Hikyô eki, les gares fantômes   秘境駅

Date de publication :

La gare fantôme de Koboro à Hokkaidô, située entre deux tunnels... et rien d'autre !

La gare fantôme d'omari, sur la Ôigawa Railway.

La gare (presque) fantôme de Kowada sur la ligne JR Iida.

L'intérieur 'hors du temps' de la gare de Kowada.

Dans le train Isaburo-Shinpei sur la ligne JR Hisatsu

En arrivant en gare de Tsubojiri pour le "switch-back".

Gare à ne pas vous perdre !

Depuis quelques années certaines gares japonaises disparaissent, non qu’elles s’évanouissent dans la nature, mais bien parce qu’elles sont des moins en moins fréquentées : ce sont des hikyô eki. Aller à la découverte d’une hikyô eki, c’est se retrouver au milieu de nulle part, en pleine nature, et s’éloigner du chaos de la ville. Il faut partir seul, à l’aventure comme les japonais le font. Et le temps s’arrête...

Gare fantôme à proximité de Yuza, dans la préfecture de Yamagata.

Gare fantôme à proximité de Yuza, dans la préfecture de Yamagata.

La disparition des gares


Qu’est-ce qu’une hikyô eki ?

Il y a une définition à ce concept de gare fantôme :

  • C’est une gare où l’on ne peut aller qu’en train. Il n’y a pas de route pour y accéder en voiture et pas de chef de gare.
  • Il y règne une ambiance hors du temps.
  • Peu ou plus de trains ne s’y arrêtent.
  • Il y a très peu d’habitants - voire aucun - près de cette gare.
  • L'ancienne station a un lien chargé d’histoire, qui compte parmi le patrimoine ferroviaire et ayant une particularité.

On peut aussi rajouter qu’une hikyô eki a une très faible fréquentation "naturelle" (sans compter les touristes et autres passionnés qui viennent la découvrir), comprise entre 0 et 10 usagers quotidiens.

Les hikyô eki les plus intéressantes 

  • Koboro eki

Sur la ligne JR Muroran à Hokkaidô, entre Sapporo et Oshamanbe, la gare Koboro, la n°1 du genre, se situe entre deux tunnels sur une portion à l’air libre de 80 mètres. Il n’y a même pas de chemin pour y accéder. Quelques trains s’y arrêtent chaque jour, à raison de 4 trains nobori (montant vers Muroran et Sapporo) et de seulement 2 kudari (descendant vers Oshamanbe et Hakodate).

Cette gare fut créée parce qu’ici se croisaient des trains entre les deux tunnels, mais bien entendu il n’y a aucun usager. Il était prévu de la supprimer en mars 2016. Suite à cette information beaucoup de personnes sont allées la visiter et prendre des photos souvenir. La commune locale et les passionnés ont finalement demandé à la compagnie JR de ne pas la supprimer. Un sursis lui a donc été accordée jusqu’en mars 2017, puis mars 2018, renégocié chaque année. Si vous souhaitez la découvrir faites vite ! De plus, votre visite lui assurera un avenir.

  • Omori eki

Située sur la ligne Ôigawa Railway à Shizuoka, cette gare a été construite lors de la fondation du barrage et du village aussi édifié pour l’occasion. Aujourd’hui tout a été abandonné, il n’y a même plus de route. La fréquentation était de 0,4 personne/jour en 2014.

C’est un lieu très naturel, en pleine montagne. Vous pouvez donc y croiser des animaux sauvages, comme des singes et des ours. Un vieux débarras est à disposition de ceux qui sont venus visiter Omori eki, pour se protéger en cas de mauvaise rencontre !

  • Okoba eki

Située sur la ligne JR Hisatsu vers Hitoyoshi et Kumamoto sur l’île de Kyûshû, cette gare attire les passionnés de train depuis toujours. Tout d’abord parce qu’ici se trouve un "switch back" ferroviaire, c’est à dire une portion de la ligne où les trains doivent faire une manoeuvre de retournement. La ligne Hisatsu fait ensuite une boucle autour du mont Okoba, montant jusqu’à 500 mètres d’altitude. L’alliance des deux phénomènes constitue une rareté. 

Il y a aussi le fait que cette gare soit très ancienne : construite en 1909, son beau bâtiment tout en bois est très bien préservé. C’était une halte pour que les locomotives à vapeur de l’époque puissent faire le plein. Le village le plus proche est situé à plus d’une heure à pied !

Pour y accéder, le train touristique Isaburo-Shinpei a été mis en service. Il fait une halte de quelques minutes, à Okoba eki. 

  • Kowada eki

Située sur la ligne JR Iida à Hamamatsu, aucune route ne mène à Kowada eki. Le facteur vient en train donner le courrier pour une maison à 15 minutes de la gare. Pareil pour la police qui vient faire sa ronde en train jusqu’ici. Une heure de marche est nécessaire jusqu’au village le plus proche, où de toute façon toutes les maisons ont été abandonnées. Le pont suspendu qui y mène est cassé. Bref, à part pour y tourner un film d’horreur, il n’y a pas grand chose à faire par là !

  • Tsubojiri eki

Située sur la ligne JR Dosan vers Tokushima sur l’île de Shikoku, la fréquentation de cette gare est de 2 personnes par jour. La gare se résume à un simple petit bâtiment en bois. Là aussi, la ligne effectue un "switch back", l’un des deux seuls de l'île de Shikoku. D’un côté la forêt, de l’autre une rivière. Et des trains qui y passent à 100km/h.

30 minutes de marche sont nécessaires jusqu’au village le plus proche, et il vous faudra 20 minutes jusqu’à la route nationale par un chemin difficile avec des serpents venimeux à vos trousses. 

Le mieux est d’y venir avec l’un de ces sympathiques trains touristiques que la JR Shikoku met en place à la saison estivale.

Quelques conseils avant de visiter une gare fantôme

Ne vous aventurez pas sans préparation vers l’une des ces gares fantômes, hikyô eki. Il faut connaître et bien calculer les horaires des trains qui s’y arrêtent. Vous pouvez avoir une "fenêtre" de 45 minutes entre deux trains, tout comme y rester plusieurs heures ou même y rester toute une nuit. Vous n’aurez pas d’assistance, et parfois aucun réseau téléphonique pour appeler à l’aide. 

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs