Visiter Kyoto dans les pas du prince Genji   平安京

Date de publication :

dans les alentours de Kyoto, Takao offre non seulement d'antiques souvenirs de la période Heian mais aussi de magnifiques paysages d'automne.

Murasaki Shikibu représentée à Uji, elle est l'immortelle témoin de la splendeur d'Heian-kyo.

Ujigami jinja est considéré comme le plus ancien autel shinto et l'une des rares structures survivantes de l'époque Heian

A la recherche d'Heian-kyo

Kyoto est un concentré d’histoire japonaise où se mêlent toutes les époques, souvent au sein même d'un seul monument. La ville est véritable un patchwork et quelques éclairages sont nécessaires.

La ville a été fondée au VIIIe siècle sous le nom d’Heian-kyo, pour devenir une nouvelle capitale. La cité de l’harmonie, symbole de l’âge d’or illustré par le célèbre Dit de Genji, garde-t-elle des sites visitables de son passé le plus ancien ? Étonnement, il en reste.

Lorsqu’on visite Kyoto on nous rappelle que la cité a été bâtie sur plan chinois en damier et ses rues droites semblent en témoigner, mais celles-ci sont plus récentes. A l’origine la cité est bâtie autour d’un axe entre la porte principale de la ville, le Rashomon, et le palais impérial. La porte Rashomon a disparu mais la gare de Kyoto a été bâtie à son emplacement. Le palais d’origine a disparu ainsi que le plan d’origine. Des quartiers célèbres comme Higashiyama et Gion ne faisaient même pas partie de la cité.
La ville respectait les principes du fengshui en étant entourée sur trois côtés par des montagnes, ouverte sur le Sud où un cours d’eau s’écoulait et remontait vers l’Est, la rivière Kamo.

Que reste-t-il du palais impérial ? Rien, mais une reproduction, l’Heian jingu fut bâti au XIXe siècle à une échelle plus petite. En prenant le temps de demander une autorisation à l’avance on peut cependant visiter le Kyoto Gosho, le palais des empereurs retirés qui remplaça le vieux palais au XIIe siècle et resta la résidence des Tenno jusqu’en 1868.

Ce sont surtout les temples qui conservent le souvenir de l’époque Heian. La plupart font remonter leur fondation à cette époque mais seuls quelques-uns ont gardé des bâtiments et des œuvres de cette époque. Parmi ces exceptions vous pourrez visiter autour de Kyoto le temple Daikakuji près d’Arashiyama qui était l’ancienne résidence de l’empereur Saga et qui conserve des écrits de ce souverain vieux de douze siècles.

Il faudra cependant s’éloigner du centre pour retrouver des traces. Le visiteur aura le choix d’aller faire une excursion à Takao, à une heure du centre en bus. Un havre de verdure célèbre pour ses couleurs au printemps et en automne, les temples de Jingoji et Kozanji conservent encore des bâtiments originaux, des sculptures et même le plus ancien manga du monde, un rouleau se moquant de la vie de la cour impériale.

Dans une autre direction, vers le Sud, il faudra se rendre à Uji où l’autel Ujigami est considéré comme le plus ancien bâtiment de bois du Japon, intact depuis l’époque Heian. Mais c’est surtout le musée du Dit de Genji qui permettra de se plonger dans la culture de l’époque Heian, son mode de vie et les péripéties romantiques du prince de lumière, le fameux Genji imaginé par Murasaki Shikibu. Enfin en visitant le temple de Byodoin vous retrouverez l’un des seuls exemples de jardin de la Terre Pure qui à l’époque Heian étaient censés représenter le paradis bouddhiste. C’est autour du temple qu’en 1081 eu lieu la première bataille d’Uji qui déclencha la guerre de Genpei, une époque s’achevait alors.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs