Le Kansai-ben   関西弁

Date de publication :
Wikipedia

La carte du Kansai et de ses préfectures

Wikipedia

Le chateau d'Osaka, monument symbole de la ville

Wikipedia

Une affiche en kansai-ben incitant à faire attention aux voleurs

Wikipedia

Un slogan en Kansai-ben signifiant "Il faut manger des sardines !"

Le dialecte de la coolitude

"Akan !", "Ôkini"… Oui, il s’agit bien de japonais, dans le dialecte de la région du Kansai ! Le premier est l’équivalent de "dame" (c’est interdit), le second celui de "arigatô" (merci). Dialecte le plus populaire du Japon et ayant le plus d’influence en dehors de sa région d’origine, le Kansai-ben véhicule toute une imagerie sur l’archipel.

Le Kansai-ben, kézako ?

Le Kansai-ben est le nom générique pour les dialectes parlés dans la région du Kansai, qui est aussi souvent utilisé comme un synonyme du dialecte de la région d’Osaka, dialecte le plus répandu au Japon. Pendant près de 1 000 ans, le parler de cette région qui abritait la cour impérial était considéré comme le japonais standard, et ce jusqu’au transfert du pouvoir dans la région d’Edo (Tokyo) par les Tokugawa au XVIIe siècle puis plus tard avec la restauration de Meiji (1868).

Lire L'ère Meiji

Depuis, c’est la langue de Tokyo qui est considérée comme le japonais commun, ou Hyôjungo, même si le Kansai-ben fait de la résistance avec près de 20 millions de locuteurs.

Lire aussi Musée d'histoire d'Osaka

Le quartier de Dôtonbori, l'âme de l'Osaka nocturne

Le quartier de Dôtonbori, l'âme de l'Osaka nocturne

Wikipedia

Un panneau en kansai-ben contre les chikan

Un dialecte haut en couleur

Le Kansai-ben est considéré au Japon comme un dialecte cool, chantant, légèrement familier, à l’image de ses habitants qui sont vus comme plus amicaux et moins formels que les Tokyoïtes. Une analogie peut être faite avec l’accent provençal en France, l’habitant d’Osaka ayant un peu l’image qu’a le Marseillais au sein de l’hexagone. 

VoirLes différences régionales au Japon

Dans le détail, le Kansai-ben comporte un certain nombre d’expressions qui lui sont propres comme "maido" (le "merci" dans un cadre commercial) ou "honmani ?" (vraiment ?). Un certain nombre de mots sont aussi contractés, "chiga" (signifiant "c’est différent") devenant "chau", "omoshiroi" (amusant) est lui prononcé "omoroi". La forme la plus caractéristique de ce dialecte reste la négation, marquée en japonais standard par la terminaison "nai", qui devient "hen" en Kansai-ben. Ainsi "wakaranai" (je ne comprends pas) se dit "wakarahen".

Le succès médiatique du Kansai-ben

Le côté relâché, détendu du Kansai-ben est accentué par la très forte exposition médiatique des comiques d’Osaka, très présents sur les ondes japonaises. Le manzai, qui consiste en un duo de comiques comprenant un "tsukkomi" (personnage sérieux) et un "boke" (personnage loufoque), est né dans la région d’Osaka, et beaucoup de ses comiques parlent le Kansai-ben. Le duo le plus connu du Japon Downtown, composé de Hitoshi Matsumoto et Masatoshi Hamada, utilise largement ce dialecte et a été pour beaucoup dans l’identification du Kansai-ben aux personnages amusants. Ils ont utilisé ce dialecte jusque dans le titre de leurs show télévisés, tels que "Gaki no tsukai ya Arahende" ("Je ne suis pas un garçon errant !"). Vous aussi, vous pouvez vous y essayer. Rien de mieux qu’un peu de Kansai-ben pour dérider les Japonais que vous pourriez rencontrer !

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs