hokkaido

Kitamaebune signifie littéralement "navire qui se dirige vers le nord". Le mot était utilisé pour qualifier à la fois la route commerciale et les vaisseaux qui l'empruntaient.

Partant des grands ports commerciaux de Sakai et Osaka, les bateaux traversaient la mer intérieure de Seto, le détroit de Shimonoseki et se rendaient sur les côtes du Hokuriku et de Hokkaido.

Ainsi à cette époque, le village d'Esahi, situé à la pointe sud-ouest de la grande île du nord, était au mois de mai une ville commerciale bondée de marchands. Ils venaient notamment y chercher le bois de cyprès et le hareng qu'ils revendaient avec de gros bénéfices une fois de retour dans la région du Kansai. 

Esashi atteint une telle renommée grâce au Kitamaebune qu'elle accueillit nombre d'artistes de l'époque Edo (1603 - 1868) en visite.

Navire Kaiyo-maru au port d'Esashi

Navire Kaiyo-maru au port d'Esashi

Port d'Osaka aujourd'hui

La première richesse du Japon

Le voyage annuel sur la route Kitamaebune (puis bi-annuel à partir de la fin du XVIIIème siècle avec l'amélioration des navires) pouvait être dangereux, les naufrages étant fréquents. 

Mais les marchands qui réussirent à s'intégrer aux circuits du Kitamaebune firent de grandes fortunes. À la fin du shogunat, ils étaient, avec les grands seigneurs, la classe sociale la plus riche du pays. 

Beaucoup d'entre eux étaient des notables locaux. Les marchands d'Osaka, cœur commercial du pays, acquirent à travers cette route un autre moyen d'accroître leurs capitaux, qui seront utilisés pour financer la modernisation de Meiji.

Un facteur d'unification du pays

L'époque Edo est un retour à la paix après plus d'un siècle de guerre civile, mais aussi le début d'une véritable unification politique, les daimyôs n'ayant jamais été aussi contrôlé par le pouvoir central qu'au temps des Tokugawa. 

Cette unification est aussi celle de la société, avec des mouvements culturels touchant la plupart des régions et permettant le début d'une véritable culture commune. Les Kitamaebune participèrent à ce mouvement.

Reproduction d'un Kitamaebune au parc Hiyoriyama

Chaque année, plusieurs milliers de bateaux disséminaient le long de leur route les produits commerciaux d'Osaka puis au retour ceux d'Esashi, partageant aussi sur leur chemin des produits de la vie quotidienne, des objets raffinés et des éléments culturels propres aux différentes régions traversées. 

C'est ainsi que la culture d'Esashi dérive de celle du Kansai malgré la distance ou que les îles Oki situées en marge du pays gardent en mémoire jusqu'à aujourd'hui les chants folkloriques de nombre de localités nippones.

Comment en apprendre plus sur les Kitamaebune ?

Rendez-vous au musée dédié à la route de Kitamaebune et ses bateaux dans la ville de Ishikawa. Le musée présente une grande collection de cartes, d’images, de documents manuscrits, d’outils de navigation et de miniatures.

  • Adresse : I-Otsu 1-1 Hashitate-machi, Kaga-shi, 922-0554
  • Accès : 10 minutes en taxi à partir de la gare JR Kaga Onsen ou 1 minute à pied de l'arrêt de bus CANBUS "Kitamaebune-no-Sato Shiryokan"
  • Horaires : 9h00-17h00 (dernière entrée à 16h30)
  • Tarifs : Adultes - 310 yens / 75 ou plus - 150 yens / Entrée gratuite pour les personnes en situation d'handicape et les moins de 18 ans

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs