Tetsuko no Tabi   鉄子の旅

Date de publication :
Un train Tôbu 500 'Revaty' à Minami-Kuruhashi

Un train Tôbu 500 'Revaty' à Minami-Kuruhashi

La culture du train

Le manga Tetsuko no tabi, sorti en 6 tomes au Japon, a été créé par la mangaka Kikuchi Naoe. 13 épisodes ont été produits en série d’animation. Si vous êtes fan de culture ferroviaire japonaise, c'est le manga qu'il vous faut !

Image extraite de la version animé de Tetsuko no tabi.

Image extraite de la version animé de Tetsuko no tabi.

La mangaka - à gauche - et le fan de train Yokomi Hirohiko - à droite -.

La mangaka - à gauche - et le fan de train Yokomi Hirohiko - à droite -.

Apprendre à aimer le train

Tetsuko no Tabi raconte l’histoire de cette mangaka, Kikuchi, à qui sa maison d'édition a proposé de voyager avec Yokomi Hirohiko, un très grand fan de train. Ce dernier a fait, seul,  un voyage à travers tout le Japon dans le but de visiter toutes les gares. Il visite 9 843 gares des réseaux JR et privés en 2005. Puis fête sa 10 000 ème gare visitée en 2009. C’est donc pour partager son incroyable expérience, qu’un éditeur décide de créer ce manga.

La dessinatrice, Kikuchi, elle, ne s’intéresse pas forcément au monde ferroviaire, mais elle accepte, sans trop savoir ce qu’elle devra affronter, et à condition qu’on lui achète un ekiben, un plateau-repas que l'on achète spécialement dans les gares japonaises, en guise de déjeuner à chaque fois qu’elle accompagnera Yokomi dans l’un de ses voyages.

Alors qu’elle ne semble pas du tout convaincue au début, presque effrayée par la folie ferroviaire hors norme de cet homme, elle va se prendre au jeu au fil des voyages, pour finalement prendre du plaisir à découvrir des gares insolites, les belles lignes de train rurales, et déguster de succulents ekiben.

À la découverte des préfectures du Kantô

Dans le deuxième épisode de la série, Yokomi va entraîner Kikuchi dans un grand tour des 7 préfectures du Kantô (Tokyo, Kanagawa, Saitama, Gunma, Tochigi, Ibaraki et Chiba) avec un seul ticket de 130 yen (1€) en poche. Ce voyage est possible à condition de ruser et de ne pas perdre une minute lors des transferts. Le périple va durer toute la journée, de 7 heures du matin jusqu’à tard le soir. Cet épisode d'animation n'est disponible qu'en version originale sous-titré en anglais.

D’autres épisodes montrent les héros en train de voyager de Tokyo jusqu’à Kyûshû, en ne prenant que des omnibus, c’est à dire des trains régionaux, lents et qui s’arrêtent à chaque gare ; ou encore ne faire le tour des seules gares construites tout en bois, très belles par ailleurs. 

Le train comme art de vivre

Le train au Japon est une véritable institution, comme on ne peut l’imaginer en France, où c’est seulement un moyen de se déplacer. Au Japon, le train a façonné les modes de vie, et bien souvent toute la vie tourne autour d’une gare. Environ 200 compagnies différentes existent sur l’archipel, et chaque année voit son lot de nouveaux trains, aussi beaux et performants les uns que les autres. Les nouveaux Cruise Trains sont à la pointe de ce qui se fait de mieux dans le secteur, ajoutant une ligne en or à l’histoire du rail nippon, depuis l’époque des trains à vapeur (SL), des trains de nuit (Blue Train) et les trains Joyful.

Lire : Le musée ferroviaire d'Ômiya

La culture du train est très populaire au Japon, il y a de nombreux musées ferroviaires, et même des lycées ferroviaires "Train-Études". Dans les lycées et à l’université, des clubs ferroviaires sont souvent créés par des passionnés qui peuvent partager leur culture. Une sortie en famille pour visiter un musée, un événement comme un dépôt ouvert au public est fréquent. De sorte que les japonais sont souvent très attirés par les trains depuis leur plus jeune âge.

Épisode 1 de la série d'animation "Tetsuko no tabi"

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs