Les aires d’autoroute au Japon   日本のサービスエリア

Date de publication :

Les aires d'autoroute au Japon

Les aires d'autoroute comportent souvent des restaurants

Entre station service et parc d'attractions

En plus de permettre aux automobilistes de se reposer quelques minutes lors d’un long trajet, les aires de repos leurs offrent, en plus de quoi se sustenter, tout un tas de petits plaisirs kawaï voire même parfois extravagants !

Aire de Takasaka

Une aire qui ressemble plus à un complexe commercial

Si vous avez déjà conduit au Japon, vous avez dû vous aventurer sur les autoroutes. Tout comme en France, ces voies ultra-rapides sont parsemées à kilomètres réguliers d’aires de repos. Si certaines disposent uniquement d’un parking, de WC et de distributeurs de boissons automatiques, d’autres, plus vastes, offrent aux automobilistes des expériences parfois hors du commun. En effet, on distingue au Japon les SA (service area), aire de repos, et les PA (parking area), aires de stationnement, plus fournies.

1963, Naissance des aires d'autoroute

Mais avant tout, il faut remonter le temps. C’est en 1963, dans la préfecture de Shiga, que voit le jour la première aire d'autoroute. Seulement équipée d’un parking et de toilettes, sa vue sur le lac Biwa et sur la ville d’Otsu attirèrent les automobilistes. Depuis, le nombre d’aires qu’elles soient de repos ou de stationnement n’a cessé de croître, et ce, encore davantage depuis la privatisation des autoroutes en 2005.

À lire : Visiter Otsu

Alors bien évidemment, il y a les stations-essences et autres restaurants d’autoroute où l’on peut déguster sur le pouce ramen, udon ou yakitori. Mais il y a également d’autres aires, devenue de vrais parcs de loisirs miniatures où l’on s’arrête bien plus que pour faire une simple pause dans son trajet.

Et il y en a pour tous les goûts : de l’aire proposant des spécialités culinaires de la région, à celle dotée d’un parcours sportif pour les chiens ou d’une grande roue aux cabines multicolores. Certaines renferment même des onsen, voire des motels.

Des aires aux activités multiples

Si jamais certaines de ces aires se trouvent sur votre trajet, n’hésitez pas à vous arrêter, cela vaut le coup d’oeil. Notons par exemple l’aire Maesawa (autoroute du Tôhoku), qui une des plus luxueuses du pays et dispose de son propre mini-golf. L’aire Fujikawa (autoroute Tômei), qui n’a rien de particulier hormis le fait qu’elle offre une superbe vue sur le mont Fuji. Ou encore l’aire Awaji (autoroute Kobe-Awaji-Naruto) avec sa grande roue qui culmine à plus de 100 mètres de haut et offre une vue panoramique sur la baie de Naruto.

Voir : Visiter Naruto

L’aire d'autoroute d'Awaji

Aire de Hanyu à Saitama

Stands de restauration rapide à la japonaise

Et aux architectures étonnantes

Il existe également un autre type d’aires, qui ne se distingue non pas tant par les attractions ou les produits qu’elles proposent mais par leur architecture.

Ainsi, l’aire Neopasa Hamamatsu (autoroute Tomai) a ceci de particulier que son bâtiment est en forme de piano, la ville toute proche Hamamatsu étant spécialement connue pour ses instruments de musique.

L’aire de Hanyu (autoroute Tôhoku) est également fameuse puisqu’elle reconstitue intégralement le décor du roman et de la série télévisée Onihei hankacho. Tous les magasins et bâtiments apparaissant dans le roman sont construits à l’identique, reconstituant ainsi le village d’Edo.

Enfin l’aire Yorii est entièrement dédiée au Petit Prince de Saint-Exupéry. Le petit bonhomme blond et ses comparses s’affichent sur tous les murs, tout comme des citations, en français, tirée du roman. La boutique commercialise même des imagawayaki, petits desserts japonais fourrés, en forme d’éléphant ressemblant étrangement à un chapeau, à moins que ce ne soit l’inverse.

Vous l’aurez donc compris, les aires d’autoroute au Japon valent le détour !

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs