La réunification du Japon   天下統一

Date de publication :

Bataille de Azukizaka mettant aux prises Ieyasu Tokugawa face aux Ikko-Ikki

Reproduction du château de Nobunaga au Azuchi-Momoyama bunka mura

Hideyoshi Toyotomi

Hideyoshi Toyotomi

Tokugawa Ieyasu

Portrait de Tokugawa Ieyasu.

Image de la Bataille de Sekigahara

La pacification du pays

Le Japon connut durant son histoire plusieurs gouvernements militaires, appelés "shogunat". Bien que l'idée de pouvoir militaire évoque l'idée de force et de stabilité, ces derniers ne purent empêcher les ères de trouble, notamment l'époque dite des provinces en guerre, ou Sengoku. C'est cette longue "guerre civile" d'un siècle qui vit l'émergence de personnages fameux tels qu'Oda Nobunaga ou Ieyasu Tokugawa dont toute l'énergie fut concentrée dans la volonté de réunifier le pays.

À l'origine, un shogunat faible

La période précédent l'époque Sengoku et les efforts de réunification fut celle du shogunat Ashikaga (1336-1573). Contrairement aux autres shogunats, le centre du pouvoir militaire fut installé à Kyoto, là où siégeait dans le même temps l'autorité impériale.

L'existence de la Cour créait ainsi un rival politique très proche, dont les intrigues étaient autant d'accrocs dans l'autorité des Ashikaga. Par ailleurs les daimyo, seigneurs provinciaux, avaient eux aussi une plus grande autonomie que durant les autres époques.

Portrait d'Ashikaga Takauji, premier shogun Ashikaga

C'est ce manque de subordination qui mènera à la guerre d'Ônin entre deux clans de daimyo Yamana et Hosokawa, qui débutera en 1467 et qui sonnera la fin des Ashikaga.

Lire aussi : Visiter Kyoto dans les pas des shoguns Ashikaga

Oda Nobunaga

Oda Nobunaga, le Napoléon japonais.

L'ère des grands hommes

L'époque Sengoku (1477 - 1573) mettra le pays à feu et à sang et l'émiettera entre les différents seigneurs, les ligues religieuses et les conseils de marchands, comme dans le cas d'Osaka. 

C'est dans ce chaos que vont émerger les grandes figures du Japon médiéval dont tous les Japonais apprennent les actions à l'école : Oda Nobunaga (1534 - 1582), Toyotomi Hideyoshi (1537 - 1598), Ieyasu Tokugawa (1543 - 1616).

Lire aussi : L'époque des royaumes combattants

Le morcellement du pouvoir politique était tel qu'il fallut plusieurs périodes - chacune d'entre elles marquées par le génie particulier d'un de ces trois hommes d'état - pour achever la réunification du pays. Oda Nobunaga amorça le mouvement par son audace et ses actions violentes, Toyotomi Hideyoshi le consolida et par son ambition le projeta hors de ses frontières, et Iyeasu Tokugawa institutionnalisa la réunification grâce à patience.

De la réunification à la fermeture

Cette longue bataille de la réunification, qui dura jusqu'à la création du bakufu d'Edo en 1603, entraîna une plus grande méfiance envers les éléments jugés potentiellement déstabilisants. L'arrivée des chrétiens, notamment des missionnaires et leur irruption dans le commerce furent vus comme des potentielles menaces au tout nouveau Japon des Tokugawa. 

La répression de la révolte des chrétiens de Shimabara (1637-1638) permit au shogunat d'anéantir les factions rebelles de l'ouest du pays, et sonna comme un exemple qui mis fin à toute velléité de révolte. Cette stabilisation fut achevée par la fermeture du pays, "Sakoku", mise en oeuvre officiellement en 1641.

Siège du château de Hara, pendant la rébellion de Shimabara

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs