5 personnages historiques japonais   日本史の人物

Date de publication :
Le temple Hôryûji

La pagode à 5 étages du temple Hôryûji.

Le prince Shotoku sur un billet de 10.000Yens

Le prince Shotoku apparaissait sur les anciens billets de 10 000 yen

Le moine Kobo Daishi

Le moine Kobo Daishi (ou moine Kukai).

Oda Nobunaga

Oda Nobunaga, le Napoléon japonais.

Photographie de Sakamoto Ryoma

Le révolutionnaire Sakamoto Ryoma

Tokugawa Ieyasu

Tokugawa Ieyasu, l'unificateur du Japon.

Les grands hommes du Japon

Pas facile de visiter le Japon quand on n’a aucune idée de l’histoire du pays. Tout semble se ressembler et se mélanger. Voici une petite liste des principaux personnages historiques que tout Japonais connaît et des sites qui leurs sont liés.

Shôtoku Taishi, l’aube du Japon (574-622)

Shôtoku Taishi est l’homme des légendes. Prince n’étant jamais monté sur le trône, grand protecteur du Bouddhisme et rédacteur de la première constitution du Japon. Il fait figure de père de la patrie.

C’est lui qui a fait sortir le Japon de la préhistoire pour en faire une nation suivant le modèle de la Chine. Il est à l’origine de l’architecture et de la sculpture bouddhiste japonaise puisqu’il a commandé la construction des premiers temples bouddhistes. Au passage, il est l’inventeur du mot Nihon, utilisé pour désigner le Japon en japonais.

Sur les traces de Shôtoku Taishi : allez à Nara visiter le temple de Horyu-ji qu’on lui doit et plus particulièrement le bâtiment octogonal du Yumedono, le hall du rêve, où on vénère sa statue.

Lire : Histoire du Japon : chronologie simplifiée

Kobô Daishi, le saint (774-835)

Kobô Daishi, ou plutôt moine Kûkai, est le plus révéré des bouddhistes japonais. Il est le fondateur de l’école bouddhiste Tendai et devint de son vivant le plus important chef spirituel du Japon.

Sa vie est entourée de légendes et de miracles que tous les Japonais connaissent. A noter que ses fidèles ne croient pas à sa mort. Il serait entré un jour en méditation profonde, son corps est depuis veillé et entretenu par les moines en attente de son réveil.

Sur les traces de Kobô Daishi : c'est principalement dans son île natale de Shikoku sur chemin de pèlerinage des 88 temples, ou au mont Koya (où il repose) que vous trouverez son empreinte.

Oda Nobunaga, le Napoléon japonais (1534-1582)

Présenté tour à tour comme un sauveur du Japon ou comme un tyran démoniaque, Oda Nobunaga ne laisse aucun Japonais indifférent. C’est lui qui entama le mouvement qui allait permettre la réunification du Japon et la fin des guerres civiles.

Il est connu pour son caractère impitoyable et sa fin pathétique. En 1582, il est pris au piège par un de ses vassaux et contraint au suicide alors qu’il était sur le point d’unifier le Japon.

Sur les traces d'Oda Nobunaga : vous pourrez le rencontrer directement au temple Honnô-ji de Kyoto, le temple où il finit ses jours et où il repose désormais.

Tokugawa Ieyasu, Machiavel au pays du soleil levant (1543-1616)

Tokugawa Ieyasu est le premier shôgun de l'époque Edo et le vainqueur définitif des guerres civiles du Sengoku. Il est révéré au Japon comme l’unificateur du pays, le fondateur de Tokyo (Edo) et le père de la période Edo. Il a imprimé sa marque, qui se voit encore à travers les Japonais d’aujourd’hui, en imposant ses idées et sa vision du monde à l’Etat qu’il avait formé.

Sur les traces de Tokugawa Ieyasu : vous pouvez vous rendre sur sa tombe, à Nikkô, ou au château d’Edo, en plein cœur de Tokyo. Visitez également sa ville natale de Shizuoka, qui conserve de nombreux objets lui ayant appartenu.

Sakamoto Ryôma, le révolutionnaire idéaliste (1836-1867)

Il n’est pas un personnage de première importance, mais il est devenu aux yeux des Japonais le symbole de la fin du shogunat, ainsi que d’un Japon qui rêvait de s’ouvrir au monde et de se moderniser. Sakamoto Ryôma fut un entrepreneur, un samouraï, un révolutionnaire et un idéaliste, qui rendit possible la restauration impériale de Meiji, mais qui fut assassiné avant qu'elle soit complète.

Cette icône se retrouve à toutes les sauces : dramas (séries télé), mangas, T-shirts ou posters, tous les visiteurs voient son visage sans le connaître.

Sur les traces de Sakamoto Ryôma : rendez-vous à l’auberge Teradaya à Kyôto, où il fut assassiné, ou encore à Sanenzaka, la rue où il se cachait des gardes du shogun. Vous pouvez enfin lui rendre visite sur sa tombe, auu temple Gokoku-jinja, où il repose auprès d’autres révolutionnaires.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs