15 façons de dire “tu” et “vous” en Japonais

Date de publication :
Attention à la politesse !

Il existe de nombreuses manières de s'adresser à un interlocuteur direct en Japonais. Attention à ne pas faire d'impair !

Interlocuteur inconnu

Bien qu'on utilise en général le nom de l'interlocuteur suivi du suffixe ''san'', on utilisera le pronom ''anata'' lorsque le nom de l'interlocuteur reste inconnu.

Règles de politesse au travail

Dans le cadre du travail, on s'adressera généralement à son interlocuteur en se référant à sa position hiérarchique.

Engager la conversation sans impair

S'adresser correctement à son interlocuteur en respectant les règles de langage est primordial dans une conversation. Si en Français, les pronoms "tu" et "vous" sont alors très pratiques pour marquer les différents degrés de politesse, en Japonais, les choses se compliquent légèrement puisqu'il n'existe pas une forme strictement définie pour s'adresser à autrui. Il en existe des dizaines !

En japonais, les formules pour s'adresser à quelqu'un varient selon le statut de l'interlocuteur, la relation qu'on entretient avec lui, ou encore la région dans laquelle on se trouve. Engager la conversation sans commettre d'impair peut ainsi rapidement devenir un véritable casse-tête. Afin d'éviter tout malentendu, Vivre Le Japon vous présente 15 manières de s'adresser directement à une personne en Japonais.

Les pronoms répandus

Comme tout pronom, ces expressions sont utilisées pour remplacer le nom de l'interlocuteur. Mais attention ! Contrairement à nos chers pronoms "tu" et "vous", chaque expression ne s'utilise que dans un contexte bien particulier. C'est pourquoi il faudra rester prudent sur leur emploi afin de ne froisser personne.

1. Le très populaire "anata" (あなた)

C'est le pronom le plus utilisé en Japonais ! À l'origine, il est employé dans le langage courant pour s'adresser à une personne de même rang ou de statut supérieur, tels qu'un manager, un inconnu dans la rue, ou encore une personne qu'on ne connaît pas personnellement ; comme l'épouse d'un ami par exemple.

Dans les faits pourtant, on l'utilise surtout pour s'adresser à un interlocuteur dont on ne connaît pas le nom. Car, bien qu'il semble très pratique, "anata" reste une expression controversée. Signifiant également "Chéri", elle est alors souvent utilisée par les femmes au sein du couple.

Bien évidemment, tout est une affaire de contexte, et la distinction entre les deux sens peut se faire très distinctement. Mais de manière générale, ce pronom reste à éviter. Surtout si vous êtes une femme ! Cela pourrait être assez gênant lors d'un dîner d'affaire de voir votre patron et votre moitié se retourner au même moment lorsque vous prononcez le mot magique.

2. Le romantique "kimi(君)

Utilisée à l'origine dans le langage courant pour parler à une personne de statut inférieur, quel que soit son genre, cette expression est désormais principalement employée des hommes qui s'adressent à une femme qu'ils connaissent personnellement. On l'emploie alors aussi bien pour parler à une amie proche, qu'à une petite-amie ou une épouse.

3. Le trop amical "omae" (おまえ)

S'il pourrait être utilisé dans le langage courant par un homme pour s'adresser à un autre homme de statut inférieur, dans les faits, ce pronom n'est employé que dans le langage familier par les jeunes hommes pour désigner leurs amis proches. À l'image d'un "poto" ou d'un "fréro", très appréciés des lycéens français…

4. Le controversé "anta" (あんた)

Cette expression est utilisée dans le langage familier pour s'adresser à une personne de statut inférieur au sien. Attention cependant, puisque sa signification varie selon les régions !

Dans le Kanto (partie Est de l'île de Honshu qui regroupe des villes comme Tokyo ou Yokohama), "anta" permet d’interpeller de manière grossière et peu respectueuse un subordonné hiérarchique, tandis que dans le Kansai (Ouest d'Honshu comme Osaka, Kyoto, Nara…), on l'emploie pour parler de manière amicale à une personne de même rang ou de rang inférieur à soi. À utiliser avec prudence, donc !

5. Le régional "jibun" (じぶん)

Cette expression est utilisée dans la région du Kansai pour parler aussi bien de soi que de son interlocuteur direct dans le langage courant.


Lire : Les particules grammaticales en japonais


Les appellations hiérarchiques

Ces expressions sont très utilisées au quotidien, et notamment dans le monde professionnel, puisqu'elles font directement référence à la position hiérarchique de la personne. Bien qu'on les retrouve dans le cadre du travail, où elles varient selon le corps de métier et les grades au sein de l'entreprise, on peut également les retrouver dans le domaine des prestations de service ou à l'école. Impossible de faire d'impair ici, puisque ces expressions appartiennent aussi bien au langage courant qu'au langage soutenu. En voici quelques exemples :


  • Au sein d'une entreprise

6. Okyakusama (お客さま)

Issue du nom "okyaku" désignant le client, auquel on a ajouté le suffixe "sama" pour marquer un degré supérieur de politesse, cette expression est utilisée par les commerçants pour s'adresser à leurs clients.

7. Tenchô (店長)

Cette appellation se compose des kanjis du magasin "mise" () et de l'adjectif "nagai" (長い) signifiant "long". Elle désigne ainsi le patron d'un magasin, et s'utilise autant des employés que des clients.

8. Kachô (課長)

Basée sur le kanji de la section "ka" (), cette expression désigne un manager. Elle est donc utilisée par les subordonnés de ce dernier au sein d'une entreprise.

9. Buchô (部長)

Issue du kanji de la partie "bu" (), cette appellation est utilisée au sein d'une entreprise par les subordonnés d'un chef de service pour s'adresser à lui.

10. Shachô (社長)

On utilise cette expression pour parler au président de la compagnie. Elle est vient d'un des kanjis de l'entreprise "kaisha" (会社).

À noter cependant que ces appellations ne sont valables qu'au sein de votre propre entreprise. Pour s'adresser à un membre d'une autre compagnie, on reprendra alors l'appellation appropriée en ajoutant le suffixe "san" (さん). On s'adressera ainsi par exemple, au manager d'une autre entreprise en employant "kachô-san" (課長さん).


Lire aussi : 10 façons de dire "je" en japonais


  • À l'école

11. Sensei (先生)

Cette expression est utilisée par les élèves pour désigner leur professeur, que ce dernier soit un homme ou une femme.

12. Senpai (先輩)

Cette appellation est employée par un élève pour s'adresser à un élève d'une classe supérieure à la sienne. Là encore, l’expression est indépendante du genre.


Les suffixes


Comme tout un tas de paramètres sont à prendre en compte afin d'utiliser correctement les pronoms et les appellations précédentes, les Japonais préfèrent habituellement s'adresser à leur interlocuteur en employant des suffixes derrière le nom de ce dernier.

Bien qu'on préférera toujours appeler un supérieur par son grade dans le cadre professionnel, ces suffixes s'utilisent alors dans toutes les situations de la vie quotidienne.


13. Nom + san (さん)

"San" est le plus utilisé de tous les suffixes puisqu'il permet aussi bien de s'adresser à un inconnu qu'à une personne de même rang ou de rang inférieur à soi, quel que soit son genre. Par exemple, si le nom de famille de votre interlocuteur est Suzuki, il vous suffira de s'adresser à lui par "Suzuki-san".

14. Nom + kun (くん)

Ce suffixe est généralement utilisé pour parler à un petit garçon, bien qu'il soit également utilisé par certains professeurs pour s'adresser à leurs élèves, qu'ils soient au collège ou au lycée.

15. Nom + chan (ちゃん)

Ce suffixe est ajouté au nom d'une petite fille pour s'adresser à elle.

Voir : Les suffixes en japonais

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs