Temples bouddhistes, sanctuaires shintô : les différences   お寺と神社

Date de publication :
Le portique sacré du Tsurugaoku Hachiman-gû

Un sanctuaire shintô et son torii (portique sacré), marquant l'entrée.

Une porte sacrée dans le quartier d'Asakusa (Tokyo).

Un temple bouddhiste et la porte du Tonnerre, Kaminari-mon, marque l'entrée du temple Sensôji dans le quartier d'Asakusa à Tokyo.

Intérieur du Zeniarai benzaiten

À l'intérieur de la grotte, les symboles bouddhistes et shinto se mélangent autour de la source.

Le haiden de l'Izumo Taisha

Le haiden est l'endroit où l'on vénère Ōkuninushi, dieu fondateur du Japon selon la religion shintoïste.

Le temple Tôshôdaiji à Nara

Le Kondô, bâtiment principal à huit piliers galbés.

Un mariage shinto.

Un mariage shinto.

Religions au Japon

Autels shintô dans les temples bouddhistes, statues bouddhistes dans les sanctuaires shintô, faire la différence entre les deux principales religions au Japon est simple, sauf peut- être en ce qui concerne les lieux de culte.

Une vieille histoire d’amour

La différence entre le shintoïsme et le bouddhisme est simple. La première religion est un système polythéiste qui compte des dizaines de milliers de divinités kami. La deuxième est une religion basée sur l’enseignement du Bouddha et l’espoir d’atteindre l’Eveil en rompant le cycle des réincarnations.

Pendant longtemps les deux religions ont évolué ensemble et se sont mélangées. La plupart conservent encore leur ancien mélange de symboles qui peut porter à confusion. Il n’y a plus guère que les grands sanctuaires shintô d’Ise, Yasukuni-jinja et Meiji-jingu pour être shintô à part entière.

La cohabitation prit fin lorsque le shintô devint au Japon religion d’État à l’époque Meiji (1868-1912). Les sanctuaires shintô furent "purifiés" et le bouddhisme persécuté, accusé d’être une religion étrangère. On peut voir aujourd’hui des temples bouddhistes clairement différenciés, bien que des marques de l’ancien syncrétisme subsistent.

Lire : Le shintoïsme

Dans la langue japonaise, le temple bouddhiste est désigné par le mot dera (Kiyomizu-dera) ou recevra le suffixe -ji (Horyu-ji). Le sanctuaire shintô sera lui qualifié de jinja (Ujigami-jinja) voire de taisha (Fushimi Inari Taisha), de jingu (Heian-jingu) ou sera suivi du suffixe -gu (Tosho-gu).

Des architectures totalement différentes

Dès l’entrée, la différence entre temple bouddhiste et sanctuaire shintô saute aux yeux. L’accès au lieu de culte est toujours marqué par un torii (portique sacré) rouge, qui délimite l’espace sacré, ainsi que d'un shimenawa (une corde faite de paille de riz). Le temple bouddhiste s’ouvrira sur un bâtiment couvert, le mon, abritant les statues des divinités protectrices Agyô et Ungyô, ou encore les divinités protectrices des quatre directions.

Le sanctuaire shintô est principalement constitué de deux bâtiments : le haiden, où se déroulent les cérémonies, et le honden, édifice fermé réservé au kami et aux objets le personnifiant. Les deux bâtiments sont parfois reliés entre eux et surmontés de pignons. Vous ne verrez pas de statues dans ces sanctuaires, puisque les divinités shintô ne font pas l'objet de représentations.

À lirePrier à la japonaise

Le temple bouddhiste est composé de plusieurs bâtiments : le kondo, qui contient la statue du culte ; le butsuden, plutôt réservé aux temples zens ; des bâtiments pour l’enseignement ; la copie de la conservation de sutras et la méditation, etc. On y accède par plusieurs portes et on y trouve aussi des pagodes de pierre accompagnées de lanternes. Les statues y sont nombreuses.

La dernière différence entre l’utilisation de ces deux espaces religieux au Japon relève de leur utilisation. Les Japonais utilisent les sanctuaires shintô pour des cérémonies liées aux étapes de la vie (naissances, mariages) ou pour la prospérité (personnelle, d'un commerce).

Lire aussi : Le mariage au Japon 

Les temples bouddhistes accueillent des cérémonies liées aux décès ou à la piété personnelle pour atteindre l’Eveil. Au passage, les églises sont surtout fréquentées pour les mariages à l’occidentale.


Pour aller plus loin :

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs