Le whisky japonais   ジャパニーズ・ウイスキー

Date de publication :
Le whisky Yamazaki single malt de Suntory

Le whisky Yamazaki single malt de Suntory

Distillerie Yoichi, sur l'île de Hokkaido

Distillerie Yoichi, sur l'île de Hokkaido

Ancienne publicité de Suntory pour son whisky

Ancienne publicité de Suntory pour son whisky

Suntory Time !

Le Japon : terre de Whisky. Pour les connaisseurs, c’est une évidence. Pour les autres, une curiosité : "Ah bon, du whisky japonais ?". Et bien oui, le Japon possède une grande culture d’eau de vie d’orge maltée. 

Rappelez-vous Lost in Translation (2003) : Bill Murray venait faire la promotion d'un célèbre whisky japonais. L'aboutissement de près d'un siècle d'histoire.

À la source écossaise

En 1919, un dénommé Masakata Taketsuru part à Glasgow étudier la chimie. C’est dans cette Ecosse, mère du whisky, que le jeune Taketsuru fait quelques stages dans de grandes distilleries et découvre les secrets de fabrication du précieux breuvage.

A la fin du XIXe siècle, le Japon ne connaît le whisky des Américains : le bourbon (fait à partir de plus de 50% de maïs). A cette période, les Japonais tentent timidement - et avec un certain amateurisme - de produire du whisky de qualité. Au retour de Taketsuru, les choses changent radicalement. Le diplômé en chimie travaille dans un premier temps avec Suntory. Il y apporte son savoir-faire pour y fonder Yamazaki, la plus ancienne distillerie japonaise (1923). Il crée en 1934 sa propre distillerie nommée Yoichi, et fonde ainsi la célèbre entreprise Nikka.

Le whiskey japonais : un acteur majeur

Aujourd’hui, on compte sept distilleries en activité au Japon. Elles produisent toutes des single malts (whisky issue d’une seule distillerie) de renom : Yamazaki (groupe Suntory), Yoichi (Nikka), Chichibu (Ichiro’s Malt), Hakushû (Suntory), Miyagikyô (Nikka), Fuji Gotenba (Kirin) et White Oak (Eigashima Shuzô).

Aujourd’hui encore, on observe l’empreinte écossaise sur la production japonaise avec une orge importée de la région et une double distillation, touche typiquement écossaise.

En 2010, le whisky japonais représentait 5% du whisky consommé dans le monde. Nikka a multiplié par 20 ses exportations depuis 2006 et Suntory avoisine les 4 millions de bouteilles exportées en 2016.

Le Japon est bien la troisième puissance du whisky derrière l’Ecosse et les Etats-Unis et devant l’Irlande. Les single malts et blends (mélanges) japonais continuent à rafler les médailles aux concours internationaux. Le Yamazaki Sherry Cask 2013 a été élu meilleur whisky de l’année 2015 !

Si ces quelques lignes vous ont donné soif, découvrez notre activité Dégustation de whisky japonais à Kyoto avec notre Travel Angel !

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs