L'architecte Tadao Andō   忠雄安藤

Date de publication :
tadao-ando-architecte

Portrait de l'architecte japonais Tadao Andō, pris lors de l’inauguration de la salle d'exposition artistique de Langen, en Allemagne, durant l'été 2004.

Eglise de la Lumière à Ibaraki

Eglise de la Lumière à Ibaraki

L'annexe du Benesse House réalisée par Tadao Ando

L'annexe du Benesse House réalisée par Tadao Ando

azuma-house-tadao-ando

Maison Azuma (1976), Osaka

Le musée Lee U-Fan, résultat d'une collaboration entre l'artiste sud-coréen et Tadao Ando

Le musée Lee U-Fan, résultat d'une collaboration entre l'artiste sud-coréen et Tadao Ando

Le génie du béton et de la lumière

Tadao Andô, né en 1941 à Osaka, est une véritable icône de l’architecture japonaise. La pureté de ses réalisations géométriques lui confère depuis plusieurs décennies une reconnaissance mondiale. 

Comme il aime le dire lui-même, l'architecte japonais Tadao Andō est entièrement autodidacte. Ancien boxeur sans diplôme, il fait aujourd’hui partie de la caste très restreinte des "starchitectes". Adolescent, il fréquente quotidiennement les ateliers de menuiserie, ferronnerie et verrerie voisins du domicile de sa grand-mère par qui il est élevé.

L'inspiration de Le Corbusier

Après avoir travaillé dans la conception de mobilier, l’architecture intérieure et la rénovation de maisons, il se décide à apprendre l’architecture mais sans suivre de formation spécifique. La découverte des œuvres de Le Corbusier est décisive. Entre 1962 et 1969, il parcourt le monde afin de voir de grands chefs-d’œuvre d’architecture et parfaire son apprentissage. C’est l’occasion pour lui d’apprécier les réalisations de Le Corbusier à Paris et Marseille. 

Des prix internationaux

À son retour à Osaka en 1969, il fonde son agence et débute son activité par la construction de petites maisons individuelles dans les années 70. Dès lors, l’ascension est rapide. Sa petite maison Azuma, entièrement en béton, réalisée en 1976 est couronnée par le Prix de l’Institut d’Architecture du Japon trois ans plus tard. Il réalise ensuite le pavillon du Japon de l’Exposition Universelle de Séville en 1992 ; pavillon le plus remarqué et le plus visité. Les années 1990 sont synonymes de consécration. Le MOMA de New York et le Centre Georges Pompidou lui consacrent des expositions. Après avoir reçu le très prestigieux prix Pritzker en 1995, il est nommé professeur titulaire à l’université de Tokyo ; lui, l’architecte autodidacte !

Géométrie et béton

Utilisant un vocabulaire minimal de forme (cercle, carré, rectangle…) ainsi qu’une palette de matériaux réduite, son style est immédiatement reconnaissable. Par l’économie de moyens et le dépouillement, Andō s’inscrit dans une certaine tradition japonaise tout en s’inspirant également des styles occidentaux de Le Corbusier, du Bauhaus et de l'architecte américain Louis Kahn. Andō a une prédilection pour le béton dont l’aspect change avec le temps et capte la lumière. Apportant une attention toute particulière aux détails, il pousse jusqu’à l’extrême sa recherche de raffinement en développant sa propre formule de béton. Bien que laissé brut, il est lisse et délicat, ressemblant à un béton brossé ou verni au pinceau.

Refuge et lumière

Les bâtiments de Tadao Andō sont pensés comme des havres de paix, des huis-clos contre le chaos urbain. L’espace bâti est une architecture-refuge isolant de l’hostilité extérieure. Bon nombre de ses habitations s’organisent autour d’une cour intérieure agissant comme un puits de lumière. Dans son église de la Lumière bâtie en 1989 à Ibaraki, le jeu entre le béton et la lumière trouve son expression la plus remarquable. Grâce à une ouverture en forme de croix, le soleil pénètre dans l’édifice et matérialise la qualité sacrée du lieu. La relation entre la lumière et les ténèbres tient une place prépondérante dans son travail.

Art, architecture et nature

L’architecte est l’homme de Naoshima, île dédiée à l’art contemporain dans la mer intérieure du Seto. En 1989, Sōichirō Fukutake, président de la société Benesse et initiateur de cette île-musée, sollicite Andō pour la construction du Benesse House. Cet hôtel-musée est un site sans pareil offrant une vue spectaculaire sur la mer et les îles volcaniques alentours. Andō édifie ensuite l’annexe de l’hôtel, un ovale immense ; fusion parfaite de la nature et de son architecture. Il réalise également le Minamidera, une bâtisse de bois abritant une œuvre de l’artiste américain James Turell. Dans les années 2000, il conçoit deux autres musées sur l’île; le musée d’art Chichu et le musée Lee U-fan. La réalisation de son propre musée sur Naoshima est une marque supplémentaire de la relation intime de l’architecte avec le lieu. 

Lire aussi : Naoshima, l'art dans la nature

Tadao Andō s’exprime également dans des projets plus singuliers au cœur des grandes villes. Auteur des réhabilitations des lieux d’exposition de la collection d’art contemporain de l’homme d’affaires François Pinault à Venise et à Paris, il est également à l’origine de la conception de la Tokyo Sky Tree.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs

architecte

je suis architecte ,je suis nèe le même mois et le même jour comme lui,mais je ne suis pas dutout dans son inspiration ,limite je suis un architecte médiocre .sérieux pourquoi ce n'est pas l'inverse malheureuse que suis je.