L'ère Shôwa (1926-1989)   昭和時代

Date de publication :

Entraînement militaire au début de l'ère Shôwa

Les empereurs Hirohito et Akihito accompagnés de leurs épouses

Les empereurs Hirohito et Akihito accompagnés de leurs épouses

Le quartier d'affaires de Tokyo, symbole, symbole du miracle économique d'après-guerre

Une vignette de Dragon Ball Z, probablement le manga le plus populaire de l'Histoire.

Une vignette de Dragon Ball Z, probablement le manga le plus populaire de l'Histoire.

Le festival Iriya Asagao aux alentours des années 1940 (ère Showa).

Le festival Iriya Asagao aux alentours des années 1940 (ère Showa).

Le Japon aux deux visages

L’ère Shôwa (1926 - 1989) est l’ère la plus longue de l’histoire du Japon, qui en comptera le 1er mai prochain 248. Ce long règne de 64 ans de l’empereur Hirohito, qui s’étend sur l’ensemble du XXème siècle, a épousé l’ensemble des grands chamboulements qui ont transformé le monde, de la guerre mondiale au miracle économique.


La montée du militarisme

L’avénement de l’ère Shôwa (qui signifie "paix éclairée") change le paysage politique du Japon dans les années 30. 

D’abord du fait de la personnalité de l’empereur. En effet Hirohito, contrairement à son père qui était très diminué physiquement, prend une part plus active dans l’exercice du pouvoir politique

De plus, le fragile pouvoir parlementaire, qui se partageait entre libéraux modérés et libéraux conservateurs, perd très vite le contrôle de l’armée, qui devient autonome dès le début des années 30 avec l’invasion de la Mandchourie, et prend le pouvoir politique à partie de la nomination de Fuminaro Konoe en tant que Premier ministre en 1937

L’époque est marquée par l’influence du fascisme, du totalitarisme et du nationalisme, avec une promotion de l’idéal guerrier japonais traditionnel que le succès du Hagakure illustre alors.

L'empereur Hirohito

Dôme de Genbaku à Hiroshima

Dôme de Genbaku à Hiroshima.

La deuxième guerre mondiale

C’est sans surprise que le Japon s’allie aux principales puissances fascistes des année 30, l’Allemagne et l’Italie, avec qui il constituera les forces de l’Axe. 

Cette alliance fut autant motivée par la consanguinité idéologique entre les trois pays que par la volonté des Japonais de s’arroger les colonies françaises et britanniques en Asie orientale (ennemis de l’Italie et de l’Allemagne) et, évidemment, par un anti-communisme commun. 

Pour autant, le principal adversaire des forces japonaises fut les USA contre qui l’armée impériale mena une attaque surprise à Pearl Harbour le 7 décembre 1941. 

Après 6 mois de succès militaire, le Japon passera le reste de la guerre à reculer face au mastodonte américain jusqu’aux deux bombardements nucléaire des 6 et 9 août 1945 qui signeront la fin des hostilités.

Le miracle économique d’après-guerre

En 1945 le Japon est un pays totalement détruit par les bombardements américains, sous occupation, avec des dirigeants mis en procès et un empereur qui échappa lui-même de peu aux poursuites. 

Devenu une monarchie parlementaire, le pays se relève pourtant petit à petit, avec l’aide des Etats-Unis qui, comme en Europe, favorisent la reconstruction rapide des anciens belligérants pour éviter que le communisme n’y triomphe. 

Le Japon connaît alors une croissance économique extraordinaire avec un PIB multiplié par 10 entre 1965 et 1980 (passant de 91 milliards à 1 065 milliards de dollars). Dans les années 80 le Japon était un leader mondial dans des domaines aussi divers que l’électronique, la banque ou l’automobile. 

La fin de l’ère Shôwa coïncide avec le brusque arrêt de l’économie japonaise lors de l’éclatement de la bulle spéculative à la fin des années 80.

Vue de la tour de Tokyo

Tout comme la Tour Eiffel représente Paris, l'Empire State New-York, la Tour de Tokyo est l'un des symboles de la capitale nippone.

Akira Kurosawa

Akira Kurosawa

Une puissance culturelle

C’est aussi l’époque où la production culturelle commence à passer au-delà des frontières de l’archipel. 

Le cinéma perce au niveau international dès les années 50 avec le grand succès des film d��Akira Kurosawa (Rashômon, Les Sept Samouraïs…) ou, dans un autre style, Godzilla

Les décennies suivantes seront tout aussi marquante avec des grands films tels que l’Empire des Sens, ou l’arrivée d’un Takeshi Kitano sur le devant de la scène. 

Au niveau littérature, de grands auteurs comme Yukio Mishima ou Yasunari Kawabata conquièrent un public international, le second obtenant même un prix Nobel. 

Enfin, à partir des années 80, la culture populaire des mangas commence son irrésistible ascension à travers le monde avec l’exportation d’oeuvres comme Goldorak, Astro Boy ou Dragon Ball.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs