La famille Fujiwara   藤原

Date de publication :

Portrait de Fujiwara no Momotsune

L'empereur retiré Shirakawa

Statue de Fujiwara no Kamatari

Un clan de régents

Dans l'histoire japonaise, les grands dirigeants japonais sont surtout connus parmi les empereurs ou les shogun (chefs militaires). Pour autant, il a existé une autre forme de pouvoir suprême dans le Japon de l'Antiquité, celle des régents. Et la famille à l’œuvre fut celle des Fujiwara.

Le grand ancêtre : Nakatomi no Kamatari

La famille Fujiwara prit son envol lors de la période Asuka (~milieu du Vè siècle-710) durant laquelle, l'ancêtre fondateur Nakatomi no Kamatari - qui obtiendra plus tard le nom de "Fujiwara" - mit au point, conjointement avec le prince héritier Naka no Ôe et l'Empereur Kôtoku la réforme de Taika. Cette réforme, qui fit suite à la victoire face au clan Soga, institutionnalisa la centralisation du pays sur le modèle de la Chine des Tang voisine. A la suite de son rôle, Kamatari se vit décerner le "kabane" (nom des titres et des rangs à la cour) de Fujiwara, et installa définitivement sa famille dans l'orbite immédiate du pouvoir.

Timbre représentant Fujiwara no Kamatari

Peinture de Fujiwara Michinaga, par Kikuchi Yôsai

Un stratégie matrimoniale du pouvoir

Après Nakatomi, la famille Fujiwara multiplia les mariages entre les femmes du clan et les membres de la dynastie impériale, permettant ainsi un rapprochement par le sang et l'affermissement de leur statut. Durant l'époque Heian (794-1185) ils prirent appui sur ces liens familiaux pour prendre le poste de régent, "sesshô", et signe de leur puissance, instituèrent le poste de régent pour les empereurs adultes : le "kanpaku". Créé pour la première fois en 884 pour Fujiwara no Mototsune, il symbolisa la sujétion de plus en plus grandes des empereurs aux Fujiwara. A la longue, les deux titres fusionnèrent pour donner le nom de "sekkan", contraction des deux titres. Au faîte de leur puissance, un régent pouvait continuer à exercer le commandement malgré le changement d'empereur, représentant en quelque sorte la véritable continuité du pouvoir.


Lire aussi : Les titres des dirigeants dans l'histoire du Japon

Un lent déclin

Les Fujiwara furent omnipotents au Xè et XIè siècle, avec notamment la figure centrale de Fujiwara no Michinaga, qui fut le grand-père de trois empereurs. Le premier accroc dans cette domination sans partage vint avec l'empereur Gô-Sanjô (1034-1073), premier empereur en 170 ans à ne pas avoir de mère Fujiwara, et qui durant son règne de 5 ans régénéra en partie la maison impériale. Son fils Shirakawa (1053-1129) prolongea cette volonté d'indépendance, et, à travers l'institution de l'empereur retiré, reprit le pouvoir aux régents Fujiwara. Ces derniers perdirent définitivement la main après la guerre de Gempei (1180-1185) et la création du bakufu (gouvernement militaire) de Kamakura.

Portrait de Minomoto no Yorimoto

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs