Seijin Shiki : la cérémonie de la majorité   成人式

Date de publication :
Jeunes filles célébrant le Seijin shiki

Jeunes filles célébrant le Seijin shiki

Le rite de passage à l'âge adulte

A vingt ans, il est temps pour les jeunes Japonais d'entrer pleinement dans leur vie d'adulte. Ce passage rituel est cél��bré à l'occasion du Seijin-Shiki, la cérémonie de la majorité, se déroulant le deuxième lundi du mois de janvier.

Le nœud des obi, ceinture nouant le kimono, se décline en fonction des nouvelles tendances

Le nœud des obi, ceinture nouant le kimono, se décline en fonction des nouvelles tendances

Le châle blanc, souvent en fourrure, surmonte la tenue traditionnelle des jeunes femmes

Le châle blanc, souvent en fourrure, surmonte la tenue traditionnelle des jeunes femmes

Tenues de la cérémonie de la majorité

Tenues de la cérémonie de la majorité au Japon

Aux côtés de la fête des enfants Kodomo no hi ou du témoignage respectueux fait aux anciens, Keirô no hi, le 3e lundi de septembre, Seijin-Shiki ou cérémonie de la majorité, tient une place primordiale dans le calendrier nippon. Décrété jour férié national, il rassemble les jeunes âgés de 20 ans et ceux qui les fêteront avant le 1er avril de l'année en cours. Une cérémonie en mairie ou dans des locaux publics marque le début la journée. À cette occasion, des représentants officiels et même parfois des anciens professeurs viennent prodiguer conseils et bienveillance aux futurs adultes. Sans oublier de leur rappeler leurs nouvelles responsabilités, leurs droits et leurs devoirs.

Lire : Les fêtes nationales au Japon

Seijin shiki, un rite ancestral

Cette tradition remonte à l'époque de Nara (710-794). Un rituel shintoïste voulait que les garçons âgés entre 11 et 17 ans participent au Genpuku : une cérémonie à l'issue de laquelle les jeunes hommes étaient rebaptisés et leur coiffure était adaptée à leur nouveau statut. Les filles avaient elles aussi leur rite de passage s'appelant Mogi. Ces festivités, dans un premier temps réservées aux familles de samouraïs, se sont par la suite démocratisées. En 1946, afin de galvaniser le moral des jeunes après la guerre, un homme organisa un grand festival dédié à la jeunesse, dans la préfecture de Saitama. Face à l'engouement suscité, le gouvernement décréta cette journée fête nationale.   

Lire aussi : Le shintoïsme

Costumes de fête 


La cérémonie officielle de la matinée laisse place à une visite au temple censée porter chance. Puis d'autres réjouissances moins contraignantes viennent clore la journée. Dans leur kimono traditionnel à manches pendantes, se portant uniquement lors de grandes occasions, les jeunes femmes sillonnent les rues aux côtés des jeunes hommes qui, eux, ont troqué le traditionnel hakama, pantalon large et plissé, contre le costume-cravate qui leur servira plus tard, en entreprise. 

Première gorgée de bière

Ensemble, ils cherchent le lieu idéal pour terminer cette journée mémorable. Les izakaya, bars à tapas, sont alors très prisés. En famille ou entre amis, il sera enfin autorisé aux nouveaux adultes de savourer leur premier verre en public. En effet, avant leur majorité, les Japonais ont interdiction de boire de l'alcool, d'acheter des cigarettes, de se marier, de posséder une carte de crédit... 

La majorité japonaise


Bien que la majorité ait été abaissée à 18 ans en 2015, cette réforme concerne uniquement le droit de vote. Ainsi les jeunes de moins de 20 ans ne sont que partiellement jugés responsables. Enfin, au Japon, les étrangers se plient aux lois japonaises. Ainsi, si vous êtes reconnu(e) majeur(e) dans votre pays mais que vous n'avez pas encore 20 ans, vous serez tenu(e) d'observer les règles en vigueur pour les mineurs !

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs